2003-2004 : Individu, personne, sujet

Après l’expérience du premier semestre 2003, nous avons décidé de prolonger notre séminaire de lectures interdisciplinaire dans l’année 2003-2004, en conservant le rythme mensuel des rencontres et la formule des séances, soit une présentation d’un ouvrage par l’un des participants réguliers au séminaire, sa discussion par un invité, puis un débat collectif. Le choix s’est porté cette année sur un programme thématique, autour des notions d’individu, de personne et de sujet. En effet, l’épistémologie des sciences sociales présente couramment les années 1980-1990 comme celles d’un « retour de l’acteur » ou « du sujet ». Certains sont allés jusqu’à voir dans la prise en charge du sujet et du sens de son action par les sciences sociales l’émergence d’un nouveau « paradigme ».

Nous voudrions prendre le temps, à partir de l’ouverture disciplinaire la plus large possible, d’évaluer la pertinence de ce diagnostic. Quels sont les contours actuels de ces notions souvent floues d’individu, de personne ou de sujet ? Quelle est la pertinence de leur usage pour penser les problèmes posés aux chercheurs ? Peut-on rassembler aujourd’hui autour de ces questions un mouvement général des sciences sociales, ou le contenu donné aux concepts varie-t-il fondamentalement d’une discipline à l’autre ?

14 novembre : avec Simona Cerutti (historienne, EHESS), à propos de Tamar Herzog, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, Yale UP, 2003.

12 décembre : avec Anne Levallois (psychanalyste, Paris), à propos de Michel de Certeau, Histoire et Psychanalyse entre science et fiction, Gallimard, Folio Essai, 20022.

9 février : avec Stéphane Bauzon (Roma Tor Vergata) et Yan Thomas (historien du droit, EHESS), à propos Yan Thomas et Olivier Cayla, Du droit de ne pas naître, Gallimard, Coll. Le débat, 2002.

29 mars : avec Fanette Roche (historienne de l’art, Paris I), à propos de Nathalie Heinich, La gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration, Minuit, 1991.

5 avril : avec Alice Ingold (historienne, EHESS) et Pier Paolo Mudu (géographe, Roma Sapienza), à propos de Pierre-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espace, famille et migrations dans la France du XIXe siècle, Editions de l’EHESS, 1999.

30 avril : avec Jérôme Bourdieu (économiste, INRA-CNRS), à propos de Rémi Lenoir, Généalogie de la morale familiale, Paris, Le Seuil, 2003.

7 mai : avec Carlos Lévy (littérature latine, Paris XII), à propos de Michel Foucault, L’herméneutique du sujet, Gallimard/Seuil, 2002.

31 mai : avec Enrico Castelli Gattinara (Roma Sapienza/revue Aperture) et Jacques Revel (historien, EHESS), à propos de Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Le Seuil, 2000.

Organisateurs : Etienne Anheim, Stéphane Gioanni, Serge Weber

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *