Faits, fictions et frictions

Remettre à l’agenda la question des rapports entre histoire et fiction pourrait apparaître à certains pour une provocation crispante propre à raviver de vieilles controverses qu’on aurait pu espérer réglées, à d’autres comme la tentation d’une incursion sulfureuse dans un domaine clairement antinomique aux missions historiennes, ou enfin comme un acquiescement aux tendances récentes au rapprochement entre littérature et histoire, qui visent à organiser la convergence et la collaboration de leurs régimes d’écriture et de vérité.

La multitude de ces points de vue suffit à démontrer que la question est loin d’être réglée. Le séminaire organisé par les membres de l’EFR s’empare, en 2017, de ces problèmes épistémologiques qui entourent le récit et le raisonnement de l’historien, en s’autorisant comme chaque année un détour fructueux par d’autres sciences sociales.

Pour une frontière entre fiction et histoire ?

Certes il paraît de prime abord difficilement envisageable pour la science historique de ne pas tracer une frontière entre le discours historique et le discours fictionnel. Une telle position de principe semble en apparence non négociable1 : elle est d’une part destinée à garantir une séparation aussi étanche que possible entre le « vrai » et le « faux » (entre le sérieux et le ludique, l’usage réglé de la preuve et le libre jeu de l’imagination, l’exhaustivité ou la représentativité de l’échantillonnage documentaire et les libertés du dispositif narratif) ; cette frontière est, ensuite, propre à assurer à l’histoire une identité disciplinaire et une déontologie professionnelle, avec laquelle il est difficile pour l’historien de transiger s’il veut encore pouvoir distinguer sa pratique, notamment, de la littérature, de la mythologie, de la légende, du discours conspirationniste, etc. L’enjeu est d’importance et traverse toute l’histoire de la discipline : il s’agit de garantir, par cette pierre de touche méthodologique, qu’un historien ne puisse pas dire tout et n’importe quoi, et qu’une communauté scientifique se garde la possibilité de faire, par sa validation, le tri entre le bon grain (une enquête documentée) et l’ivraie (le récit fantaisiste). 

Que peut faire l’historien avec des fictions ?

Ces distinctions fondamentales semblent de prime abord réduire la fiction à une forme-repoussoir et à un contre-exemple méthodologique. Pour nécessaires qu’elles soient, elles ne doivent cependant pas occulter le fait que rarement l’historien maintient au quotidien un rapport aussi distant et hygiéniste avec la fiction. En lieu et place d’une ferme concurrence, il y a des liens complexes qui s’instaurent entre histoire, sciences sociales et fiction et qui traversent allègrement ces frontières de toute façon extrêmement fragiles. Ne serait-ce que par l’entremise de la lecture personnelle de fictions qui peut affecter la construction du questionnaire de l’historien et influer plus ou moins directement sur son écriture.

karski-iOn ne saurait d’abord soupçonner la fiction de ne pouvoir produire la moindre forme de vérité, de savoir ou de connaissance. Certaines œuvres de fiction nous apportent indéniablement une connaissance capable de rivaliser avec celle que l’historien peut produire avec ses sources (ainsi la Comédie Humaine ou les Rougon-Macquart à propos de la société post-révolutionnaire). Qui plus est, le raisonnement historique ne se cantonne pas qu’au fait et emprunte parfois les voies du possible. La discipline historique est en effet logée à la même enseigne que d’autres sciences non expérimentales (la paléontologie, l’astronomie, etc.) : parce qu’elles ne peuvent pas faire d’expériences, elles sont autorisées à nourrir leur raisonnement d’hypothèses, de scénarios, d’expériences de pensée, qui entretiennent une certaine proximité avec la fiction et dont on doit évaluer l’efficacité et la vraisemblance.

karski-ii

Plus généralement, les rapports entre sciences sociales et fiction ne se limitent à une pure relation de conflit : tantôt l’historien vient apporter son aide, comme conseiller, dans la production de films à caractère historique2, tantôt la fiction vient adapter à destination d’un plus large public le travail de l’historien, non sans distorsions, en en comblant les trous ou en explorant une fin possible3 ; faisant valoir son expertise, l’historien prend en charge tantôt le commentaire des fictions historiques, allant du roman jusqu’au jeu vidéo4, tantôt la critique démystificatrice des fictions historiographiques en circulation (des thèses sans fondement, des mythes farfelus, des résurgences désuètes du roman national, des légendes fallacieuses, voire de véritables falsifications de l’histoire5 ). Aussi doit-il affronter avec honnêteté la question de savoir quelle est la part qu’il peut s’autoriser d’imagination, d’invention, de reconstitution, de fiction dans son travail même et quels risques il encourt au contraire à construire son récit par de tels procédés ou à franchir la frontière entre histoire et fiction.

L’histoire, la fiction et leurs publics

Tous ces cas nous rappellent que la fiction s’impose donc bien comme une question pressante au chercheur en histoire, et plus largement en sciences sociales, dès lors qu’il s’ouvre à un plus vaste public que celui de sa communauté scientifique. D’une part, la fiction tend vraisemblablement à croître dans le discours historique à proportion de la portée vulgarisatrice qu’il se donne et qui lui donne précisément la liberté et le devoir de narrer, de combler les trous, d’inventer, sans pour autant trahir les exigences scientifiques qui sont les siennes. D’autre part, et de manière symétrique, l’historien peut légitimement se sentir tenu d’intervenir et de faire valoir son expertise pour distinguer, discriminer et hiérarchiser selon leur degré de vraisemblance des versions de l’histoire circulant dans l’espace public au sein de communautés moins académiques ou plus amateurs.

Cette question des publics différenciés qui seraient ceux de l’histoire et de la fiction est cruciale, non moins que celle de leurs éventuels croisements ou chevauchements. Il paraît acquis que la fiction ne saurait plus être assimilée au domaine de l’erreur ou du faux, autant que de l’illusion, du mensonge ou de la tromperie et qu’il soit nécessaire de faire intervenir dans les définitions qu’on veut lui donner des éléments d’ordre intentionnel – à la différence du mensonge, la fiction ne se définit pas par l’intention de tromper – et particulièrement d’ordre pragmatique – une fiction se définit par un type d’interaction mobilisant des compétences de simulation dans le cadre d’une « feintise ludique partagée », dirait Schaeffer6. Il conviendra alors de se demander symétriquement si l’on ne devrait pas caractériser aussi le discours des sciences sociales en des termes pragmatiques par un type d’interaction avec son lecteur ou son public (un « pacte » de vérité ou d’incrédulité articulé autour des notions de document, de témoignage, de raisonnement, d’enquête, etc.).

Ces modalités de lecture ont beau être distinguées, elles ne sont pas rigides ou étanches. Le chercheur en sciences sociales peut en effet moduler les conditions de réception de son discours : installer, par moments, son lecteur dans la position d’un lecteur de fiction ;passer d’une écriture mettant à jour les rouages de l’enquête et rendant compte, pour un temps donné, de la complexité des possibles à une écriture qui fictionnalise, en simplifiant le récit, en lui imposant une téléologie et en réduisant l’arc des possibles7 ; le pousser d’une lecture bridée (propre à l’écriture académique) à une lecture plus vagabonde (propre à l’écriture littéraire)8. Aussi pourrait-on avancer que l’historien peut bien fictionnaliser (il le fait, dès qu’il choisit ses mots pour « bien écrire » et se faire comprendre), sans pour autant affabuler (tourner le dos à la documentation, la contredire, spéculer). La frontière n’en demeure pas moins fine entre ces deux régimes d’écriture. Il est fort probable en tous les cas que la plupart des débats et des controverses portant sur les rapports de la fiction et des sciences sociales tiennent à des confusions sur ces publics en recomposition et à des malentendus sur les diverses interactions et réceptions qui s’y trament. De sorte que ce n’est probablement pas dans le texte même de l’historien ou du romancier que l’on trouvera des propriétés robustes susceptibles de nous rassurer; c’est plutôt en inspectant les relations aux publics et les stratégies éditoriales qui organisent les communautés de lecteurs et la lisibilité du texte (comme étant de l’histoire, du roman, de la fiction, du témoignage, etc.) que l’on pourra trancher, même provisoirement, la question de leur statut et de leur classification.

Mythes, imagination, récit

Plutôt donc que d’adopter une position de principe qui figerait les rapports entre l’histoire, les sciences sociales et la fiction, il paraît utile de ne pas minimiser, comme on le ferait sous l’effet d’un tel raidissement, les transactions ordinaires, plurielles et complexes qui se nouent entre elles toutes. Si l’on tient à ne pas céder à la confusion des genres, si l’on entend bien se préserver des tendances au panfictionnalisme ou au narrativisme, qui peuvent conduire, comme on le sait, à des formes indésirables de relativisme ou de scepticisme, et si enfin l’on compte, bien au contraire, démêler à force de clarifications l’écheveau de ces rapports, alors il paraît nécessaire de se doter d’une conception à la fois moins étroite et plus rigoureuse de la fiction, tout comme du récit historique. C’est à ce prix que l’on peut mesurer, sans pétition de principe, la finesse de cette frontière entre histoire et fiction et saisir les points de passage qui la jalonnent ; c’est à ce prix, aussi, que l’on peut se demander à quelles conditions histoire et sciences sociales pourraient faire un usage contrôlé de la fiction.

Telle est la question qui servira de fil rouge durant l’année 2016-2017 pour le séminaire de lecture en sciences sociales de l’EFR, dont les travaux concerneront d’abord la question du rapport de l’historien au mythe, ensuite celle de l’usage de l’imagination en histoire, enfin la place du récit dans le travail historien.

Le programme se déclinera en six séances mensuelles, de janvier 2017 à juin 2017.

Bibliographie indicative

Étienne Anheim et Antoine Lilti (dir.), « Savoirs de la littérature », Annales HSS, mars-avril 2010, n°2.

Marc Augé, Les formes de l’oubli, Paris, Rivages Poche, 2001.

Patrick Boucheron, « « Toute littérature est assaut contre la frontière » Note sur les embarras historiens d’une rentrée littéraire », Annales HSS, mars-avril 2010, n°2, p. 441-467.

Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

François Flahault et Nathalie Heinich (dir.), Vérités de la fiction, L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005.

James Clifford et George Marcus, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography (1985), 25th Anniversary Edition, University of California Press, 2010.

John et Jean Comaroff, Ethnography and the historical imagination, Boulder – Oxford – San Francisco, Westview press, 1992.

Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles, Paris, Le Seuil, Univers historique, 2016.

Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, Paris, Le Seuil, Librairie du XXIème siècle, 2014.

Ivan Jablonka, Laëtitia, Paris, Le Seuil, Librairie du XXIème siècle, 2016.

Laurent Jeanpierre, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier (dir.), Réalités du possible, Tracés. Revue de Sciences humaines, 24, 2013, [en ligne], [URL : http:// traces.revues.org/5614]

Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Le Seuil, Poétique, 2015.

Corinne Legoy, « Fiction », Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, « Quadrige », 2015, p. 289-291.

Monica Martinat, Tra storia e fiction. Il racconto delle realtà nel mondo contemporaneo, Milan, Et al. edizioni, 2013.

« Mensonges (1-2) », Écrire l’histoire, n°9-10, 2012, [en ligne] [URL : https://elh.revues.org/106] ; [URL : https://elh.revues.org/181]

Christophe Naudin et William Blanc, Charles Martel et la bataille de Poitiers: de l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia, 2015.

Jean-Marie  Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, Poétique, 1999.

Charles Wright Mills, L’Imagination sociologique, Paris, La Découverte, 2006.

  1. C’est pour une grande part le type d’argument soutenu par Françoise Lavocat, dans Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, Poétique, 2016 : sans frontière, il n’y a pas de plaisir à avoir l’illusion de la transgresser ; à confondre fait et fiction, on se condamne à un monde plat et sans saveur. []
  2. On pense au rôle de Jacques Le Goff pour l’adaptation cinématographique par J. J. Annaud du Nom de la Rose d’U. Eco. []
  3. On pense ici à Le Retour de Martin Guerre de Natalie Zemon Davies qui en co-écrit le scénario. []
  4. Voir, autour de la vision de la Révolution transmise par le jeu vidéo Assassin’s Creed, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2015 ; voir les interventions d’Annette Wievorka à propos de Jan Karski de Yannick Haenel, ainsi que la chronique de Patrick Boucheron, « « Toute littérature est assaut contre la frontière » Note sur les embarras historiens d’une rentrée littéraire », Annales HSS, mars-avril 2010, n°2, p. 441-467. []
  5. Voir les deux numéros « Mensonges », Écrire l’histoire, n°9-10, 2012 [en ligne] [URL : https://elh.revues.org/106 ; https://elh.revues.org/181] ; Christophe Naudin et William Blanc, Charles Martel et la bataille de Poitiers: de l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia, 2015. []
  6. Jean-Marie  Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, Poétique, 1999. []
  7. Monica Martinat, Tra storia e fiction. Il racconto della realtà nel mondo contemporaneo, Milan, Et al. edizioni, 2013 []
  8. Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 167 et suiv. []

Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *