Sciences énormes / « Science normale » : Thomas S. Kuhn, 50 ans après

Date : lundi 19 mars 2012, 15h – 18h

Organisateurs : Yannick Beaulieu, Julie Delamard, Ghislaine Stouder

Intervenants : Thomas Pradeu, Davide Sparti

Il y a tout juste 50 ans, paraissait The Structure of Scientific Revolutions de Thomas S. Kuhn. Le physicien et philosophe des sciences y revendiquait, contre le néopositivisme de l’époque, l’importance de la dimension historique dans l’étude de l’évolution de la science. Selon lui, la science est constituée de paradigmes sur lesquels la communauté scientifique fonde ses travaux (la « science normale ») avant qu’une série d’anomalies oblige les savants à créer de nouveaux paradigmes (donnant lieu pour un temps à la science « révolutionnaire »). En introduisant l’idée de science « normale » et plus généralement en usant du terme pour définir l’activité scientifique, Kuhn initiait une série de débats encore ouverts sur la justification des sciences et de leurs méthodes.

Cette séance de séminaire n’a pas pour objectif d’aborder toutes les questions épistémologiques liées de près ou de loin à l’œuvre de Kuhn, mais d’interroger la notion de norme et son impact dans le domaine scientifique. Comment différencier normes, lois et règles en science ? Dans quelle mesure les normes font-elles les sciences ? Contribuent-elles à justifier les sciences et leurs méthodes ou fondent-elles un relativisme épistémologique ? Est-il possible de penser une science sans normes ?

Deux invités confronteront leurs regards sur ce questionnement, en revenant sur les enjeux épistémologiques de ces dernières décennies et leur impact dans deux champs scientifiques spécifiques, la biologie et les sciences sociales.

 

Thomas Pradeu, MCF Paris IV Sorbonne et membre de l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST).

Domaines de recherche : Philosophe des sciences, il est spécialisé dans la philosophie de la biologie, en particulier de l’immunologie.

Davide Sparti, Professeur associé en Sociologie des processus culturels et en épistémologie des sciences sociales à la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Sienne. Il est également enseignant à l’Ecole supérieure Sant’Anna de Pise et à l’Université de la Suisse italienne.

Domaines de recherche : épistémologie des sciences sociales, théorie de l’identité, philosophie de Wittgenstein et pratique de l’improvisation. Il est co-fondateur  et membre du comité de direction de la revue Studi culturali et participe régulièrement aux revues  Iride, Paradigmi, Rivista di estetica, Rassegna italiana di sociologia, Intersezioni.

 

Éléments de bibliographie

Barberousse A., Morange M., Pradeu T. éd., Mapping the Future of Biology: Evolving Concepts and Theories, Springer, Boston Studies in the Philosophy and History of Science, vol. 266, 2009.

Kuhn Thomas S., La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion (Champs), tr. fr. 1983 [1962].

Sparti Davide, Epistemologia delle scienze sociali, nuova edizione riscritta ed allargata, Bologne, il Mulino, 2002.

-, « Epistemologia delle scienze sociali » leçon tenue en 2002 à l’Université de Calabre, lors du séminaire de doctorat de recherche « Science, Technologie et Société » (Département de sociologie et de sciences politiques).

Tambolo Luca, « Metametodologia e fini della scienza nel naturalismo normativo di Larry Laudan », L&PS, n°6/1, 2008, p. 35-63.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *