2006-2007 : Histoire et sciences humaines face au relativisme

Né à l’initiative des membres de l’École française de Rome en 2002-2003 et mené en collaboration avec Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma « La Sapienza »), le séminaire de sciences humaines et sociales a abordé cette année la question des rapports entre histoire et relativisme. Après une période de près de trente ans durant laquelle on a assisté à la montée en puissance du relativisme historique, à travers le double mouvement du linguistic turn, des alternative studies (gender-, post-colonial-, subaltern studies) d’une part, et de la crise des méthodes de recherches traditionnelles d’autre part, le discours historique sur la « vérité en histoire » s’organise désormais dans la recherche d’une voie médiane.

Il s’agit de faire la part entre une relativisation du discours, entré de facto dans les faits, et le souci d’une exigence de vérité au coeur de la discipline. Les diverses séances du séminaire ont eu pour objet de retracer l’évolution de ce rapport complexe selon un mouvement ternaire, partant d’un examen des racines intellectuelles du relativisme pour arriver aux implications les plus actuelles d’une «relativisation » des vérités historiques. Les premières sessions ont donc été consacrées à l’examen rétrospectif des grands tournants relativistes qui, à partir de disciplines exerçant une forte influence sur l’histoire (philosophie, linguistique, épistémologie), ont fourni des justifications théoriques fondamentales à l’intrusion du relativisme dans le discours historique. Dans un deuxième temps, il s’est agi de mesurer l’impact d’une approche marquée par le relativisme sur différentes pratiques historiques, telles que le comparatisme, la méthode herméneutique, ou encore l’histoire comme pratique d’écriture. Enfin, les conséquences de cette intrusion du relativisme, marquée par un déplacement des repères institutionnels et scientifiques, ont été mesurées dans deux champs historiques particuliers : l’histoire populaire et les subaltern and postcolonial studies.

Programme

13 novembre 2006 (Università di Roma « La Sapienza », Facoltà di scienze umanistiche e di lettere e filosofia)
La philosophie, le relativisme et la crise de la raison historique
Présentation d’Aurélien Robert (École française de Rome), à partir du livre de Roger Chartier, Au bord de la falaise (Paris, 1998) avec la participation d’Enrico Castelli Gattinara (Università di Roma « La Sapienza »).

18 décembre 2006 (Istituto italiano per la Storia antica, Rome)
Le tournant linguistique du relativisme : un problème entre philosophie et histoire
Présentation de Gilles Van Heems (École française de Rome), autour de l’hypothèse Sapir-Whorf et de ses utilisations, avec la participation de Caterina Donati (Università d’Urbino).

19 janvier 2007 (Università di Roma « La Sapienza », Facolta di Filosofia,)
Refuser la posture de guerre : comment penser les savoirs aujourd’hui en temps de globalisation risquée et conflictuelle
Présentation de Joël Chandelier (École française de Rome) et Laurent Pinon (École française de Rome), à partir du livre d’Isabelle Stengers, La Vierge et le neutrino (Paris, 2006), avec la participation de Dominique Pestre (EHESS).

16 février 2007 (Institut Suisse de Rome)
Le comparatisme en histoire
Présentation de Benoît Grévin (CNRS-(École française de Rome) autour du livre de Marcel Detienne, Comparer l’imcomparable (Paris, 2000) avec la participation de Vincent Azoulay (Université de Marne-la-Vallée) et de Mario Casari (Facoltà di Studi orientali-Università di Roma « La Sapienza »).

27 avril 2007 (Villa Médicis, Académie de France à Rome)
Herméneutisme et méthodologie de l’histoire de l’art
Présentation de Stéphanie Wyler (École française de Rome) autour du livre de Gilles Sauron, L’histoire végétalisée : ornement et stratégie politique à Rome (Paris, 2000) avec la participation de Claude Pouzadoux (Université de Paris-X-Nanterre).
14 mai 2007 (Accademia d’Ungheria in Roma)

Témoigner, juger, comprendre : vérité et Shoah
Présentation de Laura Pettinaroli (École française de Rome) autour des livres de Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme (Paris, 1987) et Valentina Pisanty, L’irritante questione delle camere a gaz, Milan, 1997, avec la participation d’Anna Foa (Università di Roma « La Sapienza »).

4 juin 2007 (Università la Sapienza, Facoltà di scienze umanistiche e di lettere e filosofia)
Vérité et altérité. Le cas des Subaltern Studies
Présentation de François Dumasy (École française de Rome), autour de l’article de Gayatri Chakravorty Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », dans C. Nelson ; L. Grossberg (éd.), Marxism and the interpretation of Culture, Chicago, 1988, avec la participation d’Isabelle Merle (UMR 6574-CNRS-EHESS).

18 juin 2007 (Istituto romano per la storia d’Italia dal fascismo alla Resistenza)
France-Italie : l’interprétation des violences politiques
Présentation de Fabien Archambault (École française de Rome) autour du livre d’Alain Dewerpe, Charonne 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, 2006 avec la participation de Guido Crainz (Università di Teramo) et Alain Dewerpe (EHESS, Paris).

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *