La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White

Depuis les années 1970, les critiques adressées au positivisme en histoire se sont radicalisées et ont été revigorées par la réflexion philosophique sur la relation entre les faits et les interprétations et par le prétendu tournant linguistique (« linguistic turn »).

Si une telle critique avait déjà été formulée auparavant par Nietzsche, qui avait nié l’existence du « fait » pur en dehors de l’interprétation qui le construit, on peut dire qu’il existe un courant d’historiens, ou plutôt d’intellectuels et de philosophes intéressés par la méthodologie de l’histoire, qui expriment des doutes sur l’existence d’une prétendue « réalité » des événements passés. Pour eux, le travail de l’historien serait une œuvre narrative, semblable à celle du romancier, une œuvre de fiction caractérisée par des stratégies rhétoriques et narratives spécifiques. Le « fait » n’existerait pas, ou s’il existe, il est impossible à atteindre : ce qui reste est seulement le langage, dans ses expressions plus ou moins efficaces. Parmi les historiens qui se sont engagés à contrer ces tendances, le plus connu est sans doute l’italien Carlo Ginzburg, auteur d’une série d’articles résolument critiques quant aux positions exprimées notamment par le philosophe américain Hayden White.

Cette séance du séminaire de lectures en sciences sociales vise à retracer brièvement leurs positions et à dégager les tenants et les aboutissants de la controverse qui les a opposés.

Les lectures préparatoires à la séance sont les suivantes :

Carlo Ginzburg, « Prove e possibilità« , postface à Natalie Zemon Davis, Il ritorno di Martin Guerre, Torino 1984 (traduction française dans Le fil et les traces, voir infra)

— Le fil et les traces : vrai faux fictif, trad. M. Rueff, Lagrasse, Verdier, Histoire, 2010 (Il filo e le tracce. Vero falso finto, Milano, 2006).

— Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard – Le Seuil,  Hautes études, 2003 (History, Rhetoric and Proof, Hanover, 1999)

Françoise Lavocat, Fait et fiction, Paris, Seuil, Poétique, 2016.

Hayden White, « Poétiques de l’histoire », Labyrinthe, vol. 2, n°33, « Patates chaudes : poétiques, savoirs, politique », 2009, p. 21-65.

Organisée par Cesare Santus et Romain Loriol, la discussion, ouverte au public, aura lieu le lundi 8 mai, à 10h, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

2 réflexions au sujet de « La querelle du narrativisme. Autour de Carlo Ginzburg et Hayden White »

  1. Bonjour,
    Merci pour votre article « Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt » que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt.
    A propos de ce dernier, une coquille s’est glissée dans le passage suivant quand vous citez les verbes allemands empfinden und erahnen:
    « L’emploi de ces verbes (empfinden und erahnden dans le texte allemand) montre que l’on reste malgré tout dans le domaine de l’indéfini et de l’intuition »
    Le verbe deviner s’écrit « erahnen » et non pas erahnden.
    Cordialement, Valérie Donnat

    1. Bonjour,
      nous vous remercions de l’intérêt porté à ce carnet et à ce billet en particulier. Merci de votre vigilance : la coquille a été corrigée !
      Bien cordialement à vous,
      Florent Coste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *