Archéologie et fiction

La deuxième séance du séminaire de l’École française de Rome, consacré en 2016-2017 au thème «Fiction, histoire et sciences sociales », abordera la question du point de vue de l’archéologie, entendue comme une façon de faire de l’histoire en exploitant en premier lieu des sources matérielles, qu’il s’agisse d’objets, d’édifices ou de sites. Par ce biais, nous serons amenées à déployer une série de notions qui font la complexité des régimes a priori antagonistes de la vérité et de la fiction.

Faisant le lien avec les réflexions développées en 2015-2016 sur le thème des choses, nous nous intéresserons tout d’abord aux rapports entre objets et fiction. En effet les objets au cœur de la démarche scientifique archéologique peuvent apparaître au premier abord, dans leur matérialité et leur évidence, comme des « réalités » incontestables, des « preuves » de vérité. Mais ils ne sauraient assumer cette fonction de « preuves » historiques sans que les archéologues soient en mesure d’interroger, vérifier et restituer leur provenance et leur contexte.

Cependant la valeur patrimoniale ou commerciale des objets archéologiques dans la société, au musée, en salle de ventes, dans les collections publiques ou privées, peut aussi les confronter à un régime de vérité qui n’a plus seulement à voir avec cet enjeu de l’exactitude historique mais aussi surtout avec la notion d’authenticité. Les chercheurs qui travaillent sur l’histoire des musées ou les professionnels qui se consacrent à la restauration des objets ont mis en valeur la complexité et les évolutions du concept d’authenticité.

L’histoire s’en est emparée à son tour et a par exemple montré tout l’intérêt d’une archéologie des « faux », dont la production remonte à l’Antiquité. Les techniques et les enjeux des falsifications d’objets sont alors au cœur d’une enquête qui tend à en reconstituer la vérité. En évoquant une exposition récemment consacrée aux « faux » au Laténium de Neuchâtel1, on pourra alors analyser et apprécier la valeur paradoxale d’« authentiques faux ».

En nous plaçant dans un deuxième temps sur le plan de l’épistémologie et du discours historique, nous nous pencherons sur deux types radicalement opposés d’expériences de perméabilité des frontières entre discours scientifique et discours fictionnel dans le domaine de l’archéologie.

Nous observerons d’une part des productions « pseudo-scientifiques » que des archéologues comme J.-P. Adam2 ou J.-L. Le Quellec3 se sont efforcés de déconstruire en les étudiant sous le nom d’« archéologie fantasque » ou d’« archéologie romantique ». Nous nous intéresserons aux méthodes à l’œuvre dans la construction et la diffusion de ces discours fictionnels persistants, dont les auteurs précédemment cités ont bien dégagé le jeu avec les apparences du discours scientifique. Nous regarderons aussi quels enjeux idéologiques se cachent derrière ces discours qui ne sont hélas pas seulement pittoresques et divertissants.

Enfin pour revenir à l’intérieur des frontières du discours historique, nous évoquerons les usages raisonnés de la fiction en archéologie. La spécificité des objets et des méthodes de cette discipline nous conduira à nous intéresser tout particulièrement à la question des restitutions figurées, notamment à travers l’exemple des restitutions architecturales. Nous en observerons diverses modalités en étudiant leurs usages potentiels : d’abord scientifiques mais aussi pédagogiques, patrimoniaux, voire artistiques.

Chacun de ces regards nous permettra de nous interroger sur la place particulière de l’archéologie dans la société4.

Lectures préparatoires à la séance du séminaire :

Stéphane Verger, « Du recyclage à la contrefaçon : Histoires de vases métalliques de l’âge du Fer », dans Marc-Antoine Kaeser (dir.), L’âge du Faux : L’authenticité en archéologie. Catalogue de l’exposition du Laténium (29 avril 2011 – 8 janvier 2012), Hauterive, Laténium, 2011, p. 137-145

 Jean-Loïc Le Quellec, Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Arles, Actes Sud, 2009, p. 259-277 (« Martiens du Sahara et autres « Têtes Rondes » ») et p. 291-296 (« Épilogue »).

Bibliographie complémentaire

Adam Jean-Pierre, 1975, L’Archéologie devant l’imposture, Paris, Robert Laffont.

Arendt Hannah, 1990, La Crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, Paris, Gallimard, coll. « Folio », série « Essais ».

Kaeser Marc-Antoine, 2002, « L’archéologie, les représentations collectives et la construction identitaire face aux contraintes matérielles », Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 90, pp. 12-16.

Legendre Jean-Pierre,  Laurent Olivier &  Schnitzler Bernadette (dir.), 2007, L’Archéologie nationale-socialiste dans les pays occupés à l’Ouest du Reich, actes de la table ronde internationale « Blut and Boden » dans le cadre du Xe congrès de la European Association of Archaeologists (Lyon, 8-9 septembre 2004), Paris, Infolio.

Le Goff Jacques (dir.), 1998, Patrimoine et Passions identitaires, actes des Entretiens du patrimoine (Paris, 6-8 janvier 1997), Paris, Éditions du Patrimoine, coll. « Actes des Entretiens du patrimoine ».

Lemonnier Pierre, 2002, « L’effet Poclain. À propos de l’atelier “Invention de la tradition et construction du rapport au passé” (Marseille, Maison Asie-Pacifique, Credo, 24-25 mai 2002) », Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 90, p. 11-12.

Négri Vincent, 2001, « Pour un code de déontologie des archéologues », Cahiers d’études [du Comité international de l’icom pour les musées et collections d’archéologie et d’histoire], n° 9, p. 11-13.

Payot Jean-Pierre, 2010, La Guerre des ruines. Archéologie et géopolitique, Paris, Choiseul.

Organisée par Reine-Marie Bérard, Ségolène Maudet et Éloïse Letellier-Taillerfer, la discussion, ouverte au public, aura lieu le mardi 28 février, à 9h30, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

  1.  M.-A. Kaeser (dir.), L’âge du faux : L’authenticité en archéologie. Catalogue de l’exposition du Laténium (29 avril 2011 – 8 janvier 2012), Hauterive, Laténium, 2011. []
  2. J.-P. Adam, Le Passé recomposé : chroniques d’archéologie fantasque, Paris, Seuil, 1988 (Science ouverte, 9). []
  3.  J.-L. Le Quellec, Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Arles, Actes Sud, 2009. []
  4. Sur les imaginaires liés à l’expérience archéologique, voir les contributions d’histoire, ethnologie et anthropologie des sciences rassemblées dans : C. Voisenat, Imaginaires archéologiques, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2008 (Ethnologie de la France, 22).  []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *