Les significations politiques de la souveraineté classique (XVIe-XIXe siècle) : la question de son indivisibilité.

La première séance du séminaire fut consacrée cette année au thème suivant : « Les significations politiques de la souveraineté classique (XVIe-XIXe siècle) : la question de son indivisibilité ». En effet, parmi les caractères classiques de la souveraineté, l’indivisibilité est sans doute celui qui pose le plus de problèmes à l’épreuve des reconfigurations actuelles du concept. Comment maintenir cette indivisibilité alors que la souveraineté fait l’objet de transferts et semble de moins en moins pouvoir être située en un lieu unique ? Cette difficulté invite à revenir sur les significations politiques de la notion de souveraineté indivisible.

La séance fut coordonnée par P. Thévenin, B. Schmitz et P. Vesperini.

Elle eut lieu le jeudi 24 janvier à 14h (salle de séminaire, Piazza Navona, 62). Cette séance a donné lieu à un compte-rendu publié sur le site.

 

Y furent discutés les textes suivants :

Texte principal

Jens Bartelson, « On the Indivisibility of Sovereignty », Republics of Letters : A Journal for the Study of Knowledge, Politics, and the Arts, 2, n° 2 (June 1, 2011).

Textes complémentaires

Cardin Le Bret, De la souveraineté du roy (1632), dans Œuvres de messire C. Le Bret, Paris, Charles Osmont, 1689, livre I, chp. II, p. 3-4 ; chp. IX, p. 18-20.

Loys de Mayerne Turquet, La monarchie aristodemocratique ou le gouvernement compose et meslé des trois formes de legitimes Republiques, Paris, Jean Berjon et Jean le Bouc, 1611, livre II, p. 37-42.

Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social ; ou principes du droit politique, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1762, livre II, chp. II, p. 57-62 ; livre IV, chp. VIII, p. 329-359.

 

Jeudi 24 janvier 2013, 14h, salle de séminaire, Place Navone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *