2002-2003 : Lectures croisées de Ian Hacking

Depuis plusieurs années, le développement des sciences sociales à l’EFR a été encouragé si bien qu’il existe aujourd’hui un ensemble d’activités de recherche et d’enseignement qui mobilise membres, directeurs d’étude mais aussi de nombreux collaborateurs d’autres institutions. Dans ce contexte dynamique, nous avons pensé que les membres pourraient également contribuer au développement du dialogue entre disciplines sous la forme d’un séminaire régulier pendant l’année qui viendrait compléter les autres aspects de la réflexion sur les sciences sociales dans le cadre de l’Ecole. Ce serait une manière de mettre à profit la diversité de formation des membres, historiens, philologues et littéraires, archéologues, géographes, qui de plus travaillent sur des périodes différentes.

L’objectif serait de parvenir à créer un lieu de rencontre et de discussion sur des questions de méthode, non seulement entre membres de l’Ecole, mais surtout au-delà, avec des partenaires venant d’universités françaises, italiennes et des autres instituts étrangers. Cette année, nous proposons de centrer le séminaire sur l’œuvre d’un seul auteur, Ian Hacking, qui nous paraissait convenir au projet pour plusieurs raisons. Il s’agit d’un auteur internationalement reconnu, longtemps professeur à l’université de Toronto (Canada), et qui est désormais professeur au Collège de France. Son oeuvre, au croisement entre l’histoire, la philosophie, les sciences expérimentales, les mathématiques et la psychiatrie, est tout à fait représentative de la fécondité des sciences sociales contemporaines, et des approches interdisciplinaires, mais elle est encore mal connue en Europe. Le fait qu’aucun d’entre nous ne soit spécialiste des domaines dans lesquels travaille Hacking est une manière d’aller jusqu’au bout de notre pari : l’idée est que son oeuvre, portant essentiellement sur l’histoire des sciences, peut permettre aux spécialistes d’autres périodes et d’autres objets que nous sommes de se poser des questions pertinentes sur notre propre recherche, de trouver à l’extérieur de leur champ une source d’inspiration pour notre travail et de réfléchir en général sur les conditions de la connaissance dans nos disciplines. L’œuvre de Hacking pourrait en particulier être un point de départ pour permettre à chacun de réfléchir sur le rapport entre le réel (archives, textes, données archéologiques, etc.) qui se présente aux différentes disciplines des sciences sociales, et les catégories utilisées pour le décrire de manière à faire porter le questionnement non plus sur les contenus et les thématiques transversales, mais bien sur les outils intellectuels.

Concrètement, le séminaire prendra la forme de quatre séances d’une demi-journée. Chaque séance sera consacrée à un livre, présenté par l’un des membres et commenté par un invité choisi à chaque fois dans un champ disciplinaire différent. Nous voudrions ainsi entamer une discussion avec l’ensemble des participants que nous espérons la plus féconde possible.

Calendrier :

1. Lundi 6 mars 2003, L’émergence de la probabilité, Le Seuil, 2002 (éd. originale 1975), avec la participation d’Antonella Romano (historienne des sciences, CNRS Centre Alexandre Koyré).

2. Lundi 7 avril 2003, L’âme réécrite. Etude sur la personnalité multiple et les sciences de la mémoire, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998 (éd. originale 1995), avec la participation de Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma « La Sapienza »).

3. Lundi 5 mai 2003, La construction sociale de quoi ? Entre science et réalité, La Découverte, 2001 (éd. or. 1999), avec la participation de Wiktor Stoczkowski (anthropologue, EHESS) et de Baudoin Jurdant (Université de Paris VII)

4. Mercredi 11 juin 2003, Les fous voyageurs, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002 (éd. or. 1998), avec la participation de Jean-Marc Besse (philosophe, CNRS).

5. 1er juillet 2003 : débat avec Ian Hacking (Collège de France)

Organisateurs : Etienne Anheim, Stéphane Gioanni, Serge Weber

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *