Mafia(s) et souveraineté.

Statue de G. Falcone et P. Borselino. Tribunal de Palerme

Interroger le concept de souveraineté à partir de la mafia — ou plutôt des mafias — est à la fois une fausse évidence et un paradoxe : la force du couple mafia/Italie présente en effet le risque d’un enracinement de la réflexion dans la réalité italienne au détriment d’une portée plus générale du questionnement mais la péninsule peut être aussi envisagée comme un observatoire privilégié pour aborder la problématique plus vaste du concept de souveraineté aujourd’hui, et plus spécifiquement dans le rapport à l’état. Parmi les différentes facettes de cette relation, quelques axes peuvent être privilégiés dans le cadre du séminaire autour d’une ou deux questions centrales : en quoi les organisations mafieuse mettent-elles en cause les principes mêmes de la souveraineté, notamment la détention de l’autorité suprême, c’est-à-dire d’un pouvoir absolu dont tous dépendent, et inconditionné, c’est à dire indépendant de qui que ce soit ? Mais aussi en quoi l’affirmation des mafias comme l’un des acteurs transnationaux — au même titre que les firmes transnationales, les ONG, etc. — pose t-elle le problème très actuel, dans le contexte de la mondialisation, des formes d’empiètement sur la politique des états territoriaux et des nouvelles échelles d’exercice du pouvoir, du local au global ?

L’association entre mafia et Italie, perçue de l’intérieur comme à l’extérieur des frontières, comme consubstantielle, se traduit par une floraison de termes qui n’a aucun équivalent dans les autres pays européens. Pour l’entrée « mafia », la célèbre encyclopédie Treccani livre quinze résultats : de « mafia », évidemment, à « zoomafia », en passant par « mammasantissima » (chef de la camorra ou de la mafia), « demafiosizzare » ou encore « mafiologo ». Il va de soi que les résultats sont nettement moins prolifiques dans les équivalents français, même si l’Encyclopédie Universalis met en lumière la grande diffusion du mot pour désigner une multitude d’agissements illégaux. Le phénomène, dans sa diversité, est en effet indéniablement ancré dans la réalité comme dans les représentations et préoccupations de la société italienne.

La présence mafieuse en Italie dans ses quatre principales déclinaisons — cosa nostra, camorra, ‘ndranghetta, sacra corona unita — pose avant tout la question du rapport à l’état dans la période même de la formation de l’unité italienne. Mais au-delà de la dimension incontournable de l’histoire nationale, la souveraineté doit être interrogée également à travers l’exercice des fonctions régaliennes de l’état et de la captation — perte ou partage ? — de certaines de ses prérogatives par le pouvoir mafieux. La question de la confiscation ou de la « prise en charge » par une organisation criminelle de pans entiers de la souveraineté de l’état, se pose également ailleurs, en France à propos de la Corse récemment, et dans de nombreux pays. Si l’on considère que la souveraineté est le pouvoir de commander que détient exclusivement un État dont le territoire équivaut aux limites spatiales de son exercice, les activités de la mafia posent concrètement des questions sur l’exercice effectif de la souveraineté de la part d’un État démocratique. La mafia lève ainsi un « impôt » ou pizzo pour assurer des « protections », alors qu’il s’agit là de deux attributions du ressort exclusif de l’État souverain moderne. Qu’il s’agisse de la fiscalité ou du monopole de la violence légitime, l’État semble ainsi « mis en échec » jusque dans ses fonctions sécuritaires les plus traditionnelles et dans son aptitude à préserver et contrôler le territoire comme la valeur des richesses nationales. Pour l’historien du droit Paolo Napoli, la souveraineté perdrait son efficacité si la police n’était pas présente sur le territoire de l’État. Or, les forces de l’ordre sont largement présentes en Sicile comme dans la banlieue de Naples, mais comme en contrepoint, et parallèlement à une autre forme de contrôle territorial exercée par les organisations mafieuses.

Approcher la souveraineté par la mafia conduit aussi à s’intéresser à l’indépendance du pouvoir légitimé par les urnes. Dans un État démocratique c’est le peuple, par l’intermédiaire de ses représentants, qui est théoriquement le souverain. Jean-Louis Briquet a mené des recherches sur ce qu’il nomme des « pratiques politiques officieuses » comme le clientélisme, la corruption et les interrelations entre les politiques et la mafia. Dans le cas de la représentation démocratique, les agissements mafieux (achats de votes, contrôle de certaines candidatures) s’apparentent-ils à un abandon de la souveraineté de la part de l’État ou à un partage bien compris sous-entendant des réciprocités entre les deux parties ? Il s’agit alors de s’interroger sur les pratiques politiques « anormales » — au regard des pratiques imposées par un État moderne —, tantôt reconnues comme légitimes, mais le plus souvent subies par les sociétés locales sous l’exercice de la violence. Dans les systèmes où les pratiques clientélistes sont diffuses, des formes de légitimité de l’action politique autres que celles de la souveraineté découlant du suffrage universel se juxtaposent ou s’imbriquent. Il ne s’agit plus alors seulement d’un pouvoir parallèle, mais bel et bien de l’intrication/collusion entre pouvoir et pouvoir mafieux avec subordination partielle du premier au second.

Il nous faut dès lors examiner le rôle et les pouvoirs de la population elle-même, de la société civile dans l’émergence d’un phénomène durablement inscrit dans certains territoires, un thème exploré ces dernières années par de nombreux intellectuels, tels que la dramaturge palermitaine Emma Dante. La volonté de l’État italien d’insister dans les écoles siciliennes sur le concept de légalité et de justice institutionnelle afin que la population s’affranchisse progressivement d’une certaine « culture mafieuse » renvoie au problème de la reconnaissance de la légitimité et de la souveraineté pour les citoyens directement concernés par l’exercice du pouvoir mafieux. D’où vient sa légitimité ou son illégitimité ? La construction d’une « mythologie » de la mafia autour de ses « valeurs », de l’attachement affiché à la religion, de son « histoire » qui trouverait son origine dans l’aide aux plus faibles, questionne en fin de compte le rapport à l’état et son utilité, versus état « défaillant », perçu comme une entité extérieure voire menaçante, et de là, la représentation démocratique elle-même.

La mondialisation des activités mafieuses — « Mafia Spa » — rejoint aussi la problématique plus large de l’échelle territoriale d’exercice de la souveraineté dans le monde actuel, du rôle de l’état comme incarnation du pouvoir face à une multiplicité d’acteurs transnationaux, écornant ou contestant son autorité qu’il s’agisse d’instances internationales, de firmes multinationales, d’ONG, de mafias, etc. « (…) Les états ont perdu le monopole des guerres au profit d’entrepreneurs multiples, religieux, tribaux, ethniques, claniques mais aussi économiques ou mafieux qui n’ont que faire de la souveraineté. » (Bertrand Badie). La résurgence d’une « féodalité » à l’échelle planétaire aurait ainsi pour corollaire la perte de souveraineté des états, souveraineté elle-même remise en cause par des citoyens qui ne reconnaissent plus à leurs dirigeants la légitimité de les gouverner, fusse-t-elle issue des urnes.

Dans le cas des mafias, les connexions de l’économie criminelle à une échelle mondiale ne prennent leur sens que par leur articulation à un contrôle territorial local étroit, les deux échelles étant interdépendantes. Plus encore, rendue possible par le double processus de libéralisation des échanges et de privatisation de pans consistants des économies, la puissance financière mafieuse mondiale repose aujourd’hui sur un système performant de recyclage de l’argent sale dans l’économie réelle, légale, et ses capitaux contribuent à alimenter les économies nationales et à soutenir les coups militaires de certains états.

Cette quatrième séance du séminaire fut coordonnée par S. Duval, P. Froment et M. Scherman.

Elle eut lieu le vendredi 19 avril à 14h (salle de séminaire, Piazza Navona, 62). Un compte-rendu de cette séance est consultable sur le site.

 

Invités

Jean-Louis Briquet (Directeur de recherche au CNRS)

Antonio Vesco (doctorant, Université de Sienne)

 

Bibliographie indicative

Bertrand Badie, Un monde sans souveraineté. Les Étas entre ruse et responsabilité, Paris: Fayard, 1999.

Christian de Brie, « Dans l’archipel de la criminalité financière : États, mafias et transnationales comme larrons en foire », Le Monde Diplomatique, avril 2000.

Jean-Louis Briquet, Gilles Favarel-Garrigues, Milieux criminels et pouvoir politique. Les ressorts illicites de l’Etat, Paris : Karthala &CERI, 2007.

Thierry Cretin, Mafias du monde. Organisations criminelles transnationales, Paris : PUF, 2004.

Marie-Christine Dupuis, Finance criminelle : Comment le crime organisé blanchit l’argent sale, Paris : PUF, 2004.

Salvatore Lupo, Storia della  mafia. Dalle origini ai giorni nostri, Roma : Donzelli, 1993.

Salvatore Lupo, Andreotti, la mafia, la storia d’Italia, Roma : Donzelli, 1995.

Marie-Anne Matard-Bonucci, Histoire de la mafia, Paris : Éditions Complexe, 1999.

Fabrizio Maccaglia et Marie-Anne Matard-Bonucci, Atlas des mafias, Paris : Autrement, 2009.

Fabrice Rizzoli, Petit dictionnaire énervé de la mafia, Paris : Les Éditions de l’Opportun, 2012.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *