Improvisations musicales et expérience de la norme

Vendredi 20 avril 2012, 10h-13h

Organisateurs : Anne-Madeleine Goulet, Johann Petitjean

Intervenants : Roberto Bellatalla, Clément Canonne, Andrea De Carlo et Natalie Lithwick (chanteuse)

Envisagée comme un pur instant créatif, comme un accident virtuose, un acte mystérieux libéré de toute contrainte, l’improvisation fascine.  Nombreux sont les musicologues, les philosophes et les anthropologues à avoir refusé cette acception courante, qui repose avant tout sur l’opposition entre improvisation et composition, pour s’intéresser plutôt aux codes et aux cadres de la performance, ainsi qu’aux connaissances tacites, aux compétences requises et à la préparation des acteurs ; bref, à tout ce qui participe du caractère fortement normé – et parfois normatif – de la situation.

Cette séance traitera de l’improvisation en musique et s’appuiera sur l’expérience de quatre musiciens, issus de cultures et de traditions musicales différentes : un gambiste, un pianiste et un duo composé d’une chanteuse de formation classique et d’un musicien de jazz, contrebassiste. Qu’il s’agisse de la musique baroque, où l’improvisation apparaît notamment dans la musique d’orgue ainsi que dans la réalisation de la basse continue, ou du jazz, dont les interprètes savent utiliser des thèmes et des grilles harmoniques afin de créer sur le vif de nouvelles combinaisons ou, dans le cas de l’improvisation (collective) libre, tenter de s’affranchir de tout support, ces répertoires constituent un bon observatoire pour analyser la place et le statut de l’improvisation au regard des normes de l’harmonie, de la mélodie, de la tradition et des genres musicaux.

Roberto Bellatalla

Voix et contrebasse : voir son Myspace.

Clément Canonne

Philosophe, agrégé de musique et pianiste, Clément Canonne a étudié à l’ENS de Lyon, au CNR de Reims, à l’ENM de Villeurbanne et au CNSMD de Lyon avant de consacrer son doctorat à l’étude des protocoles expérimentaux de « L’improvisation collective libre ». Il a également fondé le laboratoire junior « Pensée et pratiques de l’improvisation » et est aujourd’hui Maître de Conférences en musicologie à l’Université de Bourgogne.

Andrea De Carlo

Après une formation de physicien à La Sapienza de Rome, Andrea De Carlo obtient un diplôme de contrebasse, puis de viole de gambe, sous la direction de Paolo Pandolfo. En tant que contrebassiste, il joue fréquemment en formation de chambre et dans des groupes de jazz. Dans le domaine de la musique ancienne, il collabore avec les plus importants ensembles spécialisés dans ce répertoire (l’ensemble Elyma de Gabriel Garrido, Il Concerto Italiano de Rinaldo Alessandrini ou La Cappella Mediterranea de Leonardo Garcia Alarcon). Son activité de gambiste soliste l’a conduit en France, en Suisse, en Espagne, en Mexique.

Natalie Lithwick

Soprano. Après des études littéraires et talmudiques à Jérusalem (Hebrew University, Hartman Institute), Natalie Lithwick décide de se consacrer au chant lyrique. Cette recherche la conduit à New York puis en Europe où elle suit les enseignements de divers professeurs : Gabriel Guimaraes à New York, Maria Gabriella Munari à Ferrara, Peggy Bouveret à Paris, Andrea Mellis à Vienne. Depuis 2002, elle participe à de nombreux concerts et récitals, de la musique espagnole du XVI e siècle jusqu’au lied romantique allemand. En 2003 elle commence à se produire avec l’ensemble instrumental italien Del sonar di corde e di fiato . En mars dernier, elle chante le Stabat Mater de Pergolèse à Sieggraben (Autriche) avec la mezzo-soprano Miriam Lopes et l’organiste Manfred Berger. Son premier rôle titre aura lieu cet été à Prague dans Anne Frank de Grigori Frid, dirigé par William Shookhoff. Elle partage son temps entre Rome et Paris.

Elements de bibliographie

Improviser. De l’art à l’action, Tracés. Revue de Sciences Humaines, n°18, 2010/1.

Bailey Derek, L’improvisation : sa nature et sa pratique dans la musique, Paris, Outre Mesure, 1999.

Dahlhaus Carl, « Composition et improvisation », Essais sur la nouvelle musique, Genève, Contrechamps, 2004 [1972], p. 191-199.

Laborde Denis, « Enquête sur l’improvisation », La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, éd. par L. Quéré et M. de Fornel, Paris, EHESS, 1999, p. 261-299.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *