Traduire d’après les philologues allemands du début du XIXe siècle : le cas de Wilhelm von Humboldt

À la fin du XVIIIe et au début du XIXes., se développent en Allemagne de nombreuses réflexions sur la traduction des textes anciens et l’adaptation des genres poétiques grecs et latins dans une littérature moderne. Ainsi, en 1793, Johann Heinrich Voss publie une traduction en hexamètres de l’Iliade et de l’Odyssée et tente dans le même temps d’adapter le modèle homérique à l’Allemagne des Lumières. Cela donne la Louise, épopée pastorale qui rencontre un grand succès en Allemagne. C’est le même objectif que vise Goethe quand il écrit Hermann et Dorothée (1797), épopée moderne ancrée dans le contexte des rivalités franco-allemandes. La réflexion sur l’œuvre homérique est également alimentée par les Prolégomènes à Homère de Friedrich August Wolf (1795), point de départ de ce que l’on a depuis coutume d’appeler la « question homérique », qui pose le problème de l’unicité de l’Iliade et de l’Odyssée.

Dans ce contexte intellectuel de réflexion particulièrement vivace sur les langues et les cultures, la figure de Wilhelm von Humboldt, à laquelle est consacrée la cinquième séance du séminaire, apparaît particulièrement intéressante pour aborder la question de la traduction. D’une part, il s’est frotté à l’exercice pratique, notamment en s’attaquant à l’Agamemnon d’Eschyle, entreprise de longue haleine qui fut pour lui l’occasion d’échafauder ce que l’on peut appeler une théorie de la traduction, même si elle se présente sous les abords plus modestes d’une introduction à son texte. D’autre part, son activité de traducteur s’inscrit dans une réflexion plus large sur les langues et les cultures, menée à travers des travaux proprement linguistiques mais également à travers une approche plus philosophique, prenant à bras le corps le problème des relations entre le langage, les langues et la pensée. Enfin, pour nous lecteurs francophones contemporains, les textes de Humboldt, longtemps méconnus et réputés d’une écriture difficile, posent le problème de leur traduction. Comment traduire Humboldt en restant fidèle à sa langue et à sa conception de l’exercice ?

Tels sont les trois aspects qui retiendront notre attention et nous permettront d’aborder la question de la traduction à travers une des grandes figures qui l’ont pensée et pratiquée.

La rencontre est organisée par Anne-Florence Baroni, Mathilde Carrive et Isabelle Mossong. Elle se tiendra le vendredi 16 mai 2014 à 14h30, dans la salle de conférence de l’ÉfR (Piazza Navona, 62, 1er étage).

Seront discutés :

Denis Thouard, « Humboldt et la France au miroir de la traduction », dans : Kodikas / Code. Ars Semeiotica, Vol. 27 (2004), No. 1-2, p. 81-102

Aeschylos, Agamemnon, metrisch übersetzt von Wilhelm von Humboldt, Leipzig 1816

Denis Thouard, « La difficulté de Humboldt », dans: Les dossiers de HEL [supplément électronique à la revue Histoire Epistémologie Langage], Paris, SHESL, 2002, n°1

Jean-Baptiste Delzant

membre de l'Ecole française de Rome

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *