Tous les articles par Florent Coste

A propos Florent Coste

Membre post-doctorant de l’Ecole française de Rome
Section Moyen Âge
https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

Le séminaire de lecture en sciences sociales porte pour l’année 2016-2017 sur les rapports entre histoire et fiction. Olivia Adankpo et Florent Coste qui travaillent l’un et l’autre sur des sources hagiographiques se posent quelques problèmes méthodologiques susceptibles de se poser à l’historien et à l’anthropologue.

Continuer la lecture de Histoire et anthropologie face à la fiction : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka

Lors de la dernière rentrée littéraire, un historien s’est démarqué par la publication d’un essai intitulé Laëtitia ou la fin des hommes. Revenant sur le meurtre de Läetitia Perrais en 2011, ce livre a bénéficié d’une réception d’abord positive, enthousiaste, et même primée (par le prix Medicis et le prix Littéraire du Monde), puis comme souvent un peu moins consensuelle, au sein notamment de la communauté savante.

Continuer la lecture de Le retour de la querelle du narrativisme ? Autour des oeuvres d’Ivan Jablonka 

La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White

Depuis les années 1970, les critiques adressées au positivisme en histoire se sont radicalisées et ont été revigorées par la réflexion philosophique sur la relation entre les faits et les interprétations et par le prétendu tournant linguistique (« linguistic turn »).

Continuer la lecture de La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White 

Archéologie et fiction

La deuxième séance du séminaire de l’École française de Rome, consacré en 2016-2017 au thème «Fiction, histoire et sciences sociales », abordera la question du point de vue de l’archéologie, entendue comme une façon de faire de l’histoire en exploitant en premier lieu des sources matérielles, qu’il s’agisse d’objets, d’édifices ou de sites. Par ce biais, nous serons amenées à déployer une série de notions qui font la complexité des régimes a priori antagonistes de la vérité et de la fiction.

Continuer la lecture de Archéologie et fiction 

Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ?

 

Le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome s’intéresse, cette année, aux relations complexes qui se nouent entre le discours historique et le discours fictionnel. En définissant assez simplement la fiction comme l’invention d’un récit, cette première séance se contentera de partir des questions élémentaires que se pose l’historien face à ses sources : ce qu’elles lui donnent à lire peut-il être tenu pour vrai ? Les acteurs, auxquels l’historien s’intéresse, se racontent-ils des histoires ?

Continuer la lecture de Fiction et art de la mémoire : peut-on se souvenir de choses qui n’existent pas ? 

Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt

 

Compte-rendu par Mathilde Carrive

Dans le cadre du séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR consacré à la traduction (2013-2014), nous avions proposé une réflexion sur la pensée et les travaux de Wilhelm von Humboldt, réflexion que nous avons été amenée à reprendre il y a peu et que nous soumettons aujourd’hui. Humboldt apparaît comme une figure particulièrement intéressante quand on aborde les questionnements liés à la traduction : non seulement il l’a pratiquée et théorisée, mais il a également pris à bras le corps, dans l’ensemble de son œuvre, la question du langage et de la diversité des langues. C’est sur ce second point que nous proposons de réfléchir ici, au gré de la lecture de sa correspondance et de plusieurs de ses œuvres théoriques1.

Continuer la lecture de Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt 

  1. Nous nous sommes principalement fondée sur l’édition du texte et les traductions proposées récemment par D. Thouard, à savoir : Wilhelm von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, textes présentés, traduits et commentés par D. Thouard, Paris, 2000 ; abrégé ici en Humboldt 2000. []

Faits, fictions et frictions

Remettre à l’agenda la question des rapports entre histoire et fiction pourrait apparaître à certains pour une provocation crispante propre à raviver de vieilles controverses qu’on aurait pu espérer réglées, à d’autres comme la tentation d’une incursion sulfureuse dans un domaine clairement antinomique aux missions historiennes, ou enfin comme un acquiescement aux tendances récentes au rapprochement entre littérature et histoire, qui visent à organiser la convergence et la collaboration de leurs régimes d’écriture et de vérité.

La multitude de ces points de vue suffit à démontrer que la question est loin d’être réglée. Le séminaire organisé par les membres de l’EFR s’empare, en 2017, de ces problèmes épistémologiques qui entourent le récit et le raisonnement de l’historien, en s’autorisant comme chaque année un détour fructueux par d’autres sciences sociales.

Continuer la lecture de Faits, fictions et frictions 

Le parti pris des choses en sciences sociales – Programme de la journée d’études du 16 juin 2016

La présente journée d’études vient clore le séminaire de lectures en sciences sociales de l’École française de Rome, consacré cette année à la question des choses. Les sciences sociales, qui se sont définies par l’étude des humains, de leurs relations et de leurs représentations, accordent une place de plus en plus remarquée aux choses. Que ce soit en relançant l’étude de la culture matérielle, en proposant une anthropologie symétrique ouverte aux non-humains, ou en amorçant un « tournant ontologique » en sciences sociales, les choses ne sont plus cantonnées aux statuts de témoins et de sources, et sont désormais enchevêtrées dans des relations sociales qu’elles organisent. L’instrument inerte, fabriqué et manipulé cèderait donc la place aux choses animant le jeu social des actions humaines.

Qu’y a-t-il de profitable à se placer sur le plan des choses ? Dans quels contextes académique, social et économique le « parti pris des choses » fédère-t-il actuellement les sciences sociales ? Quelles perspectives le thème offre-t-il pour nourrir le dialogue entre les différentes traditions des sciences humaines ? Comment conditionne-t-il enfin la représentation des choses hors du monde universitaire ? Afin d’apporter des éclairages différenciés à ces questions décisives, cette journée donne la parole à sept chercheurs – philosophes, historiens et anthropologues – qui ont pris le parti des choses.

PROGRAMME

9h : Accueil des participants : Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome et Fabrice Jesné, Directeur des études pour les Époques moderne et contemporaine

9h15 : Animer les choses

Florent Coste – Marie Lezowski (École française de Rome) : Présentation du séminaire 2015-2016 et introduction

Renata Ago (Roma 1 La Sapienza) : L’agency delle cose tra teorie contemporanee ed esperienze storiche

10h30-11h : pause café

11h : Les choses et la valeur

Laurent Feller (Paris 1 – LAMOP) : Culture matérielle et histoire économique (Moyen Âge)

Emanuele Coccia (EHESS – CRAL/CEHTA) : La morale par les choses. Publicité, mode et lifestyle

12h30-14h : Pause déjeuner

14h: Les choses et les techniques

Sophie Houdart (CNRS – LESC) : La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima

John Tresch (University of Pennsylvania) : Cosmogrammes majeurs et mineurs

15h30-16h : Pause café

16h : Les choses collectées

Thierry Bonnot (EHESS – IRIS) : Une promenade parmi les choses : anthropologie, objets de famille, objets de musée

Patricia Falguières (EHESS – CESPRA) : La Kunst-und Wunderkammer, un mirage historiographique ?

Entrée libre

Roma Piazza Navona, 62

Contacts et renseignements : Florent Coste (florent.coste@orange.fr); Marie Lezowski (marie.lezowski@gmail.com); Claire Challéat (secmod@efrome.it)

 

L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti

Ce séminaire est assez naturellement conduit à se demander ce que les musées font aux objets qu’ils exposent. Il en va de l’objet archéologique ou ethnologique comme  de l’œuvre d’art : une œuvre d’art est-elle réductible à un objet ? Ou nécessite-t-elle au contraire un environnement qui l’a fait fonctionner comme telle ? Face à ce type de problème, Jean-Pierre Cometti a constitué, des années durant, une œuvre philosophique remarquable de cohérence, qui nous confronte à une nouvelle question :

« Pourquoi l’art répondrait-il à d’autres lois que celles du partage du monde ? »1

Continuer la lecture de L’œuvre d’art est-elle un objet comme les autres ? Note de lecture sur la philosophie de l’art de Jean-Pierre Cometti 

  1. Jean-Pierre Cometti, La nouvelle aura. Économies de l’art et de la culture, Paris, Questions théoriques, 2016, p. 48. []

L’authenticité de l’objet en question : réflexions historiques, archéologiques, muséographiques et juridiques


Il est difficile d’imaginer que les sciences humaines et sociales puissent se dispenser des différents objets, que les musées conservent et exposent, pour mener à bien leurs différentes enquêtes. Mais les objets parlent-ils d’eux-mêmes ? Et si non, qui les fait parler ?

La séance interrogera à cet effet la place des objets au musée et ce que les conditions d’exposition leur font. Les musées ont-ils d’autres missions, que celles de la conservation et de l’exposition ? Quelles sont les capacités d’une institution muséale et d’une muséographie à restituer les contextes dans lesquels l’objet exposé s’inscrivait ? Est-on bien certain qu’il est possible de découvrir ce que signifie un objet dans son contexte original ?

Nous balaierons un spectre large d’objets, des œuvres d’art contemporaines aux objets archéologiques, en passant par les « musei cartacei » et le collectionnisme à l’époque moderne.

Nous aurons par ailleurs le plaisir d’accueillir Deneb Cesana, qui viendra parler de la muséographie des objets retrouvés et volés, et des enjeux juridiques qui l’entourent.

Les textes discutés sont les suivants :

Nelson Goodman, « Quand y a-t-il de l’art ? », Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, Folio, 1992.

Fabrizio Federici, Il trattato Delle memorie sepolcrali del cavalier Francesco Gualdi: un collezionista del Seicento e le testimonianze figurative medievali, in “Prospettiva”, 110-111, Aprile-Luglio 2003, pp. 149-159

Stefano da Caro, « Della bellezza alla storia », [en ligne], [URL : http://www.archeologia.beniculturali.it/getFile.php?id=156]

La séance est coordonnée par Haude Morvan et Mathilde Carrive

Lundi 11 avril 2016, 9h30

Piazza Navona 62 (salle de séminaire, rez-de-chaussée)