Peut-on faire une anthropologie de la souveraineté ?

Séance coordonnée par Audrey Bertrand, Guillaume Calafat et Alexandre Vincent.

Après l’étude de la définition « classique » de la souveraineté, au carrefour du droit et du politique, après une entreprise généalogique analysant le lien entre les concepts de « majesté » et de « souveraineté », cette troisième séance du séminaire a tenté de poser la question de la « souveraineté » en dehors de son strict contexte d’émergence. Dans quelle mesure peut-on appliquer le concept de « souveraineté » à des périodes et à des sociétés qui n’emploient pas – ne connaissent pas ? – le terme ? Comment traduire ce qui est de l’ordre de la « souveraineté » et ce qui, en revanche, relève plutôt du « pouvoir », des « mises en scènes et des rituels politiques », etc. ? Autrement dit, y a-t-il une vertu heuristique à entreprendre ce que l’on pourrait appeler une « anthropologie de la souveraineté » ? Sans revenir en détails sur les débats entre perspective –emic et perspective –etic, il s’est agi de montrer l’intérêt potentiel et les éventuelles impasses analytiques d’une telle démarche, en prenant appui sur trois textes proposés à la discussion.

Les travaux d’anthropologie politique de Pierre Clastres, fondés sur l’étude ethnographique de tribus amérindiennes, ont forgé le paradigme de « chefferie sans pouvoir » pour décrire la sphère politique d’un vaste ensemble de sociétés primitives. Dépourvus d’autorité, de puissance et de tout moyen de coercition, les chefs indiens sont ceux de sociétés sans état, définies par l’extériorité du pouvoir politique. La réflexion se concentre alors sur l’absence de souveraineté comme caractérisation positive d’un type d’organisation politique. Elle ouvre, plus généralement, toute une série de questionnements sur l’outillage conceptuel nécessaire à la démarche anthropologique.

Au chapitre 13 de L’histoire à parts égales, Romain Bertrand réfléchit directement à la question de « l’incommensurabilité philosophique des textes européens et extra-européens ». En étudiant de près le Taj us-Salatin de Bukhari al-Jauhari, miroir au prince malais composé en 1603, l’auteur en vient à complexifier, à rediscuter l’histoire intellectuelle de la souveraineté classique. Une fois admise sa possible application à des contextes non-européens, le concept de « souveraineté » devient ainsi un dénominateur commun utile pour la comparaison ; reste à déterminer cependant si la comparaison ne dissout pas le concept en question.

Dans son analyse des assemblées populaires comme rituels de consensus, Egon Flaig passe le fonctionnement de la République romaine au crible de l’anthropologie politique. L’attention qu’il porte à la construction des moments précédant le vote, aux gestes qui lui sont liés et à l’intensité orale de l’expression populaire, éclaire sous un jour nouveau la répartition efficace des pouvoirs entre le peuple et l’aristocratie. L’anthropologie pourrait ainsi s’avérer être un outil pertinent pour la définition des lieux de la souveraineté, pour des périodes antérieures à l’invention de la souveraineté classique. C’est cette démarche qu’il nous revient de questionner.

La séance fut organisée par A. Bertrand, G. Calafat et A. Vincent.

Elle eut lieu le vendredi 8 mars, à 9h (salle de séminaire, Piazza Navona, 62). Quatre billets en ont été tirés, consultables sur le site : le premier, le deuxième, le troisième et le quatrième.

 

Lectures :

–       Romain Bertrand, L’histoire à parts égales : récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIeXVIIe siècles), Paris, Le Seuil, 2011, chapitre 13 « Le constitutionnalisme en partage ? Les ‘splendides paroles’ du Taj us-Salatin », pp. 347-374.

–       Pierre Clastres, La Société contre l’état, Paris, Les éditions de Minuit, 1974, chapitre 2 « échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne », pp. 25-42.

–       Egon Flaig, « L’assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2001-5, 140, pp. 12‑20.

Pour aller plus loin :

– Romain Bertrand, L’histoire à parts égales , op. cit., chapitre 12: « Brises d’harmonie, parfum d’État. De quelques théories mystiques du politique », pp. 323-345.

– Lauren Benton, A Search for Sovereignty : Law and Geography in European Empires, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, ch. 6 : « Bare Sovereignty and Empire », pp. 279-299.

– Philippe Descola, « La chefferie amérindienne dans l’anthropologie politique », Revue française de science politique, 38e année, n° 5, 1988, pp. 818-827.

– Egon Flaig, « Pompa funebris. Concurrence des nobles et mémoire collective dans la République romaine », Actes de la recherche en sciences sociales, 2004-4, 154, pp. 74‑79.

– Karl‑Joachim Hölkeskamp, « Rituali,  cerimonie “alla romana“. Nuove prospettive sulla cultura politica dell’età repubblicana », Studi Storici, 2006-2, 47, pp. 319‑364.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *