Archives pour la catégorie 2013-2014 : « “Lost in translation” : traduire/interpréter »

Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt

 

Compte-rendu par Mathilde Carrive

Dans le cadre du séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR consacré à la traduction (2013-2014), nous avions proposé une réflexion sur la pensée et les travaux de Wilhelm von Humboldt, réflexion que nous avons été amenée à reprendre il y a peu et que nous soumettons aujourd’hui. Humboldt apparaît comme une figure particulièrement intéressante quand on aborde les questionnements liés à la traduction : non seulement il l’a pratiquée et théorisée, mais il a également pris à bras le corps, dans l’ensemble de son œuvre, la question du langage et de la diversité des langues. C’est sur ce second point que nous proposons de réfléchir ici, au gré de la lecture de sa correspondance et de plusieurs de ses œuvres théoriques1.

Continuer la lecture de Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt 

  1. Nous nous sommes principalement fondée sur l’édition du texte et les traductions proposées récemment par D. Thouard, à savoir : Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, textes présentés, traduits et commentés par D. Thouard, Paris, 2000 ; abrégé ici en Humboldt 2000. []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Droit international, droit colonial, droit coutumier : quelques réflexions croisées autour d’un article d’Isabelle Merle.

Troisième partie du compte-rendu de la 4e séance du séminaire 2013-2014 : « Traduire les sources juridiques », par Laurent Tatarenko[1].

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Indigene_court_AOF_1920.jpgLe droit foncier colonial apparaît à première vue comme un thème peu lié aux pratiques de la traduction, d’autant plus que les normes juridiques appliquées dans les empires coloniaux sont généralement perçus comme l’un des principaux outils de la domination des puissances coloniales sur les populations colonisées. Pourtant, derrière ces phénomènes, se cache une question plus vaste : la compatibilité des pratiques juridiques produites par des systèmes aux traditions très éloignées et construits sur des références conceptuelles parfois discordantes. Les défis posés à l’époque ne se sont pas évanouis pour autant avec la fin des empires coloniaux modernes. Aujourd’hui, ces mêmes problématiques émergent avec la nécessité de créer une cohérence dans les jeu d’échelles entre, d’une part, le droit international ou du moins des principes généraux qui se veulent universels et un droit local, souvent disparate et fortement marqué par des usages circonscrits à une communauté, et donc difficilement transposables ailleurs. Si cet aspect n’est pas propre aux sociétés non-occidentales, il acquiert une acuité particulière là où les normes s’avèrent non seulement dotées d’une terminologie singulière, mais emploient également des supports particuliers comme dans le cas de l’oralité, si l’on se réfère au cas de l’Afrique subsaharienne, de la Polynésie ou de la Nouvelle-Calédonie comme l’évoque l’article d’Isabelle Merle. À titre d’exemple, on peut citer le sujet complexe de l’application de la notion du droit d’auteur (et donc de la propriété intellectuelle), relevant du droit commun, aux pratiques du folklore africain, qui lui-même est défini par le droit coutumier local[2]. Notre réflexion se concentrera sur le droit privé, puisque celui-ci a constitué et constitue encore le prisme qui met le plus en exergue les disparités entre des systèmes juridiques superposés à l’intérieur d’un même territoire.

Il s’agira tout d’abord, à l’aide de l’exemple néo-calédonien, d’analyser la manière dont la codification du droit de propriété kanak s’est imposée comme une forme de traduction du droit français, tout en construisant un imaginaire juridique fondé sur un prétendu particularisme tribal. Ensuite, à travers les cas des empires coloniaux français et japonais, l’exposé s’intéressera à l’émergence de la notion même de coutume pour s’interroger, en dernier point, sur le rôle du droit comme un véritable agent des constructions sociales.

 

Le droit international : un préalable des transpositions juridiques

La transposition des normes européennes sur les territoires colonisés ne peut se comprendre sans revenir sur les typologies inscrites dans le droit international de l’époque. L’administration des colonies faisait ainsi référence aux trois types d’appropriation des territoires par un État étranger : la conquête, la cession ou l’occupation[3]. Autrement dit, cela renvoyait à la force militaire, à la négociation ou à l’occupation d’un espace réputé vide. La classification se faisait en réalité non seulement d’après les événements qui avaient précédé l’installation de la puissance coloniale, mais également à travers une hiérarchie « morale » des populations indigènes. Les coups de force menés par les États européens s’aidaient donc d’un outillage conceptuel qui leur conférait une prétendue légalité à l’échelle internationale. La Nouvelle-Calédonie (proclamée colonie française en 1853) a été assimilée à un territoire vierge (à l’exemple de la Réunion ou de l’île Maurice), car la population indigène était considérée comme trop « archaïque » pour pouvoir prétendre à un dialogue juridique et donc à une négociation avec l’État français. Dans le même temps, cette distance culturelle montrait qu’il était impossible de transposer directement les normes du droit métropolitain sur cet espace et qu’il convenait d’ordonner les pratiques locales, tout comme dans d’autres régions de l’empire, à l’aide de textes qui ont formé jusqu’au milieu du XXe siècle ce qui est appelé le Code de l’Indigénat. Le droit y devenait donc, aux mains des représentants de l’État, un outil essentiel du gouvernement des colonies, où la population métropolitaine était largement minoritaire[4]. L’appui sur les structures locales traditionnelles s’imposait alors comme une nécessité de fait pour garantir le maintien de la souveraineté du pays européen, souvent éloigné de plusieurs milliers de kilomètres.

Le droit, perçu aussi comme un agent du progrès et de la « mission civilisatrice » de l’Europe, était censé faire entrer dans les sociétés indigènes les normes modernes des États occidentaux et par ce biais assurer l’éducation des populations indigènes. Encore à la fin des années 1920, le directeur de l’École coloniale Georges Hardy affirmait : « la vie coloniale augmente la responsabilité morale. Plus encore que ses actes personnels, le colonial est responsable de ses actes en tant qu’exemples, il est responsable de son rayonnement » [5]. Pour cette raison le droit colonial n’hésitait pas à faire appel aux termes de « dignité » et d’« honneur », qui devenaient dans ce contexte les garants des hiérarchies sociales en place.

Le second impératif pour les autorités coloniales était de garantir l’exercice de la souveraineté nationale auprès des colons qui à leur tour pouvaient exprimer des velléités à l’autonomie, voire au détachement progressif de la tutelle métropolitaine. Ces défis parfois contradictoires entraînaient, derrière des conceptions juridiques générales, des pratiques locales balbutiantes et souvent peu compatibles avec les intentions annoncées au départ. Elles se lisent avant tout dans la volonté de l’État de contrôler le marché foncier local afin de développer des politiques de mise en exploitation des espaces contrôlés par les autorités et qui ne seraient pas soumis aux seuls rapports de force financiers dans l’acquisition de la terre par les colons. En Nouvelle-Calédonie, il s’agissait en particulier de créer une société de petits paysans, composés d’individus issus des couches populaires de la métropole, mais également d’anciens bagnards convertis en petits exploitants terriens. L’administration française devait donc garantir l’usage d’une partie du territoire à la population kanak afin qu’elle puisse subsister malgré la pression des colons, mais également maintenir un régime suffisamment souple pour pouvoir étendre en cas de besoin les surfaces intégrées au marché foncier de la colonie.

Dans ces tiraillements, la question de la propriété indigène est devenue la pierre angulaire des modes de gouvernement local. Comme le souligne Isabelle Merle, le paradoxe consistait ici à énoncer la notion de propriété des Kanaks, pour éviter leur expulsion, tout en stipulant qu’ils étaient installés en réalité sur le domaine de l’État. Ce problème renvoyait directement à la question de la définition et donc de la codification des prétendues « coutumes » indigènes.

 

La codification ou la compatibilité des discours

Les processus juridiques néo-calédoniens montrent à quel point l’administration coloniale française a subi une évolution relativement rapide entre les projets initiaux, qui entendaient s’appuyer sur l’observation des usages kanaks pour établir une législation foncière locale, et les décisions promulguées dès les années 1870, qui répondaient désormais aux seuls impératifs coloniaux. Malgré quelques tentatives initiales, la phase de codification des structures sociales et foncières est restée largement imperméable aux analyses ethnographiques, menées par les voyageurs et les missionnaires établis sur place. Ce constat corrobore une idée développée par les colonial studies, qui voit dans la coutume indigène une tradition en grande partie fictive, forgée par les Occidentaux[6]. En effet, le cas de la Nouvelle-Calédonie montre de manière flagrante que la mise en place des normes prétendument locales provenait davantage d’un va-et-vient juridique, construit sur une transposition plus que sur une traduction du droit métropolitain. Le refus d’accorder aux Kanaks le droit de propriété absolu sur leurs terres, tel qu’il est défini dans l’article 544 du Code civil français[7], au nom de leur incapacité à assimiler les normes européennes, n’a pas empêché pour autant les administrateurs de procéder à une politique de cantonnement empruntée directement au droit métropolitain[8].

En d’autres termes, le législateur cherchait bien moins à traduire à l’aide du langage conceptuel européen les pratiques foncières locales qu’à faire émerger un droit coutumier indigène qui serait à la fois compatible avec le droit métropolitain (largement implanté sur place à travers le droit public, pénal et administratif, importés sans aucune adaptation préalable) et correspondrait aux exigences statutaires et économiques, propres à la colonie. Pour cette raison, et alors même que les observateurs locaux prétendaient déjà à l’époque que la population kanak d’avant la colonisation connaissait toutes les formes de propriété, y compris individuelle, l’administration avait opté pour une forme de propriété tribale et donc collective, plus facile à contrôler (à travers les chefs qui étaient nommés par les autorités françaises) et progressivement réduite à un simple droit d’usage du territoire ainsi alloué. Cette évolution correspondait d’ailleurs à une tendance généralisée de l’empire colonial français. Dès la fin du xixe siècle, l’idéal de l’assimilation des institutions juridiques métropolitaines par les sociétés indigènes y a été délaissé au profit d’une sorte de « tribalisation », établie sur l’enfermement des groupes dans leurs traditions réinventées par le droit coutumier.

Ce même cheminement a pu servir de catalyseur à la « modernisation » juridique de certains États d’Asie et leur a fourni une interface avec les puissances européennes pour intégrer ensuite l’échiquier international régulé par les normes inspirées du droit européen[9]. Leurs cas est d’autant plus intéressant que, pour reprendre l’expression de Jérôme Bourgon, « les pays asiatiques sinisés se sont aussi bien colonisés entre eux qu’ils ont été colonisés » par les puissances occidentales, constituant ainsi à la fois la source et le réceptacle d’une législation « transposée ». De plus, la pratique de la codification n’y était pas une simple importation du modèle européen, mais puisait également dans les pratiques antérieures à l’arrivée des Européens et liées à une bureaucratie ancienne et développée. À la fin du xixe siècle, sous l’influence de l’école juridique française et surtout allemande, les Japonais ont notamment mené une vaste action de mise par écrit des coutumes, qui faisait suite à une importante enquête administrative conduite localement. Il s’agissait ici d’une des conséquences de la modernisation étatique qui faisait désormais de l’enquête l’un des ses nouveaux modes de gouvernement, y voyant également un moyen de fédérer à l’intérieur d’un État-Nation naissant les anciennes élites féodales et les nouveaux administrateurs nourris de références européennes. La singularité de ce travail se trouve aussi dans son ampleur, d’autant plus remarquable qu’il n’a débouché sur aucun résultat. En effet, dès les années 1890, les juristes japonais ont considéré les recueils ainsi préparés comme largement inutiles pour la rédaction du nouveau Code civil japonais, publié entre 1890 et 1898. La compilation et la codification inachevée des coutumes ont donc constitué une étape de la modernisation et une conséquence de l’ouverture du Japon aux normes législatives occidentales, alors même que le produit de cette démarche a été rapidement réduit au domaine historique et écarté de fait comme un système de normes obsolète[10].

Pour autant, en reprenant les modèles juridiques européens, le Japon a été amené à faire usage d’un droit coutumier « inventé » dans ses propres territoires colonisés afin d’y préparer l’introduction du code civil métropolitain. À Taïwan, au cours de la première décennie du xxe siècle, une commission de juristes japonais a rédigé plusieurs recueils de coutumes locales qui devaient se substituer à la législation chinoise, forgée sous les Qing, tout en reproduisant partiellement son contenu[11]. Dans le même temps, derrière l’apparence de la coutume, les tribunaux civils japonais établis sur place appliquaient les « principes généraux » qui reflétaient la vision occidentalisée du droit, importée par le colonisateur. Jérôme Bourgon souligne que ce double effort législatif correspondait à « autant d’ébauches de traduction des principes du droit civil [japonais] dans la langue locale», avant que leur usage ne fût étendu à l’ensemble de la population insulaire en 1923[12].

Comme dans le modèle impérial français, les coutumiers n’avaient pas ici de valeur juridique officielle et devaient servir simplement à renseigner les administrateurs, construisant de fait une hiérarchie entre les droits et donc entre ceux qui relevaient de ces normes différentes.

 

Le droit comme reconnaissance et promotion des typologies sociales

La formulation d’un droit indigène, souvent incomplète, allait bien au-delà de la seule nécessité d’arbitrer les actes des habitants de la colonie. Elle devait véritablement traduire un modèle social propre aux différents territoires, expliquant ainsi la grande hétérogénéité des normes locales, appliquées dans chacune des colonies. Les législateurs métropolitains n’hésitaient pas à définir la colonisation dite moderne comme une démarche créatrice d’une société nouvelle sous le patronage de l’État. Comme le rappelle Emmanuelle Saada, les manuels de droit des années 1930 définissaient ce phénomène d’après trois traits principaux[13] :

  • Il s’agissait d’une entreprise d’État.
  • Elle impliquait « l’existence sur le territoire d’Outre-mer, d’une société nouvelle, d’origine européenne ».
  • Elle correspondait à la formation d’un « établissement nouveau, placé dans une situation particulière à l’égard du pays colonisateur, qualifié de métropole ».

Sur l’espace français, en particulier, le problème s’est posé notamment avec l’abolition de l’esclavage qui a fait entrer un grand nombre d’individus dans le corps civique, placé sous l’autorité directe de l’État, sans pour autant leur accorder le statut de citoyens de plein droit, en raison des réticences des colons[14]. L’administration a donc été confrontée à un paradoxe puisque, d’un côté, elle devait s’appuyer sur les règles énoncées par le droit métropolitain et, de l’autre, elle était amenée à rompre avec l’un des principes essentiels hérités de la Révolution, qui établissait l’unité du statut des personnes membres de la communauté nationale. La division métropolitaine entre Français et étrangers a été importée sur les territoires coloniaux à travers le binôme Français/indigènes auquel se superposait celui de citoyens/sujets. La notion d’« étranger » s’est à son tour fondue dans cette partition puisque les ressortissants des autres États européens étaient assimilés aux Français alors que les populations originaires des autres colonies étaient généralement intégrées parmi les indigènes locaux. L’aspect singulier de cette typologie se lisait dans la volonté de faire de la prétendue « modernité » des droits nationaux le référentiel principal de la classification. Ainsi, en Indochine, les personnes d’origine chinoise relevaient, comme les indigènes, du droit coutumier local alors que les Japonais jouissaient d’un statut équivalent aux Européens, car ils avaient adopté un corpus juridique largement inspiré par l’Occident[15]. L’application de normes propres aux indigènes servait donc de justification à leur exclusion de l’exercice de la citoyenneté, considérée comme incompatible avec l’usage d’un droit spécifique. Contrairement à la conception essentiellement politique du statut de citoyen en métropole, dans l’espace colonial celui-ci était intimement lié à la notion de « civilité ». Le caractère figé de cette répartition s’observe par exemple dans les réactions des juristes face aux conversions des Européens du Maghreb à la religion musulmane. Selon eux, ce changement de religion ne pouvait entrainer de transfert juridictionnel et il était donc inconcevable d’autoriser les convertis européens à faire appel au cadi pour les actes de leur vie privée[16].

Ces mosaïques juridiques laissent apparaître deux dimensions distinctes dont les traces s’observent encore aujourd’hui dans les anciens espaces coloniaux. Elles sont incontestablement la traduction d’un rapport de force social évident, mais elles possèdent également un rôle performatif dans la construction ou la consolidation des structures sociales des populations présentes sur ces territoires communs. Pour cette raison, la coutume se fait par nature évolutive et reflète une mise à jour plus ou moins régulière des statuts des individus. Malgré leurs visées politiques, associées souvent à une volonté de hiérarchiser les règles et les usages du droit, les transpositions juridiques d’un système à l’autre forment également des passerelles indispensables pour assurer la cohésion des sociétés bigarrées, marquées par un plurilinguisme plus ou moins étendu (par exemple, l’Afrique du Sud possède aujourd’hui trois systèmes juridiques et l’Inde opère avec vingt-deux langues officielles[17]). Cette ambivalence permet d’expliquer en partie certaines réactions surprenantes a priori, comme l’attachement des Kanaks à leurs réserves alors même que celles-ci semblent être un symbole de leur marginalisation à l’époque coloniale. Une telle attitude révèle toute la nature complexe du droit coutumier qui, tout en étant présenté comme inférieur aux Codes européens, accordait aux indigènes un statut bien défini et leur fournissait ainsi une assise indispensable à la négociation avec l’autorité métropolitaine.

Les mêmes enjeux s’observent aujourd’hui dans l’énonciation des droits coutumiers africains qui intègrent plus ou moins consciemment une terminologie occidentalisée afin d’inscrire la pratique dans un référentiel potentiellement compatible avec le droit commun, souvent hérité de la colonisation. Ces passages se font alors par le biais des emprunts directs au lexique occidental ou par celui des calques issus d’une traduction littérale des notions tirées des institutions occidentales. Selon l’expression du sociolinguiste Camille Roger Abolou, le produit d’un tel phénomène aboutit à la fois à une forme de « tropicalisation » du droit moderne et à une « occidentalisation » du droit traditionnel, convergeant parfois vers une forme d’« universalisme juridique »[18].

 

Les constructions juridiques de l’époque coloniale et leurs héritages contemporains apparaissent en somme comme un prisme privilégié pour observer les transpositions des systèmes juridiques, qui se veulent généralement autonomes. Ils montrent notamment la nécessité de recourir à une interface, formée par un référentiel tiers, capable de légitimer ces circulations qui constituent elles-mêmes des opérations de droit. Qu’il s’agisse du recours à des traditions « inventées » ou à un système cognitif fondé sur les équivalences lexicales d’universaux juridiques (statuts et relations des individus, autorités normative etc)[19], l’objectif consiste ici à rechercher des points de concordance dans l’énonciation de deux pratiques juridiques distinctes. Cela dépasse le seul problème de l’exactitude de la traduction ou de l’adaptation d’un texte juridique particulier. En effet, il ne s’agit pas uniquement de questionner l’équivalence des effets, mais d’assurer une certaine compatibilité ou du moins un degré de cohérence entre le droit importé et des pratiques juridiques antérieures.

Ces circulations obéissent à donc trois types de validation :

  • Externe : formée par les principes généraux du droit international
  • Interne formelle : codification à travers un modèle occidental
  • Interne locale : conformité aux pratiques des sociétés locales.

Pour autant, il est indéniable que cette triple légitimation soulève la question de l’uniformisation, faite au moyen d’une acculturation au profit des règles occidentales, qui servent généralement de modèle incontesté à la notion même d’un droit codifié écrit. L’imbrication croissante des systèmes juridiques à l’époque contemporaine fait donc de l’expression des normes une défi majeur des constructions juridiques actuelles et annonce deux évolutions possibles :

  • une uniformisation au profit d’une ou des langues et des normes dominantes.
  • la constitution d’un corpus juridique pluriel, sous la forme d’un fonds commun des équivalences.

 

 

[1] I. Merle, « La construction d’un droit foncier colonial : de la propriété collective à la constitution des réserves en Nouvelle-Calédonie », Enquête, 7 (1999), p. 97-126.

[2] P. Kuruk, « Le droit coutumier africain et la protection du folklore », Bulletin du droit d’auteur, 36/2 (2002), p. 4-35.

[3] I. Merle, « La construction… », p. 4.

[4] L’École coloniale fondée en 1889 imposait notamment à ses élèves de passer durant leur scolarité une licence de droit à l’Université de Paris. Voir E. Saada, « Citoyens et sujets de l’empire français : les usages du droit en situation coloniale », Genèses, 53 (2003), p. 8.

[5]Ibid., p. 4.

[6] Voir E. Hobsbawm, T. Ranger (éd.), The Invention of Tradition, Cambridge, 1983.

[7] « La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ».

[8] En métropole, le « cantonnement » renvoyait au départ à un mode de restructuration des propriétés sur les espaces forestiers. I. Merle, « La construction… », p. 7.

[9] Voir J. Bourgon, « Le droit coutumier comme phénomène d’acculturation bureaucratique au Japon et en Chine », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 23 (2001), p. 125-143.

[10]Ibid., p. 131.

[11]Ibid., p. 132.

[12]Ibid., p. 132-133.

[13] E. Saada, « Citoyens… », p. 12.

[14]Ibid., p. 15-16.

[15]Ibid., p. 17.

[16]Ibid., p. 20.

[17] J.-C. Gémar, « Traduire le droit. Lettre, esprit et équivalence », dans Traduction du droit et droit de la traduction, Marie Cornu et Michel Moreau dir., Paris, p. 131.

[18] C. R. Abolou, « Le discours juridique en Afrique noire. Terminologie et traduction du droit », Revue française de linguistique appliquée, 16 (2011), p. 27. L’auteur donne plusieurs exemples à partir d’autres travaux consacrés au baoulé et au lingala. Le baoulé emprunte ainsi directement plusieurs termes au lexique juridique français : juge – zuze, zuzi ; droit – drowa, justice – zustisi. À son tour, le lingala fait appel à de nombreux « calques juridiques » : juger – ko-samba ; juge – mo-sambi-sio ; palais de justice – e-samb-is-el-o.

[19] C. R. Abolou, « Le discours… », p. 26-27.

La traduction dans le droit international contemporain : pratiques, erreurs et négociations d’écarts (à propos d’un article de N. Froeliger), par Cédric Quertier

Deuxième partie du compte-rendu de la 4e séance du séminaire 2013-2014 : « Traduire les sources juridiques ».

NB : cette note de synthèse entend mettre en perspective l’article de N. Froeliger[1] soumis à la discussion des participants du séminaire en intégrant certains élément des actes du colloque Traduction du droit et droit de la traduction[2].

 

Les traducteurs classent les textes juridiques parmi les textes pragmatiques (par opposition aux textes esthétiques) : leur valeur performative nécessite de traduire à la fois le sens et l’effet juridique du texte. Comme cette performativité n’est effective qu’à l’intérieur d’un territoire et d’un système juridique donné, comment le traduire lorsque ces deux « cadres » de référence changent ? La difficulté d’une traduction juridique est d’intégrer la culture et l’histoire institutionnelle sous-jacente dans chaque concept juridique. La technicité de cette « langue de spécialité », au style et à la terminologie propre mais pouvant emprunter plusieurs registres de langue, constitue une seconde difficulté pour le traducteur.

Définir au préalable la terminologie linguistique et juridique permet de mieux saisir la spécificité des problèmes posés par la traduction des textes juridiques.

  • La traduction entre deux langues à l’intérieur du même système juridique est qualifiée par les juristes de bi- ou de multi-linguisme ;
  • Lorsqu’on doit transférer (avec adaptation et interprétation) une notion juridique dans un autre système juridique, on parle de bi-juridisme ou de bi-systémie.

La terminologie des textes juridiques en droit international distingue par ailleurs entre :

  • Un texte authentique (écrit contraignant en droit, même si la langue diverge) ;
  • Un texte officiel (traduit et signé par les autorités suite aux négociations, dont la version peut différer de celle qui est adoptée ou ratifiée par les autorités) ;
  • Une traduction officielle (établie par un État ou un organisme international, à des seules fins d’information) ;
  • Une version d’un texte juridique, est soit un texte officiel, soit une traduction officielle ;
  • La co-rédaction désigne la rédaction concomittante d’un texte juridique dans deux langues. Elle est à la limite de la traduction puisqu’il les rédacteurs effectuent constamment des allers-retours entre les deux versions pour clarifier les notions : la frontière entre le texte source et le texte cible devient plus floue.

 

Les difficultes de la traduction des textes juridiques

Les règles actuelles de la traduction en droit international[3]

Il convient tout d’abord en distinguer entre la langue de négociation un traité et celle de rédaction : ainsi, le traité de la CECA (1951) a-t-il été négocié en français mais rédigé dans les six langues des signataires. En réalité, l’utilisation des langues vernaculaires dans le droit international est récente : le français ne supplante le latin comme langue de négociation et de rédaction qu’au XVIIe siècle, tandis que l’anglais ne commence à être utilisé qu’à partir du Congrès de Berlin (1878).

Le XXe siècle voit la diffusion de la rédaction des traités rédigés en plusieurs langues, qu’il faut concilier afin de préserver l’effet juridique voulu. La jurisprudence internationale s’est longtemps inspirée d’un modèle d’interprétation restrictive, en retenant le plus petit dénominateur commun lorsqu’il fallait concilier deux textes contradictoires. La convention de Vienne sur le droit des traités internationaux (1969) aborde le problème l’interprétation entre les versions traduites d’un traité, qui « doit être interprété de bonne foi suivant le sens ordinaire à attribuer aux termes du traité dans leur contexte et à la lumière de son objet et de son but ». Cette réglementation reste pourtant ambiguë : quel est le sens ordinaire pour des traités touchant souvent des questions techniques ? la bonne foi est-elle une notion universelle ou relève-t-elle de la technique, qui peut différer du système juridique dans lequel on se place ? Le critère d’interprétation n’est plus alors alors le plus restrictif, mais celui qui respecte le mieux l’harmonisation des textes dans chaque droit[4].

La Cour Internationale de Justice (CIJ) reprend des critères analogues : il est, d’une part, internet d’isoler une version linguistique des autres versions puisqu’il faut prendre en compte le but poursuivi par le législateur, et, d’autre part, les diverses version linguistiques d’un texte communautaire doivent être interprétées de façon uniforme.

Les différentes formes de traduction du droit[5]

La situation devient plus complexe lorsque se combinent traduction linguistique (bilinguisme) et la traduction ou le transfert d’une notion d’un système juridique à un autre (bi-juridisme). Deux possibilités s’offrent alors, soit la traduction littérale, servile au point de traduire mot à mot les formulations spécifiques d’une langue, soit la traduction libre plus proche de l’esprit du texte, qui peut éventuellement prendre la forme d’une co-rédaction. Or, certaines notions juridiques peuvent être inconnues dans la version traduite du texte juridique : s’il est possible de forger des néologismes ou de conserver les notions dans leur langue originelle, ces solutions ne sont pas acceptables en dehors d’un simple travail didactique, puisque ces textes juridiques doivent pouvoir produire un effet dans le cadre institutionnel du système juridique d’arrivée. Il faut par ailleurs avoir à l’esprit que le bi-juridisme n’est qu’une des modalités du multi-juridisme : le Canada fait cohabiter deux langues et deux systèmes juridiques au sein d’un État fédéral au sein duquel un terme peut avoir cinq équivalents selon l’État considéré quand les cas de l’Afrique du sud (11 langues et tri-systémisme juridique) et de l’Inde (22 langues officielles) réactualisent le mythe de la tour de Babel…

 

L’obligation de traduire une langue performative : traduire le sens par des équivalences ?

Traduire le sens et l’effet juridique : l’équivalence et ses limites[6]

Un texte juridique devant produire l’effet recherché, il faut traduire les notions clés par des équivalences fonctionnelles qui remplissent la même fonction dans les institutions d’arrivée. Dans certains cas de traductions réussies, la traduction peut prendre la place du texte original : c’est tout l’enjeu des versions linguistiques différentes des textes de loi canadiens, où le français et l’anglais ont le même statut de langue de droit.

Mais certaines équivalences peuvent être problématiques. Que l’on songe par exemple à la notion d’État de droit, terme consensuel parmi les démocraties occidentales pour désigner le fait que l’État s’applique à lui-même les règles qu’il édicte. Mais sa traduction fonctionnelle permettra difficilement rendre compte des différentes conceptions de l’État parmi les pays francophones (Ve République française, monarchie constitutionnelle belge, État fédéral canadien, etc.) ou anglophones (État fédéral américain, monarchie parlementaire anglaise) dont les institutions varient.

En réalité, deux pratiques professionnelles entrent en confrontation : le traducteur cherche à produire un texte au sens équivalent alors que le juriste entend produire un texte ayant le même effet juridique. L’équivalence des textes officielles est bien établie dans les pays où cohabitent plusieurs langues et plusieurs systèmes juridiques. Pourtant, cette équivalence n’est pas aussi parfaite que ne le voudrait le législateur. Ainsi, le règlement de la Cour Pénale Internationale de 2002 (CPI) précise que la procédure doit être écrite dans une langue que l’accusé « fully understand » dans sa version anglaise, contredite par la version française mentionnant une langue « parfaitement parlée » : on peut pourtant maitriser une langue sans la pratiquer à la perfection… L’article du traité sur le Fonctionnement de l’UE (TFUE, 1957) restreignant la circulation des marchandises traduit différemment la notion de patrimoine selon la langue : la version française restreint la circulation « des trésors nationaux ayant une valeur artistique, historique ou archéologique », tandis que les versions italiennes, espagnoles et portugaises parlent de « patrimonio artistico », notion plus large qui permet donc de donner un pouvoir discrétionnaire et d’interprétation plus grand aux autorités États concernés.

La traduction transconceptuelle[7] ?

Lorsque les divergences dépassent la seule terminologie et que les concepts n’existent pas dans le système juridique d’arrivée, une interprétation strictement juridique est adoptée. Dans certains cas, cette traduction conceptuelle permet de fusionner les sens ou d’accepter la paraphrase, comme cela peut être le cas pour l’article du traité de la CPI établissant un procès impartial aux criminels de guerre (1998). Mais d’autres concepts juridiques peuvent sembler être identiques dans deux langues mais avoir un sens différent : le contract de la Common Law n’a pas vraiment d’équivalent dans les contrats de droit civil continentaux et le Besitz des Allemands n’est pas le même que celui des Suisses ou des Autrichiens.

La tension entre la simplification dans une langue commune et la défense des particularismes culturels[8]

Une autre solution pour être de simplifier les textes ou de revenir à un des textes de droit international valides dans une seule version linguistique, qui serait celle de l’anglais international, mondialisé, détaché des traditions culturelles anglaises ou américaines de la Common law. Cette possibilité fait cependant l’objet de plusieurs types de critiques. Pour les tenants d’un contrôle démocratique par les citoyens, on abandonne l’effort d’accessibilité envers ceux qui ne maitrisent pas cet anglais mondialisé. Cette volonté de simplification et d’uniformisation linguistique dans l’élaboration des règles juridiques internationales va à l’encontre des tendances actuelles visant à sauvegarder les diversités culturelles, et avec elles la conservation du modèle pluri-liguistique. Ces deux critiques sont par ailleurs profondément liées, puisque dans les conventions internationales, la protection du patrimoine immatériel est d’abord subordonnée au principe du respect des droits de l’homme.

 

Prevenir ou négocier : des erreurs aux ecarts de traduction

L’article de Nicolas Froeliger[9] permet de croiser les attentes des linguistes avec les attentes juridiques et politiques. L’article propose dépasser l’aporie consistant à considérer les divergences des traduction comme des erreurs pour les envisager comme des écarts délibérés ayant pour but de conclure une négociation diplomatique.

Trois systèmes de défense : les équivalences[10]

N. Froeliger commence par présenter les « systèmes de défense » des juristes pour protéger la particularité des textes juridiques contre les erreurs de traductions qui peuvent diminuer leur effet juridique.

Codifier

La première solution est de renforcer la performativité du texte juridique en compilant les textes juridiques sous forme de codes qui visent l’exhaustivité. S’il sont par ailleurs présentés comme contenant un certaine dose de mystère ou de sacré dépassant l’entendement humain et son expression linguistique imparfaite, les possibilités de traductions sont réduites au minimum, car elles laisseraient trop de marges d’appréciation aux traducteurs. La lettre du texte prévaut donc. C’est notamment pour cette raison que la traduction du Code de Justinien du latin au grec a pu se faire au mot à mot, en gardant la structure et les expressions idiomatiques de la langue latine, au point de donner l’impression d’expressions préfabriquées plutôt que de vraies traductions d’équivalences.

Présumer

Le deuxième « système de défense » consiste à prendre en compte plusieurs attentes : d’abord l’intention du législateur, ensuite la portée juridique du texte original et enfin seulement le sens, puisqu’il est possible d’affirmer des choses différentes mais remplissant le même objectif fixé par le législateur.

Hiérarchiser

Il est également possible de hiérarchiser les textes pour choisir quelle est la version de référence, selon plusieurs principes de hiérarchisation : selon l’antériorité (la plus ancienne fait foi, puisque la plus récente est supposée s’en inspirer), selon le plus petit dénominateur commun (le sens le plus restrictif est retenu car il est présent à minimam dans les deux traductions divergentes), ou selon l’adéquation de l’effet juridique visé (l’effet prime alors sur le sens).

La guerre à l’erreur et à la divergence

Visualizzazione di mokusatsu.jpgCes principes ont longtemps permis aux juristes et linguistes de faire la chasse à l’erreur de traduction pour éviter le déclenchement de guerres ou l’irruption de graves tensions diplomatiques issues. Certains exemples sont en effet flagrants. Ainsi, en juillet 1945, le prelier ministre japonais a répondu en usant d’un terme ambigu à l’ultimatum des américains, un terme pouvant à la fois être interprêté dans le sens de « prendre en considération » et donc gagner du temps, mais l’interprète des Etats-Unis, formé dans les années de pleine gloire de l’empire japonais et ne pouvant pas envisager autre chose qu’un jusqu’au-boutisme japonais, a traduit dans le deuxième sens, « ignorer », ce qui a finalement entraîné le lancement des deux bombes atomiques !

L’erreur peut cependant être volontaire, au point de confiner à « l’escroquerie diplomatique », lorsque les traités traduits dans deux langues différentes ne disent pas la même chose. Ainsi, la version éthiopienne du traité avec l’Italie (1889) mentionne l’autorisation à utiliser les services de l’Italie pour la politique extérieure du royaume quand la version italienne utilise le terme d’obligation, ce qui montre explicitement l’intention véritable des Italiens : la conquête.

Certaines erreurs sont donc commises de bonne foi par les traducteurs et des divergences peuvent être voulues par une des parties, pour des raisons politiques. N. Froeliger propose dans la suite de son article de combattre la simplification hâtive entre divergence et erreur.

Les écarts servent à faire la paix[11]

Pour que personne ne perde la face

Des erreurs peuvent être volontairement laissés dans les deux textes, dans un but de communication politique consistant à masquer le statut de perdant d’une des parties face à son opinion publique et les présenter comme les égaux des gagnants véritables. Ainsi, sous couvert d’accepter la réunification allemande après la chute du mur de Berlin, la déclaration commune des chefs d’États allemands et français liste plusieurs clauses, ce qui revient à renvoyer ce projet dans les limbes.

Ce type de pratique revient à assimiler la traduction et le langage diplomatique à une écriture religieuse, c’est-à-dire qui possède un double-fond et pouvant avoir une double réception : un sens esotérique pour les initiés et un sens exotérique pour l’opinion publique. Il s’agit pourtant d’une pratique allant à l’encontre des habitudes des linguistes, qui  traduisent de la manière la plus simple pour rendre le cœur du texte.

Concilier les inconciliables

Un écart de traduction peut aussi servir à entretenir le flou, pour permettre à chaque partie de s’y retrouver. Il est ainsi possible de contourner l’obligation d’enseigner le corse sur toute l’île en écrivant qu’il s’agira d’une matière enseignée à tous, sauf en cas de refus. La traduction sert à entretenir le symbole, à affirmer un principe qui ne pourrait pas être pleinement réalisé, mais qui sert à obtenir l’accord des deux parties.

Le traducteur peut aussi envisager de respecter de manière tatillone la lettre alambiquée du texte, ce qui évite de figer les positions. L’aternative peut être de refuser l’accord des traductions, divergentes mais préciséement traduites avec les positions des deux parties en conflit, mais qui proclament leur intention de faire ultérieurement la paix.

Laisser les textes diverger

Il peut également être choisi de s’accomoder de traductions divergentes de textes juridiques. La résolution de l’ONU de 1967 sur les territoires occupés en Palestine illustre cette divergence conflictuelle des traductions : la version anglaise évoque les « territories », donc de certains territoires, alors que la version française mentionne « les territoires » dans leur ensemble. Il ne s’agit pas d’erreurs, car les deux versions sont juridiquement valables et aucune n’est antérieure à l’autre ; chaque version traduit parfaitement les intentions de ses représentants politiques ; linguistiquement, il ne s’agit pas vraiment d’une traduction professionnelle, puisqu’elle colle au mot à mot anglais pour s’en éloigner uniquement sur la questions des territoires occupés. Les textes ne peuvent plus être considérés comme ambigus, mais bien comme délibéremment contradictoires. Personne ne perd la face et aucun blocage n’apparaît, ce qui rend possible la paix à l’avenir.

S’affranchir de la règle commune

D’autres exemples montrent qu’on peut également s’affranchir de la règle commune en fonction de la version traduite : la version allemande du préambule de la constitution européenne davantage que les autres versions l’héritage religieux de l’europe ; le traité sur les droits de l’enfant mentionne dans sa version espagnole le « père et mère » au lieu des « deux parents » afin de revendiquer un rejet du mariage  homosexuel. Enfin, dans la constitution canadienne de 1867, « Dominion » est traduit en français par « Puissance », ce qui n’est rien moins que la revendication d’être un État souverain de plein exercice, un positionnement en faveur de plus d’autonomie pour les francophones face à l’empire britannique.

N. Froeliger entend donc saluer la pratique des diplomates, qui utilisent des « traductions fautives qui sont in fine de bons accords ». La chasse aux erreurs peut en effet mener à la guerre et « il peut donc être indispensable que toutes les parties représentées n’en aient pas la même lecture[12]. »

« Mais pourquoi, au juste, les traducteurs feraient-ils donc de si piètres diplomates ? Parce qu’ils procèdent par resserrement du sens : pour retranscrire une phrase, ils examinent les possibilités divergentes de signification, et cherchent à déterminer laquelle est la plus plausible. C’est une démarche de recherche de la vérité du texte, alors que l’écriture diplomatique opère par enveloppement et par conciliation. Heuristique tranchante contre heuristique enrobante. […] Le problème, donc, vient de ce que les traducteurs, même s’ils sont des passeurs, des êtres du seuil, ne font pas dans l’entre-deux : en traduction, on choisit, alors qu’en diplomatie, il peut être essentiel de ne pas trop choisir, ou de ne pas le faire trop franchement[13]. »

 


[1] Nicolas Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », dans Traduire les sciences humaines : méthodes et enjeux, Tribune internationale des langues vivantes, n° 42, p. 36-48 [disponible en ligne sur la page personnelle de l’auteur : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr/user/nicolas_froeliger/recherche/index].

[2] Manlio Frigo, « La formulation de la règle juridique et son interprétation dans l’ordre international », dans Traduction du droit et droit de la traduction, Marie Cornu et Michel Moreau dir., Paris, Dalloz, p. 77-88 ; et Jean-Claude Gémar, « Traduire le droit. Lettre, esprit et équivalence », dans Ibid., p. 129-144.

[3] Manlio Frigo, « La formulation de la règle juridique… », art. cit., p. 77-80.

[4] Ibid., p. 80 : « […] on adoptera le texte qui, compte tenu de l’objet et du but du traité, concilie le mieux ces textes ».

[5] Jean-Claude Gémar, « Traduire le droit. Lettre, esprit et équivalence », art. cit., p. 130-137.

[6] Ibid., p. 137-143.

[7] Manlio Frigo, « La formulation de la règle juridique… », art. cit., p. 82-84.

[8] Ibid. p. 81-82.

[9] Nicolas Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », art. cit. La pagination utilisée ci-dessous reprend celle de la version en ligne.

[10] Ibid., p. 2-7.

[11] Ibid., p. 7-14.

[12] Ibid., p. 14.

[13] Ibid., p. 14-15.

Journée d’étude finale du séminaire : traduire/interpréter

[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
[Tourdjouman] Bey, interprète de la Porte (BnF)
Tout au long de cette année, le séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR a mis au centre de ses travaux cet acte fondamental de la pratique des sciences sociales que constitue la traduction/interprétation. Acte quotidien de la recherche dans ces disciplines, il correspond à une forme de transposition (inconsciente ou assumée) pratiquée dans un but heuristique et explicatif : faire mieux comprendre un phénomène. Cette thématique renvoie cependant aussi au problème de la transmission du savoir par la traduction de textes d’histoire et de sciences sociales, ou simplement par la traduction de concepts. À l’époque de la mondialisation du savoir, c’est donc le problème d’une lingua franca de la recherche qui est soulevé : est-elle possible ? Nécessaire ? Alors même qu’écrire en science sociale est un acte d’écriture au sens fort, dans quelle mesure cette lingua franca est-elle un apport réel, au-delà d’une amélioration de la communication ? Après cinq séances préparatoires autour de ces questions, cette journée d’étude clôt le séminaire 2013-2014.

 

Programme :

9h00 : Accueil

9h15 : Introduction (Thibaud Lanfranchi, École française de Rome).

9h30 : « Herméneutique et réflexivité : l’historien en personne » (Antoine Lilti, EHESS).

10h : « Traduction, droit et société : quels emboitements ? » (Nicolas Froeliger, Université Paris 7 Diderot)

10h30 : Discussion et pause

11h00 : « La gioia dell’estraneo. Sulla teoria della traduzione di Schleiermacher » (Thomas Poiss, Humboldt Universität zu Berlin)

11h30 : « Intraduisibles et intraduits, des sciences humaines aux textes littéraires » (Claire Placial, Université de Nice).

12h : Discussion et pause

15h : Table ronde « Traduire les concepts en sciences sociales ? ». Avec la présence de Barbara Cassin (CNRS) et Olivier Christin (Université de Neuchâtel et EPHE).

 

Piazza Navona, salle de séminaire.

Le droit comme « paradigme traductif » (F. Ost) Première partie du compte-rendu de la 4e séance du séminaire : Traduire les sources juridiques

Après avoir abordé la traduction selon une approche anthropologique et culturelle lors de sa 3e séance, le séminaire adopte de nouveau un angle linguistique. Il l’utilise pour traiter de l’acte du traducteur dans le domaine juridique. Les textes de droit constituent un observatoire privilégié du travail de traduction dans la mesure où les assemblages de mots qu’ils sont créent directement des effets sur la vie des individus et des sociétés. Ils posent de façon particulièrement nette le problème de l’équivalence entre le point d’où l’on part et le point auquel on parvient à l’issue de la traduction.

La séance se déroule en trois temps. Au cours du premier, Jean-Baptiste Delzant présente le livre de François Ost, Traduire. Défense et illustration du multilinguisme (2009). Dans l’extrait retenu, l’auteur propose de voir le droit tout entier comme une vaste entreprise de traduction1. Il serait un « laboratoire privilégié du paradigme traductif » (p. 415). L’intervention de J.-B. Delzant précise tout d’abord ce en quoi consiste ce paradigme avant de commenter son utilisation dans le domaine du droit.

Dans un deuxième moment de la séance, Cédric Quertier commente un article de Nicolas Froeliger, qui revient notamment sur l’idée d’une équivalence nécessaire entre les différents textes de droit international, issus d’une même négociation diplomatique. Les ambigüités et les variantes linguistiques d’une version à l’autre sont des conditions d’une entente politique. Enfin, en un troisième temps, Laurent Tatarenko s’appuie sur un texte d’Isabelle Merle pour évoquer la construction du droit colonial. La traduction dont il est d’abord question est celle qui s’opère de l’oral à l’écrit et d’une langue à l’autre, mais elle débouche ensuite sur une acception différente, celle de la traduction – ou de la construction – de la réalité sociale par le texte de droit.

*

François Ost est né à Bruxelles en 1952. Il a suivi une formation plurielle : licence de droit, licence de philosophie et licence spéciale de droit économique. Devenu docteur en droit en 1980, il est professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis, à Bruxelles depuis 1992. Il a écrit une vingtaine de monographies, dont Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique (2004). Il intègre à sa réflexion de juriste de nombreux éléments de sociologie, d’anthropologie, de philosophie du droit ou de littérature. Il mène une réflexion sur la place du langage dans le droit et, plus largement, sur les rapports entre langage, littérature et traduction. En décembre 2006, il a été l’un des professeurs étrangers invités au Collège de France. L’initiative en revenait à Mireille Delmas-Marty qui occupait alors la chaire « Études juridiques comparatives et internationalisation du droit ». Pour cette occasion, F. Ost a donné deux conférences intitulées « Les détours de Babel. La traduction comme paradigme » et « Le droit comme traduction ». Il a ensuite eu, notamment, l’occasion d’échanger des idées au sujet de la traduction avec Bruno Latour2 et Jiulia Kristeva, en novembre 2009, dans un colloque de la Société des auteurs européens, intitulé « Comment les livres passent les frontières », lors de la session « Qu’est ce que traduire ? ».

 

1. Le dilemme babélien et le paradigme de la traduction

 

Le mythe de Babel ouvre le livre Traduire. Défense et illustration du multilinguisme. Les récits de la construction de la tour et leurs interprétations sont le point de départ de la première partie composée de deux chapitres : « Babel raconté. Le mythe fondateur » et « Babel aboli : langues parfaites et autres langues imaginaires ». Une notion importante y est développée, qui réapparaît dans l’extrait proposé sous la forme du « dilemme babélien » (p. 402), et de « l’alternative de type proprement babélien » (p. 410).

Selon F. Ost, il s’agit d’un faux dilemme né d’un malentendu. Avec la dispersion des hommes et la multiplication des langues, le mythe de Babel traduirait une catastrophe résultant d’une malédiction. Il y aurait eu une langue originelle, l’Ursprache utilisée par Adam pour parler à Dieu, mais faute d’avoir su la conserver, l’humanité serait condamnée à la traduction. Il faudrait tenter de la retrouver ou de la construire, qu’elle soit une langue véhiculaire ou un exercice disciplinaire, logique ou mathématique. Une telle position constitue pour l’auteur la première branche de l’alternative ruineuse de Babel, celle de la langue unique. La deuxième branche consisterait à admettre l’impossibilité de la traduction et à se replier sur des idiolectes.

Comparant plusieurs traductions des neuf versets du récit biblique puis revenant sur le feuilletage de leurs interprétations, François Ost défend – à la suite d’auteurs tels que Marc de Launay3 – l’idée selon laquelle l’épisode de Babel raconte en réalité un événement positif. Il affirmerait une triple nécessité : l’acceptation de la division et de la pluralité, le renoncement au « fantasme de l’absoluité narcissique » (p. 51), la prise de conscience que l’affirmation de l’univocité du langage est une aporie (p. 135). Dès lors, le fonds linguistique commun de l’humanité ne serait pas à rechercher dans tel ou tel idiome prétendument universel mais « dans la possibilité qu’ont toutes les langues de donner du sens » (p. 55). Babel ouvre l’inépuisable de la langue et du rapport à autrui.

Cette position se distingue de celle adoptée par Walter Benjamin dans un des textes fondateurs de la réflexion sur la traduction, que F. Ost mentionne à plusieurs reprises. En 1923, en introduction à sa traduction des Tableaux parisiens de Baudelaire, Benjamin publie « La tâche du traducteur »4 . Il y présente comme incommensurables les textes originaux et leurs traductions. Pour autant, l’écart inévitable qui les sépare ne doit pas faire renoncer à l’acte de traduire, dans la mesure où le texte traduit doit lui-même restituer l’écart qui existe tout aussi inévitablement, dans la création, entre le créateur et son œuvre. La traduction est une œuvre seconde qui doit rendre sensible, à son tour, l’indicible de la langue pure (« reine Sprache ») dont la langue est un fragment comme l’est la langue du texte d’origine5 .

François Ost s’écarte donc de l’idée que la rencontre entre le texte et ses traductions se fasse dans l’indicible propre de la reine Sprache, comme il rejette le fantasme de l’Ursprache, langue universelle originelle ou recréée. Ce fantasme serait à la base du paradigme de la communication qui dominerait (ou aurait dominé) les sciences sociales. Construit autour de la notion de réseau, développé lors du tournant linguistique, il resterait attaché à une langue unique (au moins sous la forme d’une rationalité formelle et universelle, p. 386). Il serait principalement structuré par les énoncés suivants : « la parole vise la communication d’informations », « le langage se compose de mots dont le sens renvoie à des choses ou à des idées préexistantes », « le récepteur reçoit un message de l’émetteur et y réagit en conséquence » (p. 11).

L’auteur s’attache à défendre ce qu’il désigne, selon une formule utilisée précédemment par Paul Ricœur, comme le paradigme de la traduction6 . Il l’esquisse dans le prologue à l’aide d’une série de paradoxes, puis le développe dans le onzième chapitre d’où provient l’extrait proposé lors du séminaire. Deux de ces énoncés peuvent d’ores et déjà être mentionnés, avant d’être commentés dans la suite de la présentation :

– « la traduction opère d’abord et surtout au sein de chacune des langues, avant d’œuvrer à leur frontière » ;

– « la traduction est écriture à part entière, parce que l’original est toujours lui-même, peu ou prou, de seconde main ».

Ces affirmations sont au cœur de la thèse de F. Ost : l’acte de langage est indissociable d’une pensée, non d’un énoncé univoque. Il est une traduction toujours en train de se faire. Le paradigme de la traduction – qui est de première importance pour les sciences sociales (p. 383) – prend acte des abîmes séparant message émis et message reçu. Le juriste belge n’a pas écrit un traité de linguistique mais un essai à tonalité politique7 . Il propose un texte militant en faveur d’une véritable politique des langues, concernant en particulier l’Europe et la recherche scientifique. Dans le domaine des sciences, la traduction d’une langue à l’autre joue précisément sur les lignes de fracture, sur la possibilité de transfert des concepts, sur les jeux d’équivalence et de comparaison. Loin d’être un choix par défaut, elle est un instrument heuristique qui permet le déploiement et l’approfondissement de la pensée.

 

2. « Traduire dans une même langue »

 

L’attention se porte sur les deux formulations paradoxales tout juste citées et sur ce que l’auteur appelle la « traduction dans la même langue » (p. 402). Les pages qui leur sont consacrées sont au centre de l’ouvrage, elles prennent place dans le quatrième chapitre intitulé « La traduction : interne, d’abord et surtout ».

F. Ost prend position en faveur d’une théorie généralisée de la traduction, qui ne se limite pas à la pratique inter-linguistique. Il affirme que l’on ne peut traduire dans une langue d’accueil que si « celle-ci se traduit elle-même en s’ouvrant à ce qui l’interpelle du dehors et à ce qui la travaille du dedans » (p. 134). L’auteur s’appuie notamment sur Hans-Georg Gadamer et sur l’idée selon laquelle il n’y aurait qu’une différence de degré entre le travail du traducteur et la tâche herméneutique assumée par tout texte8 . Traduction et interprétation ne se confondent pas mais elles ont un même enjeu : la compréhension des signes (p. 136-137). À l’appui de sa thèse, F. Ost utilise en outre l’argument de l’impossibilité de l’établissement de frontières nettes entre les langues (entre autres raisons, à cause de leur profondeur historique) : de là découle l’impossible différenciation entre traduction interne et traduction externe. Un dernier élément retenu en faveur de la traduction-interprétation étendue est d’ordre éthique. La traduction pose la question de l’autre, de l’humanité qu’autrui partage avec moi et qui constitue sa différence spécifique (p. 151). L’un des traits de l’être humain est l’altérité de soi à soi, qui rend in fine autrui moins étranger à moi dans la mesure où je le suis déjà à moi-même. La distance à soi que l’on partage avec les autres constitue une base sur laquelle construire la communauté d’interlocution, elle offre la possibilité d’un rapprochement qui donne son sens à l’activité de parler et de traduire (p. 152).

Ce détour par l’éthique peut paraître d’une virtuosité rhétorique exacerbée. Sans expliciter la nature du rapprochement, il associe autour de l’idée d’un double écart le rapport de soi à soi puis celui de soi à autrui, d’une part, et, d’autre part, le rapport d’un discours sur un objet à l’objet lui-même puis celui de ce discours à sa traduction en une autre langue. Quoi qu’il en soit, grâce à ce détour F. Ost parachève son argumentation sur l’indissociabilité des deux formes de traduction : celle externe, inter-linguistique et stricte, celle interne, intra-linguistique et large. La traduction externe affine la langue d’accueil, elle en révèle les potentialités mais c’est parce que la langue d’accueil n’est pas univoque et qu’elle est travaillée par un processus de traduction interne que la traduction externe est possible.

Ces éléments sont un des piliers du paradigme de la traduction que F. Ost souhaite voir figurer en bonne place dans la démarche cognitive des sciences humaines et sociales. Elles se développent autour d’un rapport critique à l’altérité de soi et d’autrui, altérité à laquelle la traduction est une éducation.

 

3. Le droit comme paradigme de la traduction

 

L’auteur fait du droit « le paradigme du paradigme de la traduction » (p. 380), voyant en lui « un champ d’application privilégié du paradigme traductif » (p. 415). La thèse est développée au long de l’extrait proposé qui fait plus spécifiquement l’objet du troisième moment de la présentation.

F. Ost dresse une cartographie de différents domaines du droit, dont chacun constitue un lieu d’application des questions posées au long de l’ouvrage, mais dont seuls quelques éléments sont repris dans la présentation. L’auteur évoque tout d’abord le droit international public et, à travers lui, la question de la lingua franca. L’usage généralisé de l’anglais fonctionnel ramène au premier des membres du dilemme babélien. Le problème de départ trouve cependant de nouvelles solutions lorsque sont prises en considération des constructions politiques multilingues, des pays comme le Canada ou des régions comme l’Union européenne. Ces solutions peuvent être l’égalité de valeur, reconnue à chacune des versions linguistiques des textes normatifs, leur production en corédaction ou encore – ce qui renvoie à la traduction interne – le recours à de nouvelles notions forgées à partir de principes existants dans chacune des langues utilisées mais irréductibles à ces derniers.

Les questions posées ne sont pas seulement d’ordre linguistique. Elles touchent aux modèles juridiques eux-mêmes, à leur compatibilité, à leur capacité à être traduits, à leur hiérarchie. F. Ost reprend ici une distinction posée pour le droit mondialisé par Mireille Delmas-Marty. Elle contraste la globalisation qui renvoie au droit anglo-saxon, au libéralisme économique et à une concurrence supposément libre et l’universalisation qui touche aux droits de l’homme et qui prend en compte la diversité des situations autour d’un idéal partagé9 . L’universalisation repose sur une forme de traduction puisqu’elle implique de traduire les grands principes suivant les spécificités nationales. F. Ost retrouve en elle l’intrication de la traduction interne et de la traduction externe. En effet, chaque situation doit être qualifiée, traduite en termes juridiques. Elle doit à la fois devenir autre à travers cette opération d’encodage et rester elle-même, pour ne pas perdre sa spécificité. Elle doit être traduite, encore, par le feuilletage des différents droits, nationaux et internationaux.

*

Le livre de F. Ost n’est sans doute pas le produit d’une pensée radicalement novatrice, désireuse de construire de nouveaux modèles théoriques. Il n’en constitue pas moins un effort remarquable, tant par la diversité des approches disciplinaires et des références qu’il utilise avec un souci de synthèse louable mais parfois entournant, que par la tentative d’examen des différents champs où s’appliquent concrètement les principes examinés. L’auteur s’efforce ainsi de tenir ensemble les deux approches de la traduction que le séminaire de lectures en sciences sociales des membres de l’École française de Rome a successivement examinées. Il souligne leur interdépendance. La réflexion menée sur le droit offre un cadre utile de pensée pour les études plus ponctuelles ou plus thématiques, comme celles qui sont discutées par C. Quertier et L. Tatarenko dans les deuxième et troisième parties de cette séance du séminaire.

 

  1. François Ost, Traduire. Défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, 2009, p. 398-417. []
  2. Voir le compte-rendu de la première séance du séminaire, proposé par Thibaud Lanfranchi, « De Gadamer à Latour : extension du domaine de l’herméneutique ». []
  3. Notamment Marc de Launay, « Nous creusons la fosse de Babel. », dans Id., Pierre Bouretz et Jean-Louis Schefer, La Tour de Babel, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 107-129. []
  4. Antoine Berman, LÂge de la traduction. « La tâche du traducteur », de Walter Benjamin, un commentaire, textes rassemblés par Isabelle Berman avec la collaboration de Valentina Sommella, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2008. []
  5. Kathrin H. Rosenfield, « La tâche du traducteur : de W. Benjamin à Hölderlin », Cadernos de Tradução, vol. 1 n°4, 1999, p. 14-16 (disponible en ligne : http://linguistique.wifeo.com/documents/Tache-du-traducteur.pdf page consultée le 12 juin 2014). []
  6.  Paul Ricœur, « Le paradigme de la traduction », Esprit, n°253 : « La traduction, un choix culturel », juin 1999, p. 8-19 (repris dans Sur la traduction, Paris, Bayard, 2003). []
  7. Comme le note justement Leyla Dakhli dans sa recension de l’ouvrage : « Le multilinguisme est un humanisme » sur le site La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Le-multilinguisme-est-un-humanisme.html (mise en ligne le 4 novembre 2009 ; page consultée le 12 juin 2014). []
  8. Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil 1996 (1re éd. all.: 1960). ainsi que le compte-rendu de la première séance du séminaire, « De Gadamer à Latour : extension du domaine de l’herméneutique ». []
  9. Mireille Delmas-Marty, Trois défis pour un droit mondial, Paris, Seuil, 1998. []

Jean-Baptiste Delzant

membre de l'Ecole française de Rome

More Posts

Nuage de mots ou concepts : quel lexique pour les dictionnaires critiques en sciences humaines ?

          S’il est un symptôme des questions qui traversent les sciences humaines sur les apports critiques de la traduction, c’est bien l’élaboration d’un dictionnaire. En plus de faire le point sur l’état de la recherche dans un champ disciplinaire, la construction des entrées de ces dictionnaires est en soi porteuse d’une vision des usages de la traduction : quel type de mots retenir, à partir de quels textes-sources et dans quelles langues ? Cette question est au cœur des approches différenciées adoptées par Barbara Cassin et par Olivier Christin, dans les deux dictionnaires qu’ils ont récemment coordonnés.

Ce billet reprend une présentation rapide de ces deux projets donnée au cours du séminaire de lecture de l’École française de Rome du 13 février 2014, plus particulièrement de la différence revendiquée dans la construction des entrées de ces deux dictionnaires, entre nuage de mots et concepts. Il rend compte, d’autre part, d’une partie des discussions qui ont suivi la présentation.

Les titres des deux dictionnaires annoncent deux démarches distinctes : d’un côté, un Vocabulaire européen des philosophies, de l’autre, un Dictionnaire des concepts en sciences humaines. À rebours des attendus disciplinaires, l’équipe de philosophes dirigée par Barbara Cassin s’occupe de mots, et celle d’historiens réunie par Olivier Christin, de concepts.

Barbara Cassin refuse l’appellation de concepts pour les entrées des différentes notices du Vocabulaire européen des philosophies1. Les problèmes sont posés à partir de mots inscrits dans des réseaux sémantiques. Chaque entrée du dictionnaire est formulée à partir d’une grille de mots, soit un mot d’une seule langue dans une constellation (Leggiadria), soit des mots empruntés à plusieurs langues (par exemple mind, Geist, Esprit, ou Structure, Pattern, Gestalt), qui sont examinés dans la notice les uns par rapport aux autres. Le concept peut surgir en dernier ressort de cette démarche, en tant que « géométral des mots »2, mais il n’est pas le but visé prioritairement par cette démarche. La réflexion sur les quasi-équivalents entend surtout révéler différentes visions du monde, les unes par rapport aux autres (c’est-à-dire, en l’occurrence, différentes traditions philosophiques et systèmes de pensée), dans une approche de comparaison lexicographique.

 

L’autre versant du titre (Dictionnaire des intraduisibles) met en avant le savoir-faire philologique que mobilisent les notices du dictionnaire, c’est-à-dire l’exercice continu de la traduction. Les « intraduisibles » placés en tête de notice ne sont pas, en effet, des mots que l’on refuse de traduire, mais au contraire ceux qu’on cherche continuellement à traduire3. Les collaborateurs du Vocabulaire sont experts des difficultés et des équivoques d’un certain lexique et d’une langue donnée, chacun contribuant à débrouiller les « nœuds d’intraduisibilité » identifiés au début de la notice4.

Wilhelm von Humboldt
Wilhelm von Humboldt

L’ambition scientifique du Vocabulaire est ainsi résumée par l’illustration de couverture. Le nuage de mots qui est y est figuré renvoie à ces « légers nuages » dont parle Humboldt dans la préface à la traduction de l’Agamemnon (1816) : « Un mot est si peu le signe d’un concept que le concept ne peut même pas naître avant lui, encore moins être fixé ; l’action indéterminée de pensée se condense dans un mot comme de légers nuages apparaissent dans un ciel pur. C’est alors un être individuel, d’un caractère et d’une figure déterminés, d’une force agissant sur l’esprit, et capable de se transplanter »5. La thèse de Humboldt est la source d’inspiration affichée de Barbara Cassin dans le Vocabulaire européen des philosophies, qui prête à certains mots, rattachés à des textes d’auteur, le pouvoir de ramasser (zusammenziehen) une « force de pensée » sans elle indéterminée. Les réseaux de mots examinés sont ceux de traditions philosophiques datables, mis en place par des auteurs. Une entreprise comme le Vocabulaire européen des philosophies met donc en lumière la tension qui existe entre un concept philosophique, qui prétend à l’universalité, et son expression, qui peut être datée, contextualisée, rattachée à une série de textes qui ont marqué de leur empreinte le lexique philosophique6.

Le point de départ du Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines dirigé par Olivier Christin est tout autre, puisque c’est la naturalisation de certains mots dans leur usage académique qui est à l’origine du choix d’une entrée7. Les « concepts » retenus sont des expressions et mots d’usage courants dans la discussion universitaire (par exemple avant-garde, Grand Tour, opinion publique), en particulier dans l’histoire et la sociologique politiques (absolutisme, administration) ou, encore, des périodisations, instruments du partage du travail universitaire (Ancien Régime, histoire contemporaine). L’hétérogénéité des notices du volume est revendiquée par Olivier Christin, car l’essentiel réside dans la démarche, inspirée de la critique des « inconscients d’école » par Pierre Bourdieu, « dans le souci de dénaturaliser et d’historiciser les usages lexicaux, de faire de chaque notice un cas d’école, sur lequel penser ce que les structures académiques, les usages linguistiques, les routines intellectuelles imposent de façon subreptice. La langue savante ne nous impose-t-elle pas parfois le choix des sujets que nous jugeons pertinents ou intéressants, la façon dont nous les construisons ou dont nous les expliquons ? »8. Entreprise intéressante et subversive, en effet, que de partir du lexique de la recherche universitaire, de ces mots-clé « couleur muraille », qui anticipent sur les catégories de son évaluation9 ! Mais, dans sa mise en œuvre, le Dictionnaire des concepts nomades est tiré vers une autre direction. Sur le modèle de la sémantique historique de John Pocock et de Reinhart Koselleck, chaque notice propose l’exploration diachronique du sens d’un « concept » qui a contribué à modeler les formes de l’action politique10. L’époque paradigmatique pour la mise en œuvre de cette méthode est celle des Révolutions. Le lexique est alors très nettement le creuset de l’action politique, grâce à un réinvestissement de mots existants et à la création de nouveaux termes, et ce, en plusieurs langues11. Ce faisant, même s’il ne se résume pas à cet aspect, le Dictionnaire s’inscrit résolument dans la veine des travaux autour de l’invention lexicale pendant la Révolution française12.

Réunissant principalement des historiens, la discussion du séminaire a surtout porté sur les apports des deux approches pour la traduction du lexique en histoire (qu’il s’agisse des mots des sources ou des catégories des chercheurs), et sur des comparaisons avec quelques autres dictionnaires récents ou en cours de préparation. L’approche philologique de l’équipe de Barbara Cassin a été rapprochée de plusieurs cas concrets d’équivocités des mots dans les sources. Ainsi, la traduction ou l’explicitation variable d’un même terme auquel on procède en histoire, en fonction des contextes (par exemple auctoritas, imperium), relève de la même opération que celle appliquée aux « intraduisibles » du Vocabulaire de Barbara Cassin.

Dans le panorama actuel des projets collectifs de dictionnaires critiques, il a été question de l’ambitieuse entreprise collective sur le vocabulaire urbain dirigée par Christian Topalov13, qui entretient un air de parenté avec le Vocabulaire européen des philosophies, puisqu’il montre, dans chacune des notices, l’impossibilité d’une traduction immédiate des « mots de la ville ». Ces notices s’ouvrent sur la confrontation lexicale, à partir de huit langues (allemand, anglais, arabe, espagnol, français, italien, portugais et russe), de réalités urbaines tenues pour proches, mais en réalité dissemblables : la confrontation montrant de façon descriptive que les systèmes lexicaux organisent le monde urbain de diverses façons. Toutefois, le constat de cette difficulté est dépassé par l’exploration des solutions de traduction au cours du temps, dont l’étude diachronique permet d’apprécier l’instabilité.

La conservation des mots originaux dans le choix des lemmes d’entrée est aussi le parti adopté par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans un Dictionnaire critique de l’Église en cours de préparation, qui part du lexique théologique pour l’élaboration de ses entrées. Ce choix redouble le propos du Dictionnaire : puisque l’Église est une instance d’énonciation du vrai et de répression de la déviance, le mot est étudié, au cours du temps, dans son pouvoir de définir et de créer un ordre communautaire. L’intérêt de cette approche est de baliser, par le lexique même, le périmètre du dictionnaire (la culture chrétienne). Ce faisant, le Dictionnaire critique de l’Eglise à venir offre une alternative au choix conceptuel du Dictionnaire des faits religieux publié en 2010, dans lequel chaque entrée part d’une catégorie jugée opérante au-delà des frontières confessionnelles14.

Plusieurs intervenants ont enfin soulevé le problème du « génie des langues » dans ces dictionnaires multilingues. Cette question difficile est évoquée frontalement par Barbara Cassin dans la présentation du Vocabulaire européen des philosophies, et reste évidemment ouverte à l’issue de la discussion. Barbara Cassin affirme clairement qu’aucune langue ne doit être tenue pour plus philosophique qu’une autre et que le Vocabulaire s’est employé à placer les langues à égalité. Toutefois, même à supposer un réel traitement égal des langues dans un dictionnaire multilingue (difficile dans les faits), on peut se demander si la prise en compte de l’écart entre les langues ne donne pas lieu à une exaltation de leurs différences expressives, marquées et éprouvées avec plus de netteté encore dans la circulation « entre les langues »15.

  1. Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil/Le Robert, 2004. []
  2. Interview de Barbara Cassin à France Culture, « Les nouveaux chemins de la connaissance », 20 mars 2014 : « Si on part des concepts, on a beaucoup de mal à rejoindre les mots ; si on part des mots, on peut peut-être, comme géométral des mots, trouver un concept ». []
  3. B. Cassin, « Présentation », dans Vocabulaire européen des philosophies, op. cit., p. XVII, « Parler d’intraduisibles n’implique nullement que les termes en question, ou les expression, les tours syntaxiques et grammaticaux, ne soient pas traduits et ne puissent pas l’être – l’intraduisible, c’est plutôt ce qu’on ne cesse pas de (ne pas) traduire ». []
  4. B. Cassin, « Présentation », art. cit., p. XVIII : « Chaque entrée part d’un nœud d’intraduisibilité ». []
  5. Wilhelm von Humboldt, « Introduction à l’Agamemnon », dans Denis Thouard (trad.), Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Seuil, Points-Bilingues, 2000, p. 33-35. []
  6. Voir à ce propos la définition donnée par Schleiermacher du rapport entre un auteur et sa langue, dont la conviction est très proche de celle de Barbara Cassin : « il est son organe et elle est le sien ». Cf. F. Schleiermacher, C. Berner (trad.), L’herméneutique générale, 1809-1810, Paris-Lille, Cerf-PUL, 1987, p. 15. []
  7. Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, 2010 []
  8. O. Christin, « Introduction » au Dictionnaire des concepts nomades, op. cit., p. 16. []
  9. Michel de Certeau, « L’opération historiographique », dans L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 93. []
  10. O. Christin, « Introduction », art. cit., p. 18 et Reinhart Koselleck, Le Futur du passé. Contribution à la sémantique historique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 [1979]. []
  11. Voir, à titre d’exemple, la notice d’Igor Moullier : « Administration », dans Dictionnaire des concepts nomades, op. cit., p. 39-50. L’entrée ne rend pas compte du champ lexical exploré. La notice aurait pu s’intituler :  « Administration/gouvernement/police/bureaucratie », Verwaltung/ Regierung. []
  12. O. Christin, « Introduction », art. cit., p. 19. []
  13. Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, 2010, Coll. « Bouquins ». []
  14. Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, PUF, 2010, « Quadrige dicos poche ». []
  15. Voir le retour nuancé à une forme de génie des langues dans Heinz Wismann, dans Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012. []

Marie Lezowski

Membre post-doctorante de l'École française de Rome - Chercheuse associée au Centre Roland-Mousnier et au CéSor-EHESS

More Posts

De Gadamer à Latour : extension du domaine de l’herméneutique

gadamer portrait
Hans-Georg Gadamer

La première séance du séminaire (dont ce texte offre le compte-rendu partiel) a rappelé qu’H.‑G. Gadamer souhaite asseoir philosophiquement un régime de vérité propre aux sciences humaines. Vérité et Méthode n’entend nullement produire une méthodologie des sciences humaines et sociales. Cet ouvrage s’écarte au contraire d’une conception de l’herméneutique comprise comme une épistémologie de ces disciplines et se détache de toute une lignée très largement allemande1, qui comprend Fr. Schleiermacher, W. Dilthey ou E. Betti2. C’est l’au‑delà de la méthode qui intéresse H.‑G. Gadamer, ce en quoi il se révèle bien disciple d’Heidegger. Pour H.‑G. Gadamer, il existe d’autres modes de savoir, différents de celui imposé dans le domaine des sciences exactes et pourtant tout aussi productifs, qu’il s’agit de décrire de manière quasi phénoménologique. Il insiste aussi sur l’appartenance de la compréhension au langage. Toutes ces vérités auraient été perdues avec l’imposition du modèle exclusif du savoir scientifique3. Sa volonté est donc très clairement de préserver un type de savoir, d’expérience (mot qui revient à plusieurs reprises dans l’introduction de Vérité et méthode), producteur à part entière de vérité et différent de celui à l’œuvre dans les sciences exactes.

Ces constats conduisent à se demander si H.‑G. Gadamer ne s’illusionne pas sur les processus de production scientifique ? Quoi qu’il en dise, son livre demeure fortement informé par le dualisme entre sciences de la nature et sciences de l’esprit, tandis que la vie des sciences de l’esprit du XIXe siècle y est totalement influencée par la tradition humaniste et son idéal de formation4. Or c’est précisément ce dualisme entre deux types de sciences que Br. Latour et St. Woolgar entreprirent de dénoncer. Ils le firent en étendant très fortement la notion d’herméneutique et en l’appliquant aux processus de production des faits scientifiques à l’œuvre dans le domaine des sciences dites « dures ». C’est le rapport possible entre H.‑G. Gadamer et la sociologie latourienne des sciences que je voudrais explorer ici. Moins pour affirmer qu’H.‑G. Gadamer est une source cachée de Br. Latour que pour montrer qu’ils puisent à une source commune de façon radicalement différente. Alors qu’H.‑G. Gadamer veut fonder philosophiquement l’expérience de vérité qu’il nomme herméneutique, Br. Latour retourne sociologiquement le problème de l’herméneutique en dévoilant la réalité de la production ordinaire des faits scientifiques (de tous les faits scientifiques), derrière leur idéal méthodique et apodictique. La Vie de laboratoire en offre la meilleure preuve.

 

Cet ouvrage est le résultat de deux ans passés par Br. Latour dans le laboratoire de l’institut Salk, à observer les savants au travail. Il y décrit leur fonctionnement au plus près, en refusant d’avoir recours à leur langue pour les décrire, et tout en voulant se débarrasser du langage traditionnel de la sociologie5. Ce faisant, il souhaite montrer le caractère construit de la science dite « dure », qui de ce point de vue n’est guère différente de la science prétendument « molle ».

vie_labo_latour

Levons dès à présent une équivoque qui pourrait paraître à la lecture : il ne s’agit pas de nier qu’existent des faits scientifiques. Au contraire, parler de construction « ne signifie pas qu’il faille mettre en doute sa solidité en tant que fait. Cela indique qu’il faut prendre en compte la procédure, le lieu et la motivation qui ont contribué à son établissement »6. Br. Latour est souvent revenu sur ce point pour récuser cette interprétation de sa démarche. Ainsi, dans un autre de ses livres, il parle de son travail avec St. Woolgar en réaffirmant : « Je parle bien des peptides eux‑mêmes et non pas simplement de leur représentation au laboratoire du professeur Guillemin »7. S’il ne faut donc pas comprendre leur démarche comme une entreprise de négation des faits, il est en revanche exact qu’ils ne conçoivent pas la réalité comme une donnée préexistante attendant d’être dévoilée, mais comme une construction progressive par le travail d’établissement des faits, ce qui est déjà une conception d’herméneute.

Après un premier chapitre consacré aux cadres théoriques de la démarche, le deuxième chapitre présente le parcours d’un observateur idéal dans le laboratoire en ayant recours au concept d’inscription littéraire, qui aboutit à littérariser tout ce qui est décrit. Les auteurs constatent ainsi la prolifération d’écritures de toutes sortes et vont jusqu’à appeler « dictionnaire matériel » des armoires de tubes échantillons numérotés et sériés. Ils le font parce que les scientifiques passent le plus clair de leur temps à « coder, marquer, lire et écrire »8. Leur travail correspond à un processus de construction littéraire qui s’apparente à une longue série de transformations menant des procédés sur la paillasse aux graphiques, tableaux et articles finaux9. Une partie des appareils du laboratoire sont aussi des inscripteurs, c’est‑à‑dire qu’ils transforment de la matière en chiffres ou en diagrammes. Dès ce moment, Br. Latour et St. Woolgar essayent de démontrer que les processus en jeu et les qualités demandées aux savants ne sont pas si différents de ceux exigés des « littéraires ». Interviennent simplement dans ces processus un ensemble de matériel technique que l’on peut ranger au titre des inscripteurs. Leur vocabulaire est ici significatif : lorsqu’ils parlent de la centrifugeuse, mise au point en 1924, les deux auteurs indiquent que c’est elle qui permit d’inventer les protéines. Ils rappellent d’ailleurs l’expression de G. Bachelard pour qui les appareils techniques n’étaient que de la « théorie réifiée ». L’objectif final n’en demeure pas moins de produire des articles. Dans ces articles, cinq types d’énoncés se laissent isoler : type 5 = fait acquis ; type 4 = relation acquise mais énoncée de façon plus explicite que dans le type 5 ; type 3 = énoncé de type 4, mais encore modalisé ; type 2 = énoncé avec fortes modalisations, sous forme d’hypothèses possibles ; type 1 = conjectures. L’activité du laboratoire peut dès lors être décrite comme la transformation d’un type d’énoncé en un autre, idéalement du type 1 au type 5. Comme l’écrivent Br. Latour et St. Woolgar, « les chercheurs passent leur temps à effectuer des opérations sur les énoncés ». Ils sont « des écrivains et des lecteurs qui cherchent à se convaincre et à convaincre les autres »10.

 

Sur ces bases, le chapitre trois montre en quoi présenter le progrès scientifique en termes de découverte est une mauvaise méthode d’explication, qui ne rend pas compte de ce qui est réellement en jeu dans la production des faits scientifiques. La démonstration passe par une brève histoire de la « découverte » du TRF, c’est‑à‑dire le facteur de libération de la thyrotropine, une substance produite par l’hypothalamus. Le livre montre comment, au début des années 1960, une sous‑discipline de l’endocrinologie se constitua : celle qui s’intéresse aux facteurs de libération de certaines substances. Les différentes stratégies des laboratoires pour faire la chasse à ces substances sont analysées, ce qui révèle la grande importance d’un article publié en 1963 par R. Guillemin, un des principaux acteurs du domaine, qui a défini tout une série de critères (quatorze en tout) permettant de conclure à l’existence d’un nouveau facteur de libération. Cet article éleva brusquement et fortement le niveau de preuves nécessaires, avec deux conséquences immédiates : d’une part, le coût en matériel nécessaire élimina de la course à la découverte nombre de laboratoires tandis que, d’autre part, les limites ainsi posées, avant tout isolement du TRF, eurent une influence forte sur sa « découverte ». La suite du chapitre revient sur la concurrence que se livrèrent les deux principaux laboratoires actifs en ce domaine : celui de R. Guillemin et celui d’A. Schally (qui avait fait un post‑doctorat chez R. Guillemin avant de monter un laboratoire concurrent). Les chercheurs pensaient au départ que ce fameux TRF était un peptide, sans savoir lequel. Cette hypothèse fondamentale guidait les deux camps. Or, en principe, un peptide peut voir son activité biologique détruite par des enzymes. Les tests en ce sens montraient cependant que cela ne fonctionnait pas sur le TRF. A. Schally avait pourtant réussi en 1966 à isoler trois acides aminés (éléments de base des peptides) comptant pour au moins 30 % de la masse totale du TRF. Devant ces résultats contradictoires, R. Guillemin proposa de revenir sur le postulat de départ. C’est là toute l’ironie du sort. Bien qu’A. Schally eût en fait trouvé la formule quasi entière dès 1966, il accepta que le TRF puisse ne pas être un peptide en raison de sa confiance dans les hypothèses de R. Guillemin. C’est seulement en 1969, avec l’embauche d’un nouveau chimiste par R. Guillemin, que l’analyse du TRF put être poussée à son terme et qu’on compris que les trois éléments isolés dès 1966 formaient en réalité 80% de la substance TRF, le reste étant découvert la même année. La description de Br. Latour et St. Woolgar permet ainsi de souligner que la construction de l’objet TRF, tout comme la logique même des déductions scientifiques à l’œuvre, mobilisèrent de nombreux facteurs extra‑scientifiques, de nature sociologique (par exemple la croyance d’A. Schally dans la justesse des hypothèses de R. Guillemin). L’ensemble dépendit aussi d’un matériel technique dont les résultats, souvent très complexes, laissent plusieurs possibilités d’interprétation au scientifique. Ce qui fut décisif en 1969, c’est que l’équipe de R. Guillemin concentra ses efforts pour rendre la substance TRF volatile, de manière à pouvoir la soumettre à un instrument plus fin : le spectromètre de masse. Cet appareil réduisit considérablement les possibilités d’interprétations et permit de mettre au jour la structure de la substance.

 

640px-BrunoLatour
Bruno Latour

Ce cas concret permet à Br. Latour et St. Woolgar de suggérer que le raisonnement scientifique n’est qu’une variante de ce que M. Augé appelle « pratique d’interprétation ». Il y a une identité de nature entre l’activité scientifique et les pratiques interprétatives des activités non scientifiques11.

L’analyse des conversations informelles de la vie de laboratoire, qui ont en réalité une grande importance sur l’orientation des recherches, permet d’asseoir cette équivalence. Ces conversations sont souvent dépourvues d’énoncés objectifs. Elles montrent aussi que l’identité de l’auteur des énoncés analysés durant la conversation compte autant que la nature des énoncés. Aucune logique déductionnelle n’est à l’œuvre dans ces conversations. Il s’agit plus simplement de débats pour éliminer des alternatives. Toutefois, peut‑on passer de ces analyses conversationnelles à celle des processus de pensée, pour y repérer des phénomènes similaires ? Le livre opère ce passage à partir d’un autre cas concret de découverte, pour affirmer qu’en règle générale, l’énoncé « un jour X a eut une idée » est un conte, qui peut s’analyser comme tel, et qui masque la contingence sociale de la « découverte ». Il n’est pas anodin que Br. Latour et St. Woolgar aient ici recours aux écrits de R. Bultmann. Les auteurs mettent aussi l’accent sur l’importance des raisonnements analogiques au détriment des raisonnements déductifs‑logiques, qui sont pourtant censés être l’apanage des sciences « dures ». Faits et énoncés ont la même origine, et leur séparation n’est que l’étape finale du processus de leur construction12.

Le chapitre cinq revient sur la question de la crédibilité scientifique et sur ce qui motive les chercheurs. La toute fin de l’ouvrage est alors consacrée à montrer comment le processus même d’écriture du livre correspond aussi à ce que le livre a essayé de montrer du processus de production des faits scientifiques13.

 

Dans ce texte, Br. Latour et St. Woolgar posent en fait les bases de développements théoriques plus larges. Ici, la notion de traduction n’apparaît qu’une fois, très incidemment, p. 30, sans être conceptualisée. L’idée qui se trouve derrière fut toutefois reprise par la suite. Dans un autre ouvrage de Br. Latour, consacré à Pasteur, elle apparaît dès l’introduction sous la forme de la notion de « chaine de traduction », avant de revenir à de très nombreuses reprises14. C’est là que la conception exégétique de la production des faits scientifiques rejoint l’idée herméneutique et la notion de traduction. Les développements successifs de cette idée ont conduit à l’élaboration de ce qu’on appelle la théorie sociologique de la traduction dont M. Callon, qui a beaucoup travaillé avec Br. Latour, a donné une version programmatique dans un article célèbre15. Le titre de l’article, qui peut prêter à sourire, s’explique parce qu’il veut matérialiser une des ambitions majeures de cette théorie : le traitement rigoureusement symétrique des différentes parties en jeu. Cette ambition de symétrie, capitale, était déjà énoncée de façon explicite dans La Vie de laboratoire16. Ce principe de symétrie généralisée dans l’analyse dérive des travaux de D. Bloor17, dans lequel il définit ce que l’on a appelé le « programme fort » de la sociologie des sciences. L’article de M. Callon reprend et étend certains de ces principes en prenant comme exemple la constitution d’un savoir scientifique sur les coquilles saint‑jacques dans les années 1970, dans le but de comprendre et empêcher une raréfaction drastique des stocks. Sans entrer dans le détail de la démonstration, l’ensemble aboutit notamment à recourir à la notion de traduction pour expliquer les processus en jeu. Pour M. Callon, « la traduction n’est rien d’autre que le mécanisme par lequel le monde social et naturel se met progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle réussit, à une situation dans laquelle certaines entités arrachent à d’autres, qu’elles mettent en forme, des aveux qui demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés »18. En se raffinant encore, cette théorie a pris le nom de « théorie de l’acteur‑réseau ».

La symétrie y reste un principe de base car peuvent être acteur de ce réseau des humains, des objets (les fameux inscripteurs dont parlent Br. Latour et St. Woolgar) ou encore des discours. On a parlé parfois d’« ontologie plate » à propos de cette conception qui met sur un pied d’égalité des entités si diverses. Ce sont les interactions des différents acteurs dans un réseau, ou dans plusieurs, qui permettent de véritablement analyser le monde social, et qui le constituent. Ces relations entre acteurs se font par des opérations de traduction (ou de chaînes de traduction), c’est‑à‑dire par une mise en relation de deux acteurs à travers des opérations qu’on pourrait apparenter à des interprétations, à des façons de s’approprier quelque chose de l’autre en le passant dans le bon langage. La traduction c’est donc la façon dont un des acteurs du réseau s’empare des positions de l’autre et se les approprie. C’est ce processus constant de traduction qui relie les acteurs les uns aux autres et c’est seulement en décrivant ces chaînes de réécritures qu’on peut se donner les moyens de décrire la science, ou plus exactement la traduction d’une inscription dans une autre.

 

Deux notes de La Vie de laboratoire permettent de comprendre le rapport qu’une telle sociologie des sciences peut entretenir avec l’herméneutique19. Tout y est dit, y compris dans la référence à la Grammatologie de J. Derrida. On notera qu’H.‑G. Gadamer est absent des références de Br. Latour. Ils ont en revanche des références croisées, en particulier à J. Derrida et à R. Bultmann.

Rudolf_Bultmann_Portrait
Rudolf Bultmann

R. Bultmann était un théologien protestant tout à fait important, qui eut beaucoup d’influence sur le développement de la pensée d’H.‑G. Gadamer. En 1950, en pleine phase de maturation et d’écriture de Vérité et méthode, R. Bultmann avait fait paraître un essai intitulé « Le problème de l’herméneutique », dans lequel il utilisait M. Heidegger pour évoquer l’implication de l’interprète dans son objet d’analyse. C’est aussi R. Bultmann qui critiqua en premier le projet herméneutique de W. Dilthey, tout en lui empruntant le terme pour lui attribuer un sens neuf. Le même R. Bultmann accueillit la parution de Vérité et méthode en saluant « une œuvre hautement significative, y compris pour la théologie »20. Si une analyse précise de ces influences n’est pas mon objet, elles sont réelles. Le rapport d’H.‑G. Gadamer à J. Derrida fut, lui, plus complexe, même s’ils sont tous deux des héritiers de M. Heidegger, chacun d’une partie du programme du maître. Pensons à cette phrase où M. Heidegger affirme que l’herméneutique n’accomplit sa tâche que par le biais de la destruction21. De façon très simplifiée, on pourrait dire que J. Derrida récupère la destruction (en en faisant la déconstruction) et H.‑G. Gadamer le projet herméneutique. Quoiqu’il y eut plusieurs tentatives de rencontre entre eux, J. Derrida s’y prêta de mauvaise grâce et cela ne donna rien à chaque fois (avril 1981, février 1988 et mars 1993). Pourtant, dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung du 23 mars 2002, J. Derrida fit paraît un hommage à H.‑G. Gadamer qui s’intitulait « Wie recht er hatte. Mein Cicerone Hans‑Georg Gadamer »22.

Achevons sur H.‑G. Gadamer en citant une lettre de K. Popper à Grossner, où l’on peut lire : « En vérité, je suis aussi éloigné du positivisme que l’est Gadamer (par exemple) : j’ai en effet découvert — et c’est là-dessus que se fonde ma critique du positivisme — que les sciences exactes ne fonctionnent pas de manière positiviste, mais qu’elles suivent essentiellement une méthode qui opère avec des “préjugés” […] Ce qui me sépare par conséquent de Gadamer, c’est une meilleure intelligence de la “méthode” des sciences exactes, une théorie logique de la vérité et une attitude critique. Mais ma théorie est aussi anti-positiviste que la sienne, et j’ai montré que l’interprétation des textes (l’herméneutique) opère avec des méthodes qui sont aussi celles des sciences exactes. »23. K. Popper montre ici le lien possible entre herméneutique et science. Or Br. Latour récupère précisément le projet herméneutique des sciences exactes évoqué ici par K. Popper, tout en se revendiquant plutôt comme non‑popperien.

C’est là, en retournant à Br. Latour, que les choses prennent forme. Cette théorie sociologique de la traduction est une sociologie qui analyse tout en terme de langage, qui littérarise, qui sémiotise, comme en témoigne la notion d’inscripteurs littéraires. C’est aussi une théorie processuelle. D’une certaine façon, elle s’inscrit dans la continuité de la dernière section de Vérité et méthode, qui indique que tout est langage. Dans le même temps elle réfute la coupure entre sciences exactes et sciences humaines, pour appliquer au fondement de toute science une forme d’herméneutique. Il est alors intéressant de rappeler que l’on retrouve chez Br. Latour la double influence de R. Bultmann et de J. Derrida. Elle y est même croisée si l’on remonte aux années de formation de Br. Latour, à Dijon. Lors de ses études dans cette ville, Br. Latour, à l’époque étudiant catholique militant, fut l’élève d’A. Mallet, pasteur protestant et traducteur de R. Bultmann. Br. Latour lui‑même a indiqué combien la façon dont A. Malet et R. Bultmann rendaient le texte biblique compréhensible, en y démontant le processus de transformations, gloses, etc. qui y était à l’œuvre, fut d’une grande importance pour lui.

foi-et-comprehension-tome-2-eschatologie-et-demythologisation-de-rudolf-bultmann-livre-890418726_MLBr. Latour fit d’ailleurs sa thèse, en 1975 (jamais publiée), sur une analyse croisée de l’Évangile de Saint Marc, de Ch. Péguy et de Saint John Perse24. Comme il l’écrit, il essaya, dans ce texte, de démontrer l’idée que « la déconstruction systématique par l’exégèse de toutes les certitudes dogmatiques, loin d’affaiblir la valeur de vérité que les gloses successives ne cessaient de rejouer, permettait enfin de poser la question de la vérité religieuse. Mais à condition d’accepter qu’il existe un parcours de véridiction avec ses propres conditions de félicité dont l’exégèse garde la trace et dont le style répétitif de Péguy, au tournant du 20ème siècle, avait essayé de reprendre la bouleversante tonalité ». Remplacer « religieuse » par « scientifique » donne à ce texte une tournure toute particulière. Br. Latour ajoute plus loin : « Un peu de Derrida, de Lévi‑Strauss et beaucoup de Deleuze aidaient à donner à cet argument le brillant d’époque que ni Péguy, ni Bultmann ne pouvaient évidemment procurer ».

Il doit paraître à présent évident que ces œuvres puisent à un fond commun, quand bien même Br. Latour étend considérablement le champ des processus interprétatifs. Je ne dirai donc pas que la sociologie latourienne des sciences est d’inspiration gadamérienne. En revanche, elle est indiscutablement d’inspiration herméneutique et exégétique, en se proposant peut‑être un programme plus radical que le sauvetage de la tradition par H.‑G. Gadamer. Les fondations herméneutiques d’un tel projet apparaissent d’ailleurs de façon très nette dans un autre texte de Br. Latour, Irréductions, où l’on peut lire : « Ce que les herméneutes, les exégètes ou les sémioticiens disent des textes — soit dans la langue vénérable des anciens, soit dans le langage en polystyrène expansé des modernes — on peut le dire de toutes les forces. Il est admis, depuis longtemps, que les rapports d’un texte à l’autre sont toujours d’interprétation. Pourquoi ne pas accepter qu’il en soit ainsi entre les dits textes et les dites choses et surtout, entre les dites choses elles‑mêmes ? »25.

  1. H. Wismann, Penser entre les langues, Paris, 2012, p. 17 présente d’ailleurs l’herméneutique comme une science « allemande ». []
  2. Voir J. Grondin, Hans‑Georg Gadamer. Une biographie, Paris, 2011, p. 380‑381. []
  3. Voir J. Grondin, Hans‑Georg Gadamer. Une biographie, Paris, 2011, p. 389 et p. 408. []
  4. H.‑G. Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, 1996, p. 34. []
  5. Sur ce dernier point, le livre fut critiqué par Mike Lynch comme étant en fait encore de la sociologie. Voir Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 26, n. 5. []
  6. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 118. Voir aussi p. 179‑180 et p. 186. []
  7. Br. Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, 1991, p. 13. []
  8. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 40. []
  9. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 41‑42. []
  10. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 87‑88. []
  11. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 148‑149. []
  12. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 188. []
  13. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 275‑279. []
  14. Voir B. Latour, Les Microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, 1984, p. 16 et, surtout, p. 202 : « Dire, c’est dire autrement. Autrement dit, c’est traduire. » C’est l’auteur qui souligne. []
  15. M. Callon, « éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint‑Jacques et des marins‑pêcheurs dans la baie de Saint‑Brieux », L’Année sociologique, 1986, p. 169‑208. []
  16. Br. Latour et St. Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, 1995, p. 16 ou p. 21 par exemple. []
  17. En particulier son livre Knowledge and Social Imagery, 1976. []
  18. M. Callon, « éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint‑Jacques et des marins‑pêcheurs dans la baie de Saint‑Brieux », L’Année sociologique, 1986, p. 205. []
  19. La n. 11 p. 172 et la n. 23 p. 280 []
  20. J. Grondin, Hans‑Georg Gadamer. Une biographie, Paris, 2011, p. 395 []
  21. M. Heidegger, Interprétations phénoménologiques d’Aristote, Paris, 1992, p. 31. []
  22. Sur les rapports compliqués entre Gadamer et Derrida, voir J. Grondin, Hans‑Georg Gadamer. Une biographie, Paris, 2011, p. 455‑478 []
  23. Cité par J. Grondin, Hans‑Georg Gadamer. Une biographie, Paris, 2011, p. 409‑410. []
  24. Voir http://www.bruno‑latour.fr/sites/default/files/126‑KARSENTI‑AIME‑ARCHI‑PHILO.pdf []
  25. B. Latour, Les Microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, 1984, p. 186. []