La seconde vie des sordes. Quelques réflexions sur la collecte et le recyclage des déchets dans l’Antiquité romaine.

Asarotos oikos. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C., Vigna Lupi (Rome, Musei Vaticani)

L’intérêt pour le devenir des déchets apparaît relativement récent au sein de l’historiographie du monde romain antique. Il s’agit pourtant d’une question cruciale pour une civilisation devenue progressivement urbaine, ou du moins où l’urbanitas, le « mode de vie urbain », est érigée en cadre idéal de ce que serait une vie proprement romaine. Les villes romaines, et en particulier la première d’entre elles, Rome, qui atteint le million d’habitants sous le règne d’Auguste, présentaient des enjeux logistiques mais aussi politiques et juridiques majeurs en terme de collecte et de traitement des déchets : si l’on entendra ici ce terme dans son sens contemporain, signalons toutefois que les sources écrites de langue latine évoquent pour leur part essentiellement les rudera, graviers et déblais issus de la démolition ou de la chute d’édifices, et le stercus, à savoir les déchets organiques putrescibles, en particulier les excréments animaux et humains.

L’étude précise de la gestion des déchets dans le contexte de l’Antiquité romaine a été longtemps évacuée par historiens et archéologues, au profit d’un tableau relativement catastrophiste des conditions de vie et d’hygiène dans les villes d’Italie et des provinces, et a fortiori à Rome. Au gré des découvertes documentaires et de l’évolution des questionnements historiques, qui apparaît liée à la part croissante accordée à la question des déchets et de leur réutilisation dans nos sociétés contemporaines, ce postulat résolument sombre a toutefois été battu en brèche par des travaux récents, au service d’une véritable rudologie du monde romain1. Même si les sources juridiques à disposition n’ont pas gardé la trace d’un règlement global pour la prise en charge et le traitement des ordures, que ce soit à l’échelle locale et a fortiori à l’échelle de l’empire territorial de Rome, ces travaux ont mis en lumière l’existence, dans l’Urbs et dans les noyaux urbains d’Italie et des provinces, de procédures organisées de collecte et de traitement des déchets, connues en particulier pour le stercus, qui impliquaient des acteurs tant publics que privés.

Cloaca Maxima, vue du Ponte Palatino
Cloaca Maxima, vue du Ponte Palatino

Cette collecte était ainsi sans doute donnée en adjudication à des sociétés ou à des individus privés aux frais de la cité, sous le contrôle de magistrats inférieurs, eux-mêmes sous la responsabilité des édiles. Outre l’obligation de se conformer à certaines interdictions de dépôt d’ordures, les particuliers étaient pour leur part responsables de la maintenance de leur pas de porte, qui ne s’étendait pas à l’évacuation des immondices. En revanche, on n’a pas gardé la trace d’un corps public d’éboueurs, au contraire de ce qu’il en était par exemple pour le corps des vigiles urbains, en particulier à partir de sa réorganisation complète sous le règne d’Auguste. La situation est particulièrement bien connue pour l’Urbs, grâce, notamment, au témoignage de la Table d’Héraclée (CIL I2, 593 = ILS, 6085 = FIRA, I, 13), dont la deuxième section traite de la propreté et à la viabilité des rues et loca publica urbains (l. 20-82). Toutefois, dans la mesure où le raccordement à l’égout n’était pas obligatoire, les propriétaires privés pouvaient se charger eux-mêmes de la collecte de leurs déchets, pour se servir ensuite des fumiers et immondices ou en faire commerce au titre de « matières premières secondaires » réutilisées dans l’agriculture ou l’industrie (cf. infra) : ces pratiques avaient donné lieu à une casuistique importante, relevant pour l’essentiel d’affaires de droit privé.

Source : M. Kasprzyck et Y. Labaune, La gestions des déchets à Augustodunum (Autun, Saône­et­Loire) durant l'époque romaine : les données archéologiques, dans Ballet et al. 2003, p. 99, fig. 1
M. Kasprzyck et Y. Labaune, La gestion des déchets à Augustodunum (Autun, Saône­-et­-Loire) durant l’époque romaine : les données archéologiques, dans Ballet et al. 2003, p. 99, fig. 1

L’archéologie confirme pour partie l’idée d’une organisation dans la répartition des dépôts de déchets : de nombreux sites urbains semblent témoigner d’une volonté collective de regrouper et de confiner ces déchets dans certaines zones de la ville (et surtout de sa périphérie), même s’il est parfois difficile de faire la part entre ce qui relève de l’action spontanée ou de la collecte et du stockage organisés, de même que d’assigner ces pratiques à l’initiative de la cité plutôt qu’à celles d’une profession ou d’un voisinage2. Ce système de répartition raisonnée des déchets à l’échelle locale semble se déliter progressivement à partir du IVe siècle, en Italie comme dans les provinces occidentales.

En somme, dans les villes romaines, et en particulier à Rome, loin d’être complètement livrée à l’anarchie, la collecte des déchets faisait l’objet de certaines procédures organisées, encadrées par les institutions de la cité mais où la part des initiatives privées était sans doute également importante. Mais ce qui doit nous amener à nuancer le tableau de villes romaines insalubres, étouffant sous leurs déchets, c’est aussi le rôle déterminant que jouait un autre phénomène dans l’élimination et même dans la valorisation des immondices : celui de la réutilisation massive de rebuts de toute sorte dans la construction, l’artisanat et l’agriculture, au titre de « matières premières secondaires »3,  et ce tant par le biais de remploi que de réutilisation et même de recyclage.

De fait, sans aller jusqu’à parler pour Rome, comme le fait de manière provocatrice E. Rodriguez Almeida, de « self-cleaning città4 » il n’en reste pas moins vrai que dans le contexte romain, un nombre important de rejets de l’activité humaine, animale ou artisanale, n’accédaient en fait jamais au statut de déchet mais étaient réutilisés, en particulier dans l’artisanat et l’agriculture : les débris de verre étaient refondus, l’urine collectée par les foulons, les excréments reversés dans les jardins et plantations maraîchères de la ville et de ses faubourgs ou utilisés comme combustibles industriels, etc. Dans cette perspective, la récolte et le traitement de ces « matières premières secondaires » revêtaient des enjeux économiques qui débordent la simple question de la salubrité des rues et de leur viabilité : leur emploi permettait d’effectuer des économies sur la matière première et leur commercialisation d’obtenir des gains nouveaux à partir de rebuts.

Pour l’Antiquité romaine, la connaissance des phénomènes de réutilisation et de recyclage s’est tout particulièrement nourrie de l’étude des pratiques de remploi en architecture, à l’aune de l’intérêt croissant, durant ces dernières décennies, pour l’archéologie du bâti. Dans cette perspective, on entend par remploi la réutilisation d’éléments architecturaux, de matériaux et d’ornamenta (éléments de décor attachés au bâti, tel que les marbres ou les peintures murales), pour des raisons économiques, esthétiques ou symboliques, dans des constructions privées ou publiques, avec une localisation et un usage identiques ou distincts de ce qu’ils étaient initialement. L’étude de ce phénomène s’est longtemps cantonnée aux pratiques de remplois architecturaux dans des contextes historiques plus tardifs (fin de l’Antiquité romaine et Moyen âge) : les historiens de l’art désignent alors ces éléments en remploi sous le nom de spolia. Mais une tendance historiographique plus récente envisage désormais également ces pratiques en synchronie, en étudiant par exemple le recours à des matériaux « de seconde main », qui faisaient l’objet d’un commerce spécialisé, dans les grands chantiers d’époque républicaine et impériale : le recours au remploi architectural semble même avoir constitué un facteur indispensable pour la réussite de ces travaux somptuaires.

Au regard des sources, les enjeux associés à cette forme spécifique de remploi dans le contexte romain apparaissent autant juridiques qu’architecturaux : les législateurs et jurisconsultes romains portent ainsi une attention très précise à l’encadrement du remploi architectural, sans équivalent semble-t-il pour les autres exemples de « matières premières secondaires » évoqués précédemment5. L’encadrement de cette forme de remploi visait en particulier à éviter les démolitions, sources de ces ruines auxquelles les Romains opposaient un refus absolu, ainsi que l’a montré Ch. Davoine. C’est surtout à partir de la période tardo-républicaine que se développe en ce sens un cadre juridique cohérent et contraignant, construit par des dispositions successives relevant pour l’essentiel du droit privé – pour le droit public, il faut se tourner vers la période tardive – sans pour autant donner naissance à un droit du bâtiment spécifique. Ce contrôle accru contraste avec la fréquence des pratiques de remploi architectural mises en lumière par l’archéologie et l’épigraphie, montrant toute la complexité du rapport entre institutions et pratiques : mais quoi qu’il en soit, dans un cadre juridique de gestion des déchets plutôt libéral, le remploi architectural fait exception, en raison des enjeux patrimoniaux et symboliques qui lui sont attachés.

L'établissement pompéien "ad Gabinianum" (VI 9, 1.14). Plan : J. Packer, Inns at Pompei. A Short Survey, Cronache Pompeiane, 4, 1978, p. 25, fig. 13
L’établissement pompéien « ad Gabinianum » (VI 9, 1.14).
Plan : J. Packer, Inns at Pompei. A Short Survey, Cronache Pompeiane, 4, 1978, p. 25, fig. 13

J’ai pour ma part été amenée à croiser durant mes recherches la question du remploi, cette fois pris au sens large, au sujet d’un phénomène précis : celui de la conversion de domus ou de uillae privées en auberges dans des contextes de dégradation du bâti, par l’effet destructeur du temps ou d’événements extérieurs. Cette pratique pourrait sembler anecdotique, mais elle est suffisamment documentée pour y voir d’abord une stratégie immobilière récurrente de l’activité hôtelière romaine et d’autre part pour assigner à ce secteur professionnel un rôle dans la restauration et la remise en valeur du bâti après des phases de destruction ou d’abandon. Ce phénomène est bien connu pour Pompéi, où il a été mis en relation avec les épisodes sismiques des années 60 ap. J.-C., qui ont entraîné une importante recomposition du tissu urbain : on assiste ainsi à la conversion en auberges d’anciennes demeures privées de la ville, dégradées et/ou abandonnées, à l’instar de l’établissement pompéien dit « ad Gabinianum » (VI 9, 1.14) sur lequel je me suis plus spécifiquement penchée dans le cadre de ma thèse. Ce phénomène de conversion de maisons en auberges n’est toutefois en rien l’apanage des cités du Vésuve et ne se limite pas à des contextes de destruction traumatique : on trouve ainsi des exemples similaires à Ostie (en particulier la casa di Diana, I, iii, 3-4) et les sources littéraires évoquent ponctuellement cette pratique, tant d’ailleurs dans des domus que dans des uillae privées.

Les cas urbains suggèrent malgré tout que cette conversion formelle et fonctionnelle était particulièrement susceptible de survenir à la suite d’épisodes de détérioration des bâtiments étudiés, à l’issue desquels les occupants originels n’auraient pas pu, ou souhaité, entreprendre les travaux nécessaires à une réoccupation de la demeure dans son statut d’origine. Dans ce cas, la conversion de leurs maisons en auberges constituait de la part des propriétaires, un choix par défaut destiné à tirer profit, à peu de frais, d’un édifice désormais impropre à leur permettre de tenir leur rang. En cas de disparition de ces propriétaires, cette pratique pourrait être mise au compte de l’action immobilière de « profiteurs » ou de « débrouillards », à identifier éventuellement avec les aubergistes eux-mêmes. Rappelons du reste que dans l’un ou l’autre de ces cas de figures, les périodes faisant suite à des épisodes traumatiques (séismes ou incendies) étaient souvent caractérisées par un certain relâchement des règles en matière cadastrale ou architecturale : ainsi à Rome sous le règne de Vespasien, où pour effacer les traces de l’incendie de 64 et de l’année 69, Vespasien aurait autorisé l’occupation à des fins édilitaires de terrains vagues et friches dont les propriétaires légitimes renonçaient à assurer la reconstruction (Suet., Vesp., 8). Dans le cas pompéien, les autorités municipales et impériales auraient alors été amenées à fermer les yeux sur des pratiques certes peut-être aux marges du droit privé ou public, mais qui contribuaient à la restauration du bâti et de l’activité économique de la ville, tout en permettant, puisqu’il s’agissait d’auberges, de loger les individus impliqués dans la reconstruction de Pompéi.

Viviano Codazzi, Fantaisie architecturale avec auberge, env. 1650 (Palazzo Pitti, Florence)
Viviano Codazzi, Fantaisie architecturale avec auberge, env. 1650 (Palazzo Pitti, Florence)

En somme, comme l’écrivent P. Ballet, P. Cordier et N. Dieudonné-Glad, « pour être posée en termes contemporains de récupération, recyclage et élimination, la question des déchets [pour l’Antiquité romaine ] n’est pas anachronique6 » ; elle met alors en action des instances et des mécanismes variés, relevant tant du droit public que du droit privé, mais aussi des organisations professionnelles ou locales ou enfin de pratiques marginales, voire illégales, combattues ou tolérées par le pouvoir et la société en fonction des contextes.

  1. Dans cette perspective, on évoquera surtout deux publications collectives majeures  : Dupré Raventos, X. et Remola, J.-A., Sordes urbis : la eliminación de residuos en la ciudad romana. Actas de la reunión de Roma (15-16 de noviembre de 1996). Rome, l’ « Erma di Bretschneider », 2000 (Bibliotheca italica : monografias de la Escuela Española de Historia y Arqueologia en Roma) et Ballet, P., Cordier, P. et Dieudonné-Glad, N. (éd.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages. Actes du Colloque de Poitiers (19-21 septembre 2002). Montagnac, éd. E Mergoil 2003 (Archéologie et histoire romaine, 10). []
  2. voir ainsi plusieurs des études de cas contenues dans Ballet – Cordier – Dieudonné-Glad 2003, en particulier les exemples d’Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) et de Lugdunum (Lyon). []
  3. Selon l’Association Française de Normalisation, on entend par « matières premières secondaires » « les résidus de production, de transformation ou d’utilisation qui s’insèrent dans un processus de valorisation. Ces résidus possèdent une valeur intrinsèque et présentent des caractéristiques telles que leur valorisation est assurée. » []
  4. « Roma, una città self-cleaning ? », dans Dupré Raventos – Remola, 2000, p. 123-127. []
  5. Voir en particulier Marano, Y. A., « Fonti giuridiche di età romana (I secolo a.C. – VI secolo d.C.) per lo studio del reimpiego », dans Giuseppe Cuscito (a cura di), Riuso di monumenti e reimpiego di materiali antichi in età postclassica : il caso della Venetia. Trieste, Editreg, 2012 (Antichità altoadriatiche, 74), p.  63-84 ; Thomas, Y., « Les ornements, la cité, le patrimoine », dans Auvray-Assayas Cl. (éd.), Images romaines. Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998, p. 263-284 (Études de littérature ancienne, 9) ; ainsi que, tout récemment, la thèse de Ch. Davoine sur les ruines et leur encadrement dans l’Antiquité romaine (Davoine, Ch., Recherches sur les ruines dans le monde romain. Gestion et perception des bâtiments détruits dans la cité romaine (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.), Thèse de doctorat d’Histoire, sous la direction de C. Saliou, Université Paris VIII-Vincennes-Saint Denis, 2015). []
  6. Ballet – Cordier – Dieudonné-Glad 2003, p. 9. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *