Défaire les souverainetés, faire l’Europe ?

imagesLa cinquième et dernière séance du séminaire interrogera deux aspects contemporains de la remise en cause du concept de souveraineté. Le premier est lié au processus de la construction européenne. Au début des années 1950 se structure un discours critique de la souveraineté des Etats : l’idée d’instituer, sous une Haute autorité, un contrôle du charbon et de l’acier de différents pays d’Europe est présentée comme un moyen de rendre la guerre « matériellement impossible ». Pour autant, la mise en commun des fonctions régaliennes n’a jamais fait consensus : l’échec de la construction d’une Communauté européenne de défense (CED) en témoigne. Ceci a contribué à associer au processus communautaire une forme hybride, voire une forme « faible » de souveraineté. L’Union européenne présente des fonctions traditionnellement associées à la souveraineté, comme le droit de battre monnaie dans la zone euro, mais elle est aussi dépourvue d’autres instruments de la politique économique, demeurés aux Etats. La montée des critiques visant le processus communautaire doit enfin beaucoup aux débats sur le statut de la représentation démocratique dans le processus qui débouche sur la création de pouvoirs institutionnels s’imposant à échelle supranationale.

Un second aspect de la remise en cause de la notion de souveraineté appartient au champ intellectuel, en l’espèce à la sociologie politique de l’État. Dès le début du XXe siècle, une certaine tradition sociologique a cherché en effet à se défaire d’une conception trop spéculative de la souveraineté en y substituant la notion de « monopole politique ». C’est la fameuse définition wéberienne du monopole de la violence légitime. Il s’agira d’expliquer comment cette rupture s’est accomplie, avec quels gains, mais aussi avec quelles limites du point de vue de l’usage historiographique.

La séance visera à éclairer dans quelle mesure ces deux évolutions se croisent : l’entrée par le « monopole » est-elle la mieux à même d’éclairer les évolutions institutionnelles récentes, notamment européennes ? Elle sera composée de deux interventions, centrées tour à tour sur l’histoire du processus d’intégration communautaire puis sur la sociologie de l’État. Les exposés seront suivis d’un débat.

 

Cette dernière séance du séminaire est coordonnée par J. Dubois, Th. Lanfranchi et P. Thévenin.

Elle aura lieu le vendredi 28 juin, 14h, dans la salle Volterra (Palais Farnèse).

 

Invités

Alessandro Giacone (Maître de conférence à l’Université Stendhal de Grenoble)

Dominique Linhardt (Chargé de recherche au CNRS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *