Archives pour la catégorie 2010-2011 : Le public: espace, sphère, opinion

Public versus Secret : aux frontières du droit et de la légalité.

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 4 organisée par Arnaud Fossier et Sylvain Parent

Emanuele CONTE (Università Roma 3)
Procedura, storia e potere: la nascita del pubblico nel XII secolo

Nella prima metà del secolo XII, il « revival » dell’antico coincide con la ricerca di una dimensione pubblica della politica e del diritto. Da una parte, la Roma pontificia e comunale, dall’altra la realtà singolare di Pisa si rivolgono al diritto romano per introdurre una dimensione pubblicistica al potere di giurisdizione. Molto diversa per caratteristiche culturali, anche la scuola dei glossatori si pone il problema del pubblico, discutendo in particolare il significato dell’espressione « res publica ».

Lucia BIANCHIN (Università di Trento)
Alle origini della relazione fra pubblico e privato nella modernità : la censura

La censura è fin dall’antichità un istituto di rilevanza fondamentale nella vita di ogni comunità politica. Il pensiero giuridico-politico del Cinque e Seicento, in un quadro storico e culturale segnato dalle guerre di religione e dalla censura ecclesiastica, vi riflette con attenzione, realizzando la necessità per lo Stato moderno di assumere in prima persona questa forma di controllo morale e sociale. Assegnare alla censura un posto centrale nell’amministrazione dello Stato è la sola via per avere una salda presa sulla comunità, a partire dalla vita, anche privata, dei singoli di cui essa si compone. Caratteristica peculiare della censura, che la rende un’utile forma complementare di amministrazione della giustizia, è la libertà da vincoli di forma, da rigide procedure e dalla predeterminazione delle condotte perseguibili e delle sanzioni irrogabili. Ampia discrezionalità e possibilità di segretezza sul modo di procedere sono aspetti essenziali per un’azione di controllo efficace di tutti quei comportamenti e quelle idee che sono in qualche modo pericolosi per l’ordine pubblico, anche se non in senso stretto illegali.

Giovanna TOSATTI (Università della Tuscia, Viterbo)
La produzione del segreto in Italia tra organismi istituzionali e strutture illegali

Per quanto riguarda l’Italia, il problema può essere affrontato sotto una duplice prospettiva : le strutture informative da un lato, l’apposizione del segreto e gli archivi dall’altro. Sul primo punto, fin dall’inizio del Novecento e soprattutto allo scoppio della I guerra mondiale sono esistiti paralleli servizi segreti, militari e civili, ma solo nel 1977 una prima legge, sostituita da una recente normativa del 2007, ha regolamentato l’istituzione e l’ordinamento dei servizi di informazione e sicurezza. Da parte degli uffici che si sono succeduti nel tempo, più di una volta nel secondo dopoguerra sono state prodotte schedature o attività illegali, al tempo stesso in diverse occasioni sono stati scoperti uffici che svolgevano illegalmente un’attività informativa: si è parlato, a questo proposito, di un “doppio stato”. In ogni caso, solo la legge del 2007 ha previsto un termine “automatico” del segreto di Stato (dopo 15 o 30 anni) o una decadenza delle classifiche di segretezza apposte in via amministrativa (dopo 10 anni), con una previsione di versamento della documentazione all’Archivio centrale dello Stato e relativa possibilità di consultazione degli atti, finora mai concessa.

Suggestions de lectures
BIANCHIN Lucia, Dove non arriva la legge. Dottrine della censura nella prima età moderna, Bologna, Il Mulino, 2005 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento. Monografie, v. 41).

CAROFIGLIO Gianrico, L’arte del dubbio, Palerme, Sellerio, 2007.

CHIFFOLEAU Jacques, « ‚Ecclesia de occultis non judicat’? L’Église, le secret et l’occulte du XIIe au XVe siècle », Il Segreto, Micrologus. Natura, Scienze e Società Medievali, XIV, 2006, p. 359- 481.

DEWERPE Alain, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, Gallimard, 1994, p. 9-17 (« Le grand jeu »), p. 73-85, p. 118-151 (« Les bureaux spéciaux ») en particulier.

JUCKER Michael, « Secrets and politics : methodological and communicational aspects of late medieval diplomacy », Il Segreto, Micrologus. Natura, Scienze e Società Medievali, XIV, 2006, p. 275-309.

LAURENT Sébastien et FORCADE Olivier, Secrets d’État. Pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2005.

MONIER Frédéric, « Le secret en politique, une histoire à écrire », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°58, 2000, p. 3-8.

PROSPERI Adriano, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi, 1996, p. 465-484 (chaps. 22-23) en particulier.

ROSSI MERIGHI Ugo, Segreto di Stato : tra politica e amministrazione, Naples, 1994.

THOMAS Yan, « Les procédures de la majesté. L’enquête secrète à partir des Julio-Claudiens », M. Humbert et Y. Thomas éd., Mélanges André Magdelain, Paris 1998, p. 477-499.

Compte rendu de la séance par Sylvain Parent et Arnaud Fossier le 6 mai 2011

Emanuele Conte, « Procedura, storia e potere : la nascita del pubblico nel XII° secolo »

Selon l’historiographie traditionnelle, la souveraineté aurait été pensée à la moitié du XIIIe siècle. Elle est alors associée à un État qui fait naître la procédure secrète. E. Conte propose, quant à lui, de revenir aux fondements juridiques du XIIe siècle de cette « étaticité » et de l’opposition entre secret et espace public.

Contre l’histoire du droit marquée par la romanistique allemande du XIXe siècle qui déshistoricisait les objets juridiques, E. Conte veut rappeler que la « renaissance juridique » du XIIe siècle ne peut se comprendre qu’en lien avec une renaissance générale de l’antique. L’école française d’histoire du droit n’a pas manqué de souligner qu’à cette époque, ce sont par exemple les procédures judiciaires antiques mais aussi le concept de « res publica » qui se trouvent ravivés. Edgar Quinet et Augustin Thierry ont affirmé que la renaissance de la commune était une construction des juristes, autrement dit que le droit romain redécouvert au XIIe siècle avait entraîné la naissance d’un espace public.

Le droit romain fut en effet utilisé pour fonder une nouvelle idée de l’espace public. Le procès, notamment, devient public (Bulgarus, l’un des civilistes majeurs du XIIe siècle, le formule ainsi : « Iudicem dat potestas publica, ut Princeps »), et l’on juge nécessaire la présence d’un juge impartial. Dans sa Summa Trium Librorum, Rolando da Lucca, affirme que toute cité peut être considérée comme une « res publica », là où le Digeste de Justinien affirmait que seule Rome pouvait prétendre à ce statut. Le même juriste établit un parallèle entre « église » et « cité », qui lui permet de séparer nettement le privé du public.

La structure publique de la cité reprend donc deux grands modèles : celui du monde romain ; et celui de l’organisation des églises, dotées d’un patrimoine inaliénable. En ce sens, on peut conclure que les juristes ont davantage opposé la « chose publique » au « privé » qu’au « secret ». Le droit est l’activité ayant permis, au XIIe siècle, de produire et de recréer un concept de « public ».

Lucia Bianchin, « Alle origini della relazione fra pubblico e privato nella modernità : la censura »

La censure est une institution de grande importance pour toute communauté politique, puisqu’elle fonde la distinction entre privé et public. Par censure, il faut entendre toutes les institutions de contrôle social, telles que l’ostracisme pratiqué par les Grecs.

Plusieurs modèles anciens de censure rejouent en partie au moment de la première modernité :

–       Celui de la Rome républicaine. La censure consiste à y exclure en toute discrétion ; il n’est pas nécessaire, en effet, de motiver et justifier publiquement les exclusions.

–       La censure canonique prend la forme de l’excommunication, de l’interdit, ou de la suspension, qui, pour l’Église du XIIIe siècle, sont des peines médicinales servant à racheter, à soigner, et non à punir.

–       Enfin, la censura morum recouvre toutes les pratiques d’auto-disciplines, encouragées, par exemple, par les calvinistes. L. Bianchin s’appuie sur le paradigme historiographique du « disciplinamento » pour affirmer qu’une police des comportements naît au moins dès la fin du Moyen Âge.

Au XVIe siècle, au moment notamment des guerres de religion, il devient nécessaire de redéfinir le « bon ordre ». Nombre de juristes commencent alors à revenir aux origines de la censure, et l’État est, selon certains d’entre eux, censé assumer le contrôle social et moral des individus. Dans son livre VI sur l’administration de l’État, Jean Bodin estime la censure nécessaire pour connaître le nombre et le statut des personnes, la façon dont chacun gagne sa vie, et pour réguler les sujets. La censure tient un rôle tout aussi central dans la pensée des juristes protestants comme Althusius, pour qui la censure sert à lever le voile sur les secrets des individus, et à révéler les activités éventuellement subversives de l’ordre public. En l’absence de censure, l’État se désagrège. Dans cette optique, l’État  doit surveiller, enregistrer, juger, et discipliner les mœurs, et la censure consiste à combattre ce qui ne peut se combattre avec la seule force des lois.

La censure des opinions et des pensées est un autre trait caractéristique de la première modernité. La loi pénale englobe de plus en plus de domaines de la vie, mais la censure, elle, devient le moyen par excellence de répression des doctrines subversives, selon les jusnaturalistes comme Hobbes et Pufendorf. La censure implique une forme de consensus de la communauté et se manifeste à travers un jugement public, là où la loi est l’expression de la volonté générale. Le grand problème fixé par la modernité est donc celui de l’émergence d’un type de jugement qui aille plus loin que la loi, c’est-à-dire qui soit plus souple et adaptable.

Giovanna Tosatti, « La produzione del segreto in Italia tra organismi istituzionali e strutture illegali »

G. Tosatti se demande d’abord si « Governare col segreto » est une formule négative et interroge ainsi d’emblée les liens de l’État démocratique avec le secret et l’exception.

En retraçant la chronologie des services secrets italiens, elle note une véritable continuité entre la période fasciste et l’après-guerre. L’épuration, en effet, ne s’est pas faite pour les services secrets, parce que leur personnel disposait, depuis les années 1920, d’informations précises sur les communistes (le PCI) et sur le groupe « Giustizia e Libertà » que l’on soupçonnait de vouloir subvertir l’État. À partir de 1947, les services secrets italiens, en cheville avec les services secrets américains, établissent un réseau d’information et de délation puissant, ainsi que des listes de ceux qui ne sont pas d’accord avec le gouvernement démocrate-chrétien mis en place. Les enquêtes menées par les services de renseignement servent notamment de moyens de pression, elles permettent de faire du chantage politique sur la vie privée des gens ainsi listés.

Au milieu des années 1950, les services militaires (SIFAR), créés par une circulaire et déliés de tout contrôle parlementaire, deviennent une structure influente dans le jeu politique. Là encore, la préoccupation d’un éventuel coup d’État éclaire cette logique de renseignement. Ils établissent 157.000 fascicules sur des personnes issues de tous les partis politiques. Nul ne peut accéder à leurs archives ; ces services sont donc intégralement secrets.

Dans les années 1970, le contrôle démocratique sur les services secrets est quasi inexistant. C’est seulement en 1977 qu’une première loi (Loi 801) tâche de discipliner le secret d’État et à fixer ce qui peut échapper ou non à l’ordre constitutionnel. Cette loi ne dit cependant rien des archives des services secrets, de leur accessibilité. Ce n’est que récemment, en 2007, qu’il a été décidé que le secret d’État devait tomber après 15 ans. Le versement des archives à l’Archivio Centrale di Stato est alors devenu obligatoire.

Discussion

Audrey Bertrand : Il est paradoxal que les communes se réfèrent à l’antiquité romaine au moment même de leur renaissance, dans la mesure où l’histoire de la République romaine est aussi celle de la domination progressive d’une cité sur toutes les autres (même si Rome n’a jamais remis en cause l’autonomie interne des cités).

E. Conte : les communes ne s’interrogent pas sur les modes de domination que Rome a pu mettre en place dans la péninsule italienne ni sur la nature du pouvoir exercé sur les autres cités. L’antiquité est plutôt vue comme le monde de la cité-État. C’est cet aspect qui est retenu et mis en avant.

Yannick Beaulieu : Qu’en est-il de la commission d’historiens mise en place par la Sissco et des ses interactions avec la commission parlementaire présidée par Massimo D’Alema, chargée de l’archivage des dossiers des services de renseignement (notamment des services de renseignements militaires) ? Qu’en est-il des versements d’archives effectués et prévus ? Et surtout, comment ces archives seront-elles accessibles ?

G. Tosatti : Les deux commissions on émit des « pétitions » de principes, sous la pression politique et celle de l’opinion. Mais dans la pratique, il y a un problème très concret d’accueil de ces nouveaux dossiers, dont on ne connaît ni le nombre ni le contenu, dans les archives. En outre, le personnel compétent manque. Les délais de consultation seront vraisemblablement assez longs, mais certaines dérogations seront possibles.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Succès ou échecs dans l’espace public. Usages de l’informatique pour l’histoire des idées

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 3 organisée par Fabrice Jesné, Jean-Pascal Gay et Clémence Revest

Hugues LABARTHE (Université Toulouse 2)

À l’issue de l’été 1378, et pour un demi-siècle, les Latins font face à un dilemme sans précédent : deux élus prétendent au pontificat. S’ensuit une double controverse, l’une politique portant sur la question de la validité du conclave d’avril 1378, la seconde constitutionnelle revisitant le rôle de la papauté dans l’histoire du Christianisme. Les témoins de cette très abondante littérature de combat sont conservés sous la forme de copies de travail, de manuscrits d’apparat, d’inventaires de bibliothèques ou d’archives judiciaires. Cet ensemble en voie de recensement fait l’objet depuis une vingtaine d’année d’efforts continus d’édition. Pour autant l’analyse de ce corpus demeure embryonnaire. L’outil informatique pourrait changer la donne. Il permet d’archiver, d’explorer et analyser la donnée pour peu qu’on l’ait préalablement structurée. Je m’en tiendrai à trois exemples d’étude : l’observation de concordances, l’analyse de réseaux sociaux et l’analyse factorielle. À l’issue de cet examen, il convient encore de s’interroger sur la structure de la documentation. L’individu paraît sollicité dans un débat ordonné dont la publicisation est l’envers de tractations secrètes. S’il existe une opinion publique, elle s’exerce dans le cadre d’une société hétéronome, et il ne viendrait l’idée à personne d’en contester la transcendance. Si l’on considère l’espace public comme le cadre où se nouent et se dénouent les rapports entre la société civile et l’État sur des questions d’intérêt public, il me semble qu’en 1400, un tel cadre n’existe pas au niveau de la Chrétienté.

Jeanne-Marie HOSTIOU (Paris III-ANR Agôn)

Jeanne-Marie Hostiou présentera les enjeux méthodologiques du recours à l’outil informatique pour l’analyse de la formalité publique de la « querelle » à l’époque moderne, conduite dans le cadre de la mise en place de l’ANR Agôn.

Rosanna DE ROSA (Università degli Studi di Napoli Federico II)

Lo scopo di questa presentazione è quello di contribuire al dibattito sui diversi cambiamenti che stanno interessando il mondo della ricerca scientifica nei nuovi scenari digitali. Nella nuova Alessandria elettronica, libri, articoli, documenti ufficiali e report di ricerca sono accessibili ad una sezione sempre più ampia della popolazione mondiale. Si tratta di una opportunità straordinaria per il progresso intellettuale di massa e per l’allargamento della sfera pubblica, pari soltanto alla diffusione della stampa. In questo contesto, però, anche la nozione di pubblicazione sta subendo una profonda trasformazione, in quanto non è più monopolio di un numero limitato di società specializzate e istituzioni, ma, attraverso il web, è diventato una opzione a disposizione di un numero infinito di soggetti singoli e collettivi. Avventurarsi nel cyberspazio delle scienze sociali ed umanistiche significa cercare dunque una comprensione più generale delle principali tendenze che attualmente incidono sulla galassia internet. A partire da quelle che, ad esempio, incidono sull’autorialità – fino a questo momento santuario della comunicazione scientifica – diventata oggetto di attacco nel nome dell’accesso libero e della cultura aperta. Per quanto si può essere tentati tuttavia di restare al nostro piccolo pianeta, dobbiamo essere consapevoli che esso fa parte, ed emerge, da un ecosistema mediale complesso ed intimamente interconnesso.

Suggestions de lectures
Ch. Prochasson, A. Rasmussen (dir.) « Comment on se dispute. Les formes de la controverse », Revue Mil neuf cent, 25, 2007.

Ch. Jouhaud, A. Vialla, (dirs.), De la publication, Paris, Fayard, 2002.

G. Sapiro, (dir.), « L’organisation des professions intellectuelles », Le Mouvement Social, 214-1, 2006.

« Mesurer le texte », N° spécial d’Histoire et Mesure, 18-3/4, 2003.

M. Calise, R. De Rosa, X. Fernández i Marín, « Electronic publishing, knowledge sharing and open access: a new environment for political science », European Political Science, 9, 2010, p. 50-60.

J.P. Dedieu, « Une nouvelle approche de l’histoire sociale : les grandes bases de données », Sciences de l’homme et de la société (CNRS), N° spécial « Vie de laboratoires », 2003, 66, p. 35-38.

R. De Rosa, Fare politica in Internet, Milan, Apogeo, 2000.

Y. Maignien, « Quel travail intellectuel dans l’ère numérique ? », in « Splendeurs et misères de la vie intellectuelle (1). L’écrit à l’âge du numérique », n° spécial d’Esprit, Mars-avril 2000.

T. Numerico, A. Vespignani, Informatica per le scienze umanistiche, Bologne, Il Mulino, 2005.

Sites de référence:
THATCamp
Informatica umanistica

Compte rendu par Jean-Pascal Gay, Fabrice Jesné et Clémence Revest

Introduction des organisateurs
Cette troisième séance a été construite autour d’une problématique essentiellement méthodologique, après deux séances consacrées aux textes fondateurs et aux concepts de l’analyse de l’espace public. Nous avons souhaité articuler deux types de problèmes. Un problème épistémologique, d’une part, autour des possibilités linguistiques d’analyse de l’espace public, un problème en un sens technique, d’autre part, qui est celui des outils disponibles pour l’analyse. Ce que nous avons essayé de faire a été de trouver un lieu double où ces questionnements méthodologiques, épistémologiques et techniques pouvaient être pensés ensemble, ce qui nous a conduits à nous interroger sur les possibilités et les impossibilités de l’usage de l’informatique pour l’analyse non plus de l’espace public mais de faits de publicisations, avec une attention particulière pour les acteurs de ces publicisations.

Un des débats possibles entre historiens et autres praticiens des sciences sociales aujourd’hui autour de la publicité concerne la manière ou non dont les sciences sociales aplatissent le temps du « public », en essentialisant la notion même d’espace public. Non bien sûr qu’une telle essentialisation soit jamais revendiquée ni même que le risque n’en soit explicitement perçu, mais il est peut-être possible d’en distinguer la trace dans une manière de dire et de penser le public qui l’érige en fait en instance perpétuellement « stable », indépendamment des actes qui l’imaginent et le suscitent, au risque toujours de l’échec. En retour, l’affirmation d’une valeur propre de l’histoire comme science sociale repose précisément sur sa capacité à poser la question non pas seulement de la généalogie mais du rapport entre temps présent et temps passé, sur un autre mode que celui de la simple construction du présent.

C’est pourquoi l’on a voulu déplacer l’interrogation de la notion d’espace public, à celle de la publicisation, et examiner la pertinence d’une réflexion en termes de succès et d’échec. L’un des facteurs qui nous ont orientés vers cette problématique réside aussi dans le constat tout à fait simple des progrès remarquables accomplis depuis une quinzaine d’années par les techniques de mesure des textes assistée par ordinateur. Un intérêt majeur de ces techniques est qu’elles permettent un traitement à la fois systématique et exhaustif d’un corpus donné : au-delà du mirage positiviste que cela pourrait recouvrir, cet aspect a une double valeur heuristique. D’abord, dépasser une lecture intuitive des textes qui procède de questions préalablement posées pour mettre en valeur des faits linguistiques et rhétoriques à une grande échelle pour constituer le noeud même du questionnement. Ensuite, permettre de constater des arborescences et des correspondances afin de penser, précisément, des mouvements d’opinions.

La question du succès ou de l’échec dans l’espace public se pose aussi de manière essentielle à l’analyste lui-même. S’intéresser aux transformations de la notion même de publication scientifique dans l’émergence de nouvelles formes non seulement de publicité mais de rapports sociaux à la publicité avec l’essor de l’internet, ne relève pas d’une pure mise en abîme de l’usage informatique de la publicité. Ce qui se joue en effet de nouveau ici dans le rapport à l’auctorialité scientifique, à l’acquisition et à la mise en valeur de compétences légitimantes, et à la modification des rapports entre public scientifique et sphère publique, n’est peut-être pas non plus sans rapport direct avec le recours à de nouvelles techniques pour l’analyse de régimes passés de publicité.

Résumés des interventions
Hugues LABARTHE (Université de Toulouse 2). À l’issue de l’été 1378, et pour un demi-siècle, les Latins font face à un dilemme sans précédent : deux élus prétendent au pontificat. S’ensuit une double controverse, l’une politique portant sur la question de la validité du conclave d’avril 1378, la seconde constitutionnelle revisitant le rôle de la papauté dans l’histoire du Christianisme. Les témoins de cette très abondante littérature de combat sont conservés sous la forme de copies de travail, de manuscrits d’apparat, d’inventaires de bibliothèques ou d’archives judiciaires. Cet ensemble en voie de recensement fait l’objet depuis une vingtaine d’année d’efforts continus d’édition. Pour autant l’analyse de ce corpus demeure embryonnaire.

Hugues Labarthe montre combien l’outil informatique pourrait changer la donne. Il permet d’archiver, d’explorer et analyser la donnée pour peu qu’on l’ait préalablement structurée. Son exposé explore trois pistes d’étude : l’observation de concordances, l’analyse de réseaux sociaux et l’analyse factorielle. À l’issue de cet examen, il convient encore de s’interroger sur la structure de la documentation. L’individu paraît sollicité dans un débat ordonné dont la publicisation est l’envers de tractations secrètes. S’il existe une opinion publique, elle s’exerce dans le cadre d’une société hétéronome, et il ne viendrait l’idée à personne d’en contester la transcendance. Si l’on considère l’espace public comme le cadre où se nouent et se dénouent les rapports entre la société civile et l’État sur des questions d’intérêt public, il semble qu’en 1400, un tel cadre n’existe pas au niveau de la Chrétienté.

Jeanne-Marie Hostiou (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle) présente le questionnement programmatique qui a animé la construction du projet Agôn « Querelles littéraires de la première modernité », projet ayant obtenu le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche et qui était encore au moment de la séance à ses commencements. Partant du constat de la prolifération de la querelle comme formalité pratique en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, et avec la perspective d’interroger les enjeux linguistiques et culturelles de la querelle comme processus de création susceptible de faire émerger de nouvelles pratiques et de nouveaux genres, l’équipe, rassemblant une trentaine de chercheurs d’horizons disciplinaires différents, a décidé d’entreprendre la constitution d’une base de données inventoriant les querelles modernes. Les objectifs de cette base de donnée sont : d’interroger le rapport entre polémique et construction de l’espace public, de reprendre l’histoire des espaces publics à partir de la situation encore très indéterminée du XVIIe siècle et enfin de faire un état du corpus permettant de dégager des régularités. Revenant ensuite sur les querelles métadramatiques, J.-M. Hostiou rappelle les acquis de ses travaux ayant montré comme l’étude des querelles, de leurs moyens et de leurs espaces permet de faire une histoire à la fois sociale et culturelle d’une création de plus en plus soumise à l’autorité d’un nouvel espace discursif qui se construit autour d’elle. Elle indique enfin pour en discuter avec les autres intervenants et l’assistance les questions programmatiques et méthodologiques qui se posent à ce stade du travail de l’équipe.

Rosanna de Rosa (Università degli Studi di Napoli Federico II) : La révolution numérique contemporaine bouleverse les modalités de la publicisation ; livres, articles, écrits académiques et institutionnels sont désormais accessibles à une part toujours plus grande de la population mondiale. On peut considérer cette situation nouvelle comme une extraordinaire opportunité en matière de culture de masse et d’élargissement de la sphère publique, lequel ne trouve d’équivalent que dans la naissance de la presse. Dans son exposé, Rosanna De Rosa montre toutefois comment la notion de publicisation subit elle aussi une profonde transformation, dans la mesure où elle n’est plus le monopole d’un petit nombre d’institutions et d’entreprises spécialisées. Grâce au web, elle est au contraire accessible à un nombre infini d’acteurs individuels et collectifs. L’enquête sur les sciences sociales dans le cyberespace montre ainsi que l’auctorialité, jadis sanctuaire de la parole scientifique, est attaquée au nom du libre accès et de la culture ouverte.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Forum(s) : usages, interprétations et apories

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 2 organisée par Yannick Beaulieu, Audrey Bertrand, Cyril Courrier et Julie Delamard

Annapaola ZACCARIA RUGGIU (Università Ca’ Foscari di Venezia)
Forum come spazio sociale costruito. Valori simbolici e realtà

Il mio intervento partirà dalla presentazione della realtà del complesso del foro con un’analisi del « che cosa è », nel quadro assai complesso che centro pubblico per eccellenza della città, che vede veloci trasformazioni che cambiano l’assetto di una progettazione legata strettamente al tipo di politica, al tipo di rapporto tra cittadini e stato : quindi il periodo affrontato spazia tra l’età repubblicana e le prime fondazioni, e la prima età imperiale. Desidero poi affrontare l’aspetto simbolico del foro, la sua origine religiosa, le procedure desunte dalla religione etrusca ; la delimitazione dello spazio; il simbolismo del centro; lo spazio come costruzione sociale ; il processo di laicizzazione dello spazio e la trasformazione del foro come luogo della celebrazione dinastica ; l’introduzione della basilica forense. Alcuni casi emblematici saranno presentati.

Christophe AGUITON (Orange Labs – Paris)
Décider au consensus dans des espaces ouverts, l’exemple des forums sociaux

Les forums sociaux sont des espaces ouverts dans lesquels les décisions sont prises au consensus. Ce mode de « gouvernance » évolue sous la pression des critiques qui lui sont adressées et des lieux dans lesquels elle s’exerce. L’exemple des forums sociaux sera confronté à celui d’autres espaces où des modes de gouvernance comparables se sont mis en place, en particulier dans le monde de l’Internet.

Franck GAUDICHAUD (Université Stendhal, Grenoble 3)
Forums sociaux mondiaux et altermondialisme. Dix ans après Porto Alegre : vers une reconfiguration stratégique ?

Où en est aujourd’hui ce qui est dénommé la plupart du temps « mouvement altermondialiste » et que l’on pourrait appeler « Galaxie altermondialiste » en suivant le sociologue Philippe Corcuff ? Et quel bilan sur l’un des ses répertoires d’action les plus marquants : la dynamique des Forums sociaux mondiaux (FSM) ? Alors qu’il s’agit sans doute de l’un des principaux mouvements protestataires globalisés de la dernière décennie, les forums incarnent-ils vraiment un lieu d’expression et de mobilisations de cette « internationale rebelle » du XXIe siècle telle qu’a pu la qualifier l’un de ses animateurs, Bernard Cassen ? Nous reviendrons sur les principales étapes de ce mouvement collectif original au travers de ses différents FSM, dont l’ancrage latino-américain initial reste un fait essentiel. Nous analyserons brièvement la très grande diversité des acteurs mobilisés qui composent ces forums, en montrant les contradictions à l’oeuvre qui les traversent (G. Pleyers). Le « mouvement des mouvements » luttant pour « un autre monde possible » – et particulièrement les FSM – sont depuis quelques années face à une question prégnante : sont-ils de simples espaces ouverts d’échanges et de rencontres ou alors ont-ils vocation stratégique à intervenir dans le champ politique en mettant en avant un programme d’action et de transformation sociale antinéolibérale, voire anticapitaliste ?

Suggestions de lectures
AGUITON Christophe, CARDON Dominique, « The Strength of Weak Cooperation an Attempt to Understand the Meaning of Web 2.0 », Communications & Stratégies, 65, 2007, p. 51-65.

AZOULAY Vincent, « L’espace public, un concept opératoire en histoire grecque ? », dans P. BOUCHERON et N. OFFENSTADT (éd.), L’espace public des historiens [journée du 31 mai 2005], à paraître en 2010, Complexes, Paris.

DELLA PORTA Donatella, « L’altermondialisme et la recherche sur les mouvements sociaux. Quelques réflexions », Cultures & Conflits, 70, 2008.

GAUDICHAUD Franck, Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine, Paris, Textuel, 2008.

MASSIAH Gustave, Une stratégie altermondialiste, Paris, La Découverte, 2011.

Mouvements 2010/3 n° 63, « Altermondialisme saison 2. De Seattle à Cochabamba »

NICOLET Claude, Le métier de citoyen, Paris, Gallimard, 1976 (chap. « Comitia »).

PLEYERS Geoffrey, « Les Forums sociaux comme modèle idéal de convergence », Revue internationale des sciences sociales, 4, 2004, n° 182, p. 569-579.

ZACCARIA RUGGIU Annapaola, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, École française de Rome, 1995.

Compte rendu de la séance par Yannick Beaulieu, Audrey Bertrand, Cyril Courrier et Julie Delamard

L’existence d’un espace commun est consubstantiellement liée à la naissance de la communauté politique. De l’antiquité à nos jours, des realia au Web 2.0, le concept de forum est utilisé au sein des différents champs disciplinaires. Il a été récemment réinvesti par les mouvements antiglobalisation et par les forums qui symbolisent l’économie libérale. Les questions qui sous-tendaient cette deuxième séance du séminaire étaient donc multiples : quels sont les lieux et les architectures des forums, quelles sont les intentions qui expliquent
ces choix ? Qui sont les acteurs, les publics (au sens donné par John Dewey à ce concept), les spectateurs, les médiateurs de ces forums ? Quels sont les liens entre le public et le privé au sein de ces forums, quels sont les rapports à la politique, à la démocratie, à la prise de parole et à la prise de décisions ? Nous souhaitions que soit dressé un bilan des aspects, des acteurs et des enjeux que le concept de forum révèle, mais aussi de ceux qu’il est susceptible de masquer. Cette journée avait pour objectif de mettre à l’épreuve l’opposition public/privée et d’évaluer la pertinence de l’introduction du concept de « commun ».

Anna Paola Zaccaria Ruggiu « Il foro come spazio sociale costruito. Valori simbolici e realtà » – Professeure d’archéologie classique (Università Ca’ Foscari)

C’est avec l’évocation du « mouvement des places » au Proche et Moyen-Orient qu’Anna Paola Zaccaria Ruggiu a ouvert son intervention sur le forum antique, dont l’objectif était d’analyser la réalité historique et architecturale complexe de cet espace dont on fait le plus souvent un paradigme de la place publique. Le forum est-il l’espace public par excellence de la cité antique ? Une approche matérielle de cet espace permet de constater d’abord la diversité des activités et des fonctions qui s’y déroulent. Lieu architecturalement et topographiquement ouvert, il permet le rassemblement de la plèbe dans des contextes variés. Espace ouvert sur la cité, il est néanmoins religieusement délimité. Le tracé des limites le soustrait au chaos et en fait un espace socialement construit, à la fois sacré et civique. Il devient ainsi socialement utilisable pour la communauté, tout en excluant ceux qui n’y appartiennent pas. L’une des évolutions historiques du forum et de l’agora antiques se lit dans leur progressive laïcisation. Les réformes de Clisthène à Athènes, mais aussi l’organisation vitruvienne de la cité romaine en sont des jalons. Enfin, parallèlement à sa laïcisation, le forum évolue à Rome d’un espace dédié aux activités publiques à un lieu privilégié de l’obtention du consentement des masses, notamment par l’exhibition de la force. Se pose la question d’une organisation architecturale mise au service de l’élaboration du consensus. À partir du début du IIe s. av. n.è., les édifices du forum deviennent centraux dans les stratégies de communication politique des hommes d’État.

Franck Gaudichaud « Forums sociaux mondiaux et altermondialisme. Dix ans après Porto Alegre : vers une reconfiguration stratégique ?» – Maître de conférences en civilisation espagnole (Université Stendhal, Grenoble 3)

L’objectif des forums sociaux mondiaux est de proposer « un monde où puissent loger tous les mondes », un espace d’échanges pluraliste et un lieu de mobilisations de l’« internationale rebelle » du XXIe siècle (B. Cassen). Toutefois leur réalisation comme espace physique et civique a montré les limites et les problèmes récurrents qui marquent le passage du forum idéal au forum réel. Les chercheurs qui étudient ce très récent mouvement social sont aussi engagés dans la « galaxie altermondialiste » (P. Corcuff) d’où a émergé l’idée d’une organisation alternative de la société civile. Une lente gestation commencée en 1994, sans que l’on puisse nettement déterminer à qui en revient l’initiative, a donné naissance à un espace de débat démocratique qui veut n’être ni confessionnel, ni gouvernemental, ni partisan ; il se revendique non délibératif et ne fait intervenir ni dirigeant, ni mandaté. Le but proclamé est de construire un espace de coopération en faisant converger de nombreux acteurs afin de proposer des alternatives, sans pour autant aboutir à des déclarations ou des décisions. Les acteurs de ces forums revendiquent un processus d’internationalisation des luttes collectives plus que la fondation d’un mouvement transnational. Les forums suivent néanmoins une charte et leur organisation a connu des étapes et des seuils. Depuis le contre-sommet de Seattle en 1999 puis à partir du forum de Porto Alegre en 2001, les forums ont bénéficié d’une dynamique politique liée à la conjonction entre l’essor de l’altermondialisme, le contexte brésilien et l’opposition à la guerre menée en Irak. La période de 2004 à 2008 est marquée par l’essoufflement malgré des tentatives, finalement décevantes, de renouvellement et de diversification des modalités d’organisation. Depuis 2008 a débuté le temps des réarticulations et des interrogations stratégiques. Un premier bilan rappelle le caractère massif du phénomène puisque le forum de 2005 a réuni 170 000 personnes. Cependant, les quelques études détaillées montrent qu’en dépit d’une grande diversité idéologique, les acteurs des forums sont majoritairement issus du pays organisateur et sont socialement très homogènes. La multiplicité des ateliers n’empêche pas une forme d’institutionnalisation, ni l’infiltration de logiques marchandes ou de stratégies partisanes. Enfin, la question du rapport au pouvoir apparaît essentielle : le forum devient lui même un lieu de pouvoir, où se pose le problène du passage de la rencontre à l’action, alors qu’y sont réaffirmés le rejet des institutions étatiques et le refus de la prise du pouvoir.

Christophe Aguiton « Décider au consensus dans des espaces ouverts, l’exemple des forums sociaux » – (Orange Labs-Paris)

Brièvement, Christophe Aguiton (CA) replace la question centrale des rapports au pouvoir dans le contexte des forums sociaux. Ces forums sont constitués de militants, de politiques et de syndicalistes qui ont différentes références théoriques et politiques quant à la prise du pouvoir et les modalités de mise en application des transformations sociales souhaitées. Il illustre cette idée par la controverse entre John Holloway et Daniel Bensaid ou Pierre Rousset. Il revient sur les contradictions dont les forums sociaux ont pu souffrir, notamment dans les modes de gouvernance pour lesquels ils ont successivement opté. La tension, par exemple, qui existe depuis 2001 entre « forum-espace » et « forum-mouvement » est en train de se résoudre, puisque les altermondialistes ont finalement adopté une perspective non-délibérative (c’est-à-dire non-décisionnelle). CA dégage quatre modèles de représentation : le tirage au sort, l’élection, la désignation, et celui de l’espace ouvert où « vient qui veut ». Dans un tel espace, il y a deux façons de décider : le vote et le consensus. Les forums, eux, reposent sur la recherche du consensus. En cela, ils sont les nouveaux supports d’une démocratie du faire et de l’action, qui rend inconcevable un retour aux modèles de démocratie antérieurs. Il trace un parallèle avec les pratiques de gouvernance du web, fortement inspirées des principes libertaires voire libertariens américains. Il illustre certaines formes de cooptation, et le principe : « qui participe « au faire » participe au processus décisionnel ». Il n’y a pas de délégations, de mandats impératifs mais dans ces instances le principe de consensus est fondamental. CA, qui a participé à différents modes de gestion du pouvoir au sein de diverses instances (partis politiques, syndicats, associations) réussit à mettre en perspective les aspects novateurs de ces nouveaux modes de gouvernance, tout en n’occultant pas les difficultés et certaines limites de ces modes.

Discussion

Julie Delamard ouvre la discussion en reprenant le fil des différentes communications, dont elle souligne la complémentarité heuristique tout en prenant la mesure des évolutions historiques et des glissements terminologiques. Elle montre que la manière la plus efficace de confronter les différentes formes de forum(s) semble d’aborder celui-ci à travers ses problèmes (problèmes d’accès au forum lui-même mais aussi à la parole – le problème de l’existence des « experts » est d’ailleurs noté également par Clémence Revest – ; problèmes d’organisation interne ; d’efficacité ; de confiscation…). S’il est tenu pour « l’espace public » par excellence, le forum court le risque de n’être jamais assez « public » ou d’incarner, par ses limites, les dévoiements dénoncés ou redoutés dans la perspective habermassienne (problèmes de seuils dans les forum(s) sociaux contemporains ou de quorum dans l’agora athénienne) ; d’où cette question fondamentale : l’espace public est-il le lieu indiqué pour la prise de décision. Ne doit-il pas rester dévolu à la seule discussion ? Pierre Vesperini réagit et se dit au fond assez déçu par le caractère non-décisionnel des forums sociaux. Rien ne change, puisque ces espaces de « pure discussion » refusent d’avoir un impact. F. Gaudichaud répond que le forum est un instrument contribuant à faire émerger les problèmes publics de manière neuve, dans le cadre de la globalisation. Julie Delamard rappelle à cet égard que l’agora était aussi un espace de pure discussion, qui n’était pas délibératif. Cyril Courrier note que les forums actuels portent avec eux un certain héritage antique, sans en être conscients. Arnaud Fossier interroge les soubassements épistémologiques des analyses portant sur les forums sociaux : comment distinguer le point de vue de l’observateur de celui du militant dans les propos des deux derniers intervenants ? Quelles sont leurs méthodes d’enquête et d’observation ? Quels sont aussi les outils d’analyse mobilisés ? Par ailleurs, d’un point de vue conceptuel, ne faudrait-il pas d’abord en passer par une généalogie de notions ici mobilisées pêle-mêle (forum, agora, réseau, arène, association, assemblée, communauté, atelier) dans le but de mieux discerner les formes de gouvernance sous-jacentes aux « forums sociaux » ? Christophe Aguiton répond de nouveau sur l’« échec » des forums sociaux et le met en perspective avec les espoirs déçus liés à l’élection de Barack Obama : la politique a-t-elle elle aussi échoué ? Il rappelle que la valeur des forums sociaux réside dans leur capacité à mettre en réseau individus, thèmes et problèmes à différentes échelles.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

(Re)lire Habermas : regards croisés sur l’archéologie de la publicité

Le public : espace, sphère, opinion

Séance 1 organisée par Johann Petitjean

Sandro LANDI (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3)
Habermas legge Locke : su un’aporia del paradigma habermasiano di opinione pubblica

Nell’Essay concerning Human Understanding (1690), Locke definisce la “legge dell’opinione” come “l’approvazione o la disapprovazione, la lode o il biasimo, che per segreto e tacito consenso, si stabiliscono in diverse società, tribù, gruppi umani attraverso il mondo”. Nel suo studio del 1962 (Strukturwandel der Öffentlichkeit) Habermas esclude decisamente la “law of opinion” dalla sfera pubblica opponendola all’opinione pubblica propriamente detta. La comunicazione è rivolta in primo luogo a definire le fonti e le caratteristiche dell’opinione lockiana e a comprendere le ragioni del suo rifiuto da parte di Habermas. In secondo luogo, alla luce di questa categoria obliterata di opinione pubblica, si tenterà di analizzare alcuni aspetti della ricezione storiografica del paradigma habermasiano, di individuarne le impasse, le critiche e le possibili alternative.

Stéphane HABER (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris 10)
Habermas et la théorie critique de l’espace public aujourd’hui

Même parmi ceux qui mobilisent la notion d’« espace public » et certaines hypothèses structurantes du livre de Habermas (Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962), les historiens d’aujourd’hui s’accordent généralement à juger que celui-ci a eu tendance à surévaluer l’originalité comme la portée du phénomène en fonction duquel il organisait son argumentation : l’apparition, avec l’émergence d’un public cultivé, littéraire et critique dans l’Europe des Lumières, d’une force sociale inédite. Mu par l’intention de critiquer la situation contemporaine, Habermas a sans doute insuffisamment souligné la partialité et l’inachèvement de ce processus au XVIIIe siècle, de même que, idéalisant la « sphère publique » et son autonomie rationnelle, il a probablement négligé la profonde et inévitable dépendance de toute formation d’une « opinion publique » digne de ce nom par rapport à une série de conditions sociales déterminées. Ce sont les conséquences théoriques de ces difficultés qu’il faut examiner. Impliquent-elles une refonte de la catégorie même d’ « espace public » ? Invitent-elles à reformuler certains enjeux de la critique sociale contemporaine ?

Walter PRIVITERA (Università degli Studi di Milano-Bicocca)
Sfera pubblica e critica sociale nella Scuola di Francoforte

Le tesi di J. Habermas sulla sfera pubblica sono state fin dall’inizio molto controverse all’interno del gruppo di Teoria Critica, perché rendevano esplicite alcune importanti divergenze nel modo di intendere la critica sociale. Tuttavia se nella dottrina le analisi sul ruolo della sfera pubblica erano differenti, c’era un modo comune di intendere la prassi dell’impegno critico nella sfera pubblica che ha rappresentato invece uno degli elementi costitutivi della comune identità dei teorici francofortesi.

Bibliographie indicative
Ouvrage discuté :
HABERMAS Jürgen, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 2010 [1962].

Sur la traduction du concept d’Öffentlichkeit :
MORSEL Joseph, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la réponse », L’espace public au Moyen Âge. Journées d’études du LAMOP (31 mai 2005), Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005.

Présentation générale des enjeux :
CALHOUN Craig (dir.), Habermas and the Public Sphere, Oxford Mass., MIT Press, 1992.

Apports des intervenants aux débats :
HABER Stéphane, Habermas et la sociologie, Paris, PUF, 1998.
Jürgen Habermas : une introduction, Paris, La Découverte, 2001.
– « Pour historiciser l’espace public », L’espace public au Moyen Âge. Journées d’études du LAMOP (31 mai 2005), Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005.

LANDI Sandro, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.
– « Penser l’opinion publique à la Renaissance. Machiavel, le peuple, la doxa », Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée, 118-1, 2006, p. 121-140.
– art. « Opinion publique », in Olivier CHRISTIN (dir.), Dictionnaire des Concepts Nomades des Sciences Sociales, Paris, Métailié, 2010.

PRIVITERA Walter, Il luogo della critica. Per leggere Habermas, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1996.
– art. « Opinione pubblica », in Paolo JEDLOWSKI (et al.), Dizionario delle scienze sociali, Milan, Il Saggiatore, 1997.
Sfera pubblica e democratizzazione, Rome-Bari, Laterza, 2001.

Compte rendu de la séance par Johann Petitjean

La première séance du Séminaire SHS a été consacrée à la relecture de L’Espace public de Jürgen Habermas. L’objectif était d’ouvrir nos travaux annuels par la présentation d’un texte canonique, incontournable dans le cadre d’une enquête pluridisciplinaire sur « Le public ». Les interventions et les discussions qu’elle a suscitées pourraient être résumées en une phrase, qui sous couvert de provocation résume parfaitement l’enjeu principal de cette rencontre entre le philosophe Stéphane Haber, le sociologue Walter Privitera et l’historien Sandro Landi : « Peut-on échapper à l’Öffentlichkeit ?».

Stéphane Haber s’est proposé de discuter la dimension critique du concept, en rappelant ainsi que si le schéma d’analyse construit par Habermas est bien un modèle empirique qui ne prend sens que dans un contexte précis, limité géographiquement, socialement et chronologiquement, l’étude de l’émergence, de l’apogée puis du déclin d’une sphère publique de discussion au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle ne représente en somme qu’un « détour ». Fidèle en cela aux principes et aux exigences critiques de l’École de Francfort, qu’il réactualise, Habermas utilise l’histoire à des fins politiques en livrant un véritable programme de repolitisation de l’espace public, rendu nécessaire par l’endormissement des démocraties occidentales aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Soulignant les limites heuristiques d’un modèle « à la courbe trop nette », Stéphane Haber a toutefois montré combien la critique, en tant que telle, s’avérait aujourd’hui nécessaire, alors même que nos sociétés, bercées des illusions du tout-information, sont censées se fondre dans un espace public de connaissance et de discussion globalisé.

Après avoir rappelé les éléments philosophiques structurants de la pensée critique issue de l’École de Francfort, ainsi que les infléchissements apparus entre la première et la deuxième génération, Walter Privitera a entrepris de resituer l’oeuvre de Habermas vis-à-vis de Horkheimer, d’Adorno et du « matérialisme pluridisciplinaire », en rappelant, outre la place du marxisme, l’importance de la démarche généalogique et de la pratique analytique, respectivement d’essences nietzschéenne et freudienne. Accordant une certaine primauté au langage, en tant que seul medium possible de la distance critique puis de la coordination de l’action, la critique habermasienne apparaît fondée sur une éthique exigeante de la « discussion vraie » qui, non sans idéalisme, est pensée historiquement et philosophiquement comme le seul remède aux autoritarismes.

Partant du constat que Habermas fut, aussi, un lecteur de Locke, Sandro Landi a comparé la conception lockéenne de l’opinion comme préjugé à la virtualité de l’Öffentlichkeit pour montrer ensuite comment le concept d’opinion s’est historiquement fixé autour de deux pôles différents : « l’opinion-habitude » d’une part, qui est indépendante de l’exercice de la raison, et « l’opinion-discours » de l’autre. Sandro Landi s’est ainsi proposé de présenter les écrits d’Hérodote, de Vespucci, de Machiavel et de Locke se référant à l’opinion. Naturalisée par les historiens et les sociologues, l’opinion a toutefois été amputée de son premier pôle, contribuant ainsi à promouvoir une vision exclusivement rationnelle et anhistorique du concept.

La discussion s’est ensuite concentrée sur la possibilité de penser autrement le public. Si Sandro Landi a rappelé la fécondité de la notion d’ « économie morale de la foule » due à Edward P. Thompson, Stéphane Haber s’est quant à lui montré plus réservé vis-à-vis des propositions sociologiques formulées par les adeptes du modèle contagionniste, encore tributaires selon lui des travaux de Gustave Le Bon sur la psychologie des foules et, partant, d’une vision réactionnaire du peuple et de l’action politique. En définitive, le seul moyen d’ «échapper » à l’Öffentlichkeit, ainsi qu’à Habermas, semblerait être de renoncer tactiquement et peut-être de manière temporaire à la notion même d’ « opinion publique », et de repartir ainsi à l’assaut des phénomènes eux-mêmes, indépendamment des paradigmes, des modèles, des systèmes et des habitudes de pensée.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website