What if ? Uchronie et raisonnement contrefactuel en histoire

En 2017 (L. Smekhov, studio Diafilm, 1960) source : http://www.repubblica.it/tecnologia/2017/01/28/foto/l_urss_del_2017_immaginata_da_due_artisti_sovietici_nel_1960-157062726/1/#1

Et si… le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Charles Lindbergh avait été élu face à F. D. Roosevelt en 1940 ? Si le Mur de Berlin n’était pas tombé ? Si les Nazis avaient gagné la Seconde guerre mondiale ? Si la traite atlantique n’avait pas été abolie ? Si l’ordinateur avait été développé au XIXe siècle ? Autant de questions suscitant fantasme, effroi ou curiosité, qui viennent nourrir à des degrés divers la pratique de la « counterfactual history », à laquelle la séance du séminaire du 24 avril se propose de réfléchir.

En 1997, la publication du livre Virtual History par l’historien britannique Niall Ferguson donne une nouvelle actualité à l’idée de pluralité des mondes possibles en histoire. Les travaux développés dans cette perspective au début des années 2000 ont stabilisé une tendance historiographique aujourd’hui diversement désignée sous les intitulés de « virtual history », « alternative history » ou encore « counterfactual history ». Ces approches ont suscité des débats et des controverses importants dans la littérature anglophone, dans la mesure où elles ont prétendu renouveler l’analyse scientifique des turning points et de la causalité historique. Toutefois, les échos de ces débats dans les travaux francophones se sont révélés très faibles ; ils suscitent le plus souvent l’amusement, le scepticisme, voire la défiance des historiens, qui craignent que l’approche contre-factuelle puisse favoriser des réécritures historiques motivées avant tout par des raisons politiques.

La publication récente du livre Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus par Q. Deluermoz et P. Singaravélou (Paris, Seuil, 2016, coll. L’Univers historique) se propose de pallier ce manque. Il vise en premier lieu à rendre compte du domaine foisonnant de l’histoire contrefactuelle, de sa genèse, de ses mécanismes et de ses usages. Le raisonnement contrefactuel ne saurait, selon ces auteurs, se cantonner aux entreprises uchroniques de la (science)-fiction littéraire, cinématographique ou du jeu vidéo. Ils plaident ainsi pour l’intégration de cette approche dans la « boîte à outils de l’historien », en tant qu’instrument réflexif et de divulgation, ce que l’ouvrage illustre par des retours d’expériences collectives à caractère pédagogique.

La séance du 24 avril, organisée par Marie-Adeline Le Guennec, Bertrand Marceau, Niccolo Mignemi et Sébastien Plutniak  prendra l’occasion de cette parution pour aborder quelques aspects de l’« histoire conjecturale » et du raisonnement contre-factuel en histoire, à partir de certains passages de l’ouvrage ou de nos recherches personnelles. Quels ont été les arguments en jeu au cours des débats des années 2000 ? L’approche contre-factuelle constitue-t-elle effectivement un instrument jusqu’alors sous-employé par les historiens ? Ou revient-elle simplement à nommer des procédures d’analyse que chacun pratique déjà de fait ? Est-elle une simple pratique ludique ou présente-t-elle de véritables enjeux en matière de réflexion historique ? L’attitude de méfiance face à ce qui pourrait être un moyen de légitimer des réécritures de l’histoire à des fins politiques trouve-t-elle quelques justifications ?

Seront en particulier discutés les passages suivants de Pour une histoire des possibles :

Des ptérodactyles à Piccadilly Circus : uchronies, XIXe-XXIe siècle, p. 59-74, à la lumière de A. V. Čajanov (sous le pseudonyme de Ivan Kremniov), Voyage de mon frère Alexis au pays de l’utopie paysanne, Éd. L’Âge d’Homme, 1976 (N. Mignemi)

À l’épreuve des sciences sociales (et physiques), p. 75–98, à la lumière de Y. Thomas, Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales, dans Les opérations du droit, Paris, Éd. de l’Ehess, Gallimard, Le Seuil, 2011 (Hautes études), p. 133–186 (M.-A. Le Guennec)

Usages politiques de l’histoire contrefactuelle, p. 177-207, en regard de Niall Ferguson (éd.), Virtual History: Alternatives and Counterfactuals, New York, Basic Books, 1997 (B. Marceau)

La séance se conclura par l’intervention de S. Plutniak, Banalité et nécessité scientifique du « contrefactuel » : quelques remarques à partir d’une étude de la formalisation des descriptions en archéologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *