La seconde vie détournée des choses. Réflexions à partir du trafic de déchets par les organisations mafieuses

Compte-rendu de Céline Torrisi

L’étude du trafic de déchet par les organisations mafieuses ouvre la voie à une réflexion sur la place et la fonction des déchets dans la société contemporaine occidentale. Partant de l’acception juridique de la notion de déchet, nous nous sommes interrogés sur la question de savoir dans quelle mesure le trafic illégal de déchets contribue à remodeler la notion de déchet et à redéfinir leur fonction dans le système social. Notre séance fut richement alimentée par l’intervention du journaliste d’enquête Nello Trocchia, auteur de nombreux articles et d’ouvrages de références en matière de trafic illégal de déchets. Au rythme d’anecdotes et de considérations plus distanciées, ce dernier a présenté de manière détaillée les ressorts du système de gestion illégale des déchets, qu’il s’agisse des déchets toxiques ou des déchets ménagers ordinaires.

trocchia_nelloTel que défini par les textes nationaux1 ou européens, le déchet est un objet, une chose aux caractéristiques déterminées soumis à un régime juridique précis. Ce régime juridique trace, d’une part, la frontière entre ce qui est ou ce qui n’est pas déchet et définit, d’autre part, la « seconde vie » des choses devenues déchets. En d’autres termes, le droit trace le destin des déchets dont les autorités publiques sont censées être les maîtres. Toutefois, il est des situations où ce destin est détourné par des acteurs tiers comme, par exemple, les organisations mafieuses. Au croisement de l’activité criminelle ordinaire et de l’activité mafieuse, le trafic des déchets est aujourd’hui une des activités criminelles les plus rentables. On évalue à environ 5 milliards d’euros (Il Sole 24 ore) le chiffres d’affaire annuel des mafias. L’action des organisations criminelles crée ainsi une brèche, une fracture dans le cycle de traitement des déchets défini par le législateur. Ces derniers sont en effet extraits de leur cycle de vie légal pour être réinjectés dans un nouveau cycle illégal2 et vivre leur « seconde vie détournée ». Le passage de la sphère légale à illégale semble participer d’une redéfinition de la fonction voire de l’essence même des déchets qui, d’objets dénués de valeur et voués à la disparition ou au recyclage, deviennent une ressource économique et politique aux mains des organisations criminelles de type mafieux.

terra-fuochiAinsi, distinguant le trafic de déchets ordinaires, du trafic de déchets toxiques, distinction fondamentale sur laquelle notre invité a particulièrement insisté, deux pistes de réflexion ont été dressées.

La première portait sur la fonction économique acquise par les déchets dans le cadre du trafic de déchets toxiques. Une fois n’est pas coutume, les organisations mafieuses tirent avantage des failles d’un système légal trop compliqué, trop lent, trop coûteux pour s’y substituer. Donnant une solution aux incertitudes politiques et aux problèmes techniques soulevés par le traitement des déchets toxiques, elles ont constitué un marché parallèle de gestion des déchets toxiques. Nello Trocchia a ainsi expliqué de manière détaillée les tenants et aboutissants de ce trafic, insistant notamment sur la place de l’Italie, point de départ d’embarcations maritimes mieux connues sous le nom de  « Navi dei Veleni »  voyageant à destination des côtes de l’Afrique de l’Ouest ou des côtes asiatiques. Mais, loin de se réduire à une simple marchandise à partir de laquelle tirer un seul profit économique, les déchets peuvent revêtir, par ailleurs, une dimension politique. En témoignent les modalités de gestion des déchets ordinaires dont l’exemple paroxystique est à rechercher dans la crise des déchets de Naples.

En 1994, l’état d’urgence est déclaré en Campanie du fait de la crise du système de traitement des déchets ménagers et assimilés. Un commissaire du gouvernement investi de pouvoirs spéciaux est nommé pour mettre fin à la crise. La fin de l’état d’urgence fut officiellement déclaré quinze ans plus tard avec la promulgation de l’ordonannce  n. 195 du 17 décembre 2009.

PesteA l’apogée de la crise, qui a connu différents épisodes d’intensité variable, Naples était paralysée par des montagnes de déchets. Les personnes sortaient une main sur la bouche pour se protéger, autant que possible, des odeurs nauséabondes créées par le processus de décomposition, l’autre gesticulant dans le vide pour éloigner les innombrables insectes gravitant autour des monticules de déchets. Au-delà de ces images qui ont défrayé la chronique, la crise des déchets napolitaine représente pour le chercheur un véritable laboratoire d’analyse de la dimension politique des politiques publiques. Comme l’a rappelé Nello Trocchia, il serait bien trop réducteur de vouloir attribuer aux seules organisations mafieuses la gestion illégale des déchets. Il s’agit plutôt d’un système de gestion complexe, fondé sur la logique du « tabouret à trois pieds » : les modalités de gestion des déchets sont négociées entre les acteurs politiques (locaux ou nationaux), les acteurs économiques (les entrepreneurs) et les acteurs criminels (les mafias). Les déchets constituent alors un point de jonction entre la sphère légale et illégale et leur gestion est à l’origine d’une dialectique entre pouvoirs criminels et pouvoirs publics qui donne lieu à un système de gouvernance territoriale à cheval entre les deux sphères.

Au final, si la question du trafic de déchets par les mafias semble confirmer les propos de Mary Douglas et de Zygmunt Bauman qui affirment « qu’aucun objet ne peut être défini comme déchet en fonction de ses qualités intrinsèques […] il ne peut le devenir que par et dans son inscription dans le cadre de projets humains », elle nous pousse par ailleurs à interroger la validité de la qualification de déchets, dès lors que ces dernier deviennent source de richesse dans une économie secondaire…

  1. L’art. 183, 1, lett. a) de l’ordonnance n. 152 de 2006 définit le déchet comme « toute substance ou objet qui entre dans les catégories reportées dans l’annexe A de la partie 4 du Code et dont le détenteur se défait ou a décidé ou a l’obligation de se défaire ». [« qualsiasi sostanza od oggetto che rientra nelle categorie riportate nell’Allegato A alla parte quarta e di cui il detentore si disfi o abbia deciso o abbia l’obbligo di disfarsi »]. []
  2. Le trafic de déchets par les organisations mafieuses constitue un problème d’une telle ampleur dans l’Italie contemporaine qu’une commission parlementaire a été spécialement créée au cours de la XIIe législature (15 avril 1994 – 8 mai 1996). On ne compte plus les enquêtes et les procès à ce sujet (v. entre autres, les enquêtes “Cassiopea” ou “Mercanti di Rifiuti”). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *