Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge : autour des travaux de Laurent Feller

Deux colloques organisés en ce printemps 2016 viennent rappeler toute l’acuité de la réflexion des historiens sur les objets, tant dans leur inscription graphique en listes (3ème Workshop de l’ANR POLIMA sur les listes d’objets, 7-9 juin 2016, École française de Rome)1 que leur intérêt pour l’histoire économique  (I prezzi delle cose nell’età preindustriale, 8-11 mai 2016, 48e Settimane di Studi de Prato)2. Dans ce contexte, Laurent Feller interviendra sur le statut des objets en histoire économique du Moyen Âge lors de la journée d’étude finale du séminaire des membres de l’EFR, le 16 juin 2016.

Professeur d’histoire médiévale à la Sorbonne (Paris 1), Laurent Feller3 a consacré sa thèse d’État aux Abruzzes d’un large haut-Moyen Âge4 avant de s’orienter vers l’histoire rurale et surtout l’histoire économique médiévale5. Ses recherches sont profondément inspirées des apports des sciences sociales, en particulier des travaux de Marcel Mauss, Karl Polanyi et de Maurice Godelier, pour n’en citer que quelques-uns. Le meilleur exemple de la démarche adoptée est sans doute à lire dans le format de La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes, rédigé à six mains avec la collabotation de Florence Weber et d’Agnès Gramain, respectivement ethnologue et économiste6.

Ce faisant, il a dirigé ou co-dirigé plusieurs programmes collectifs d’importance – sur le marché de la terre, la circulation des richesses et la valeur des choses, l’expertise, le salariat7, les relations entre pauvreté et travail, le pouvoir des listes au Moyen Âge – qui ont contribué à renouveler en profondeur l’approche de l’économie médiévale, actuellement en plein aggiornamento. Son intérêt pour les objets s’inscrit donc dans la logique de ses recherches antérieures. En s’intéressant aux modalités du prélèvement seigneurial, il s’est d’abord intéressé avec C. Wickham aux origines du marché immobilier8 qui s’est prolongé par une réflexion sur les rationalités médiévales à partir d’une analyse des conversions de redevances seigneuriales9. Dans une économie imparfaitement monétarisée, les mécanismes de formation des prix sont donc éminemment complexes, car ils dépendent autant de la valeur intrinsèque ou relative des objets que du statut social ou de l’état des relations entre les individus qui échangent (le prix peut ainsi masquer le reliquat d’une dette impayée), et peuvent par ailleurs être payés conjointement en monnaie, en équivalents monétaires et en objets dotés d’un prestige ou d’une aura sacrée10. Cela l’a conduit à s’intéresser au statut et au poids des objets dans la circulation des richesses, ce qui suppose à la fois d’étudier les méthodes d’évaluation de la valeur (l’expertise)11 et la culture matérielle des hommes du Moyen Âge.

Trois types d’approches – pratiquées par Laurent Feller qui en a déjà exposé tout l’intérêt pour la période 800-120012 – peuvent être schématiquement adoptés pour étudier les objets : 1) la prise en compte de l’archéologie pour étudier la culture matérielle, 2) examiner les modalités graphiques de l’inscription en listes dans le cadre plus large d’une histoire de l’écrit, 3) déterminer la place des objets en histoire économique (mécanismes de formation des prix, circulation de la richesse et valeur des choses).

Capture d’écran 2016-05-20 à 11.36.51

1) La culture matérielle

La notion renvoie aux échanges fructueux entre historiens, anthropologues et archéologues dans les années 60-7013. S’appliquant originellement aux objets détenus pour le travail ou la vie quotidienne, la culture matérielle a été récemment étendue à la naissance de la consommation des élites14. Elle renvoie à une histoire économique concentrée sur le concret, ce qui peut convoquer des domaines aussi variés que le travail, les techniques, la production d’objets, l’évolution des modes et des consommations, le commerce d’objets devenus marchandises et recyclés en objet d’usages qui circulent sur le marché de l’occasion.

La notion de culture matérielle se nourrit de plusieurs courants historiographiques. Une tradition française d’étude des objets, qui mêle érudition locale, intérêt pour les beaux objets et travaux universitaires, existe depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Elle est complétée par l’école ethnographique française s’intéressant au folklore (Musée des Arts et Traditions Populaires) et plus tard par les chercheurs proches du PCF s’intéressant à l’histoire et l’archéologie des techniques (André Leroi-Gourhan, Marc Bloch, etc.). Les collaborations avec les universitaires d’Europe de l’Est, en particulier polonais, ont nourrit des débats féconds sur la notion, en parallèle de l’élaboration de nouvelles techniques de fouilles archéologiques. L’intérêt culmine avec une série d’enquêtes sur l’histoire des techniques, de la maison, de l’alimentation, du costume, etc. qui débouchent sur des publications majeures comme Civilisation matérielle et capitalisme de Fernand Braudel (1979), L’invention du quotidien de Michel de Certeau (1980), les publications des fouilles archéologiques dirigée par J.-M. Pesez sur le village sicilien de Brucato15, ou encore l’Histoire des choses banales de Daniel Roche (1998). Délaissé en France depuis quelques décennies, la notion a pourtant connu un nouvel essor en Grande-Bretagne et aux États-Unis sous l’influence des Cultural Studies ou de la Alltagsgeschischte allemande.

Capture d’écran 2016-05-20 à 11.03.24
2) Les listes

Le projet ANR POLIMA – dirigé par Pierre Chastang et dont Laurent Feller a intégré l’équipe coordinatrice – s’intéresse quant à lui aux effets produits par l’inscription graphique en liste, en s’inspirant notamment des travaux de Jack Goody16. Procédé rhétorique classique d’énumération, la liste est en effet un outil indispensable du gouvernement des hommes et de l’administration des choses. La liste interroge en outre les méthodes de collecte et d’organisation scripturaire (syntaxiques, graphiques, symboliques) des données collectées, ce qui en retour produit des effets de classement et donc de définition du réel : énoncés linguistiques, procédés de balisages textuels  et système de connaissance du monde sont donc associés.

Le colloque sur les listes d’objets des 7-9 juin prochain, coordonné par Laurent Feller et Étienne Anheim, s’interrogera ainsi sur la matérialité et les finalités des listes médiévales pour interroger les effets de mise en ordre et de mise en espace17. La production et la sauvegarde des listes doivent en effet être interrogées : à cet égard, l’étude du support matériel des différentes étapes de mise en liste (feuillets, registres, cartulaires, etc.) doit être mise en relation avec l’ampleur du décalage chronologique qui court entre l’inscription et la sauvegarde de la liste : sauvegarder une liste non actualisée, c’est revendiquer la possession des objets perdus et garder leur mémoire. En justice, les listes d’objets peuvent servir d’éléments de preuve comme servir à l’estimation des biens revendus à l’encan. Les inventaires de bibliothèque ou d’archives servent davantage de guides que de listes de propriétés, dont le but est de mettre en ordre pour permettre le repérage des objets. Quant aux inventaires après décès et aux listes d’objets saisis, ils posent des problèmes redoutables, car leur organisation est complexe à définir et les mécanismes de sélection sont difficiles à déceler.

Le recours aux listes durant la période médiévale ouvre ainsi de nombreux questionnements sur les rapports entre nature et culture (question anthropologique sur la continuité ou non entre l’objet et son possesseur) ; sur leur utilisation comme instrument de gestion pour marquer l’exceptionnalité de trésors, la monumentalité d’objets patrimoniaux ou au contraire lister le banal et l’ordinaire ; sur leur rôle dans la transmission des objets entre vifs ou entre générations, à titre marchand ou onéreux ; enfin sur la confection de listes de matières premières nécessaires à la production d’objets transformés.

Capture d’écran 2016-05-20 à 11.38.03

3) Les objets

Les objets ont enfin une place cruciale, après avoir été longtemps négligés, dans l’histoire économique, comme vient le rappeler le collectif Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âg(2013)18.

Laurent Feller explique comment la démarche s’est inspirée d’une critique de la théorie polyanienne de l’enchâssement de l’économie et des transactions, telle qu’elle a été appliquée dans la société médiévale. En plaçant l’échange marchand au cœur du dispositif économique, un courant historiographique d’inspiration anglo-saxonne a pernicieusement réduit la question à une mesure de la vie économique avec une unité universelle, monétaire, ce qui a été combiné avec les méthodes économétriques et statistiques pour tenter de mesurer le PIB depuis le XIIe siècle19. L’aporie de ce système de pensée est alors de neutraliser l’histoire en naturalisant l’économie.

Or, l’apport de l’anthropologie économique, dont se revendique une tendance épistémologique française, permet d’élargir le champ des possibles analytiques en étudiant les conditions de possibilité de l’usage de la mesure et des calculs. Cette anthropologie, en forçant les historiens au décentrement, permet en outre de se prémunir contre les risques du réductionnisme de l’analyse du monde social en termes de « mondes hostiles » (une réduction de l’analyse des mondes sociaux à des couples antinomiques et irréductibles entre eux), ou en termes de réduction à un déterminant unique (théorie du nothing but), comme l’a mis en avant Viviana Zelizer20. Ce type d’analyse permet enfin de prendre au sérieux la pluralité des mondes économiques possibles :

« […] les rapports sociaux ou les rapports économiques se produisent sur plusieurs plans à la fois et relèvent de catégories différentes selon le point de vue duquel on les analyse. Les acteurs sont parfaitement en mesure de différencier les différents niveaux et de dire ce qu’ils sont en train de faire : tantôt je donne pour le salut de mon âme, investissant d’ailleurs dans l’au-delà, mais n’attendant pas en retour une chose équivalente en valeur ou identique en nature à ce que j’ai donné. Tantôt je donne parce que c’est un excellent moyen de faire pression sur le monastère pour qu’il me cède un bien que je convoite. Tantôt enfin, je donne parce que je ne peux pas faire autrement et que j’y suis contraint par des croyances, des conventions sociales ou la nécessité quelque forme que prenne celle-ci. L’action formelle est cependant identique et seule l’analyse des relations interpersonnelles et des interactions permet à l’historien de la transaction de dire ce qu’il en est avec quelque exactitude. La difficulté est alors de discerner les sines qui permettent de distinguer les différentes motivations de l’action […]. »21

La définition des objets est par conséquent élargie – tous les biens à l’exception des maisons en milieu urbain – car la dichotomie objets mobiliers/immobiliers n’est pas toujours pertinente sous l’action de la contrainte : des biens mobiliers pouvaient se transformer en biens immobiliers par la seule intervention du pouvoir souverain définissant des biens interdits ou dont la circulation était limitée (objets de la maison du roi de France au XIIIe siècle par exemple). La monnaie est en outre considérée à la fois comme vecteur des échanges et comme objet à part entière, puisque la monnaie ne se réduit pas à la pièce en circulation : le troc monétarisé ou l’utilisation d’équivalents monétaires, voire de substituts en période de disette (gages à Paris) sont des alternatives. L’enjeu du livre est en effet de mesurer les effets de la circulation à l’intérieur et surtout en dehors des marchés médiévaux.

Ainsi départis des cadres de pensée trop modernes, l’analyse de la circulation des objets peut alors servir de catalyseur pour l’analyse des enjeux sociaux qui entourent les échanges. Les individus agissent sur les objets : au sein des sociétés chrétiennes, le mythe originel de la transsubstanciation du pain et du vin en corps et en sang du Christ constitue un modèle structurant. Selon l’attention portée à certains objets, les hommes peuvent ainsi transformer le statut des objets : l’échange transforme les objets inertes en biens ou en marchandises, fait par exemple passer du cercle du sacré au profane lorsque les objets en métal précieux des monastères sont pillés, fondus et transformés en monnaie ou simplement revendus, ou encore lorsque les objets volés font l’objet de recel après un parcours sinueux.

Mais inversement, la circulation, la possession ou la donation d’objets révèle – et signifie même en soi – les statuts sociaux. Ainsi réinsérés dans la société, les objets deviennent des choses : il faut « distinguer fortement […] objets et choses, les premiers demeurant extérieurs à celui qui les possède et les transmet, les secondes entretenant un lien fort et indissoluble avec leurs détenteurs. Si les objets sont aliénables, les choses, elles, ne le sont pas parce qu’il n’y a pas de discontinuité entre elles et les personnes qui les produisent, les possèdent et, finalement les échangent »22. Dons et largesses ont en effet un effet de structuration hiérarchique sur les individus : les objets servent d’étalons pour classer les personnes en fonction de ce qu’ils donnent et reçoivent, cette circulation ayant pour effet de transformer à la fois le statut des hommes et des objets. Et finalement, si l’on pousse la logique à son terme, les corps humains peuvent devenir des choses. D. Smail et J. Claustre montrent ainsi combien la contrainte exercée sur les corps dans les cas d’emprisonnements pour dette (dans la mesure où son caractère public et infamant affecte l’honneur et la « valeur » sociale du débiteur) est de nature similaire à celle qui vise les objets saisis. Pris en otages pour rembourser une dette impayée, ces derniers sont aussi susceptibles d’être rachetés et de devenir des gages – et par conséquent les supports d’une nouvelle opération de crédit.

  1. La présentation de l’atelier est à lire à cette adresse : [URL : http://www.dypac.uvsq.fr/anr-polima-workshop-3-i-listes-d-objets-i–375640.kjsp?RH=1354723047753] []
  2. Le programme est à lire à l’adresse suivante : [URL : http://www.istitutodatini.it/temi/htm/temi48.htm] []
  3. Publications : http://opac.regesta-imperii.de/lang_en/autoren.php?name=Feller%2C+Laurent. Présentation sur le site du LAMOP : https://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?auteur27. Entretien sur http://www.histoire-pour-tous.fr/livres/192-entretiens-avec-les-historiens/3604-entretien-avec-laurent-feller-historien.html []
  4.  Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie, et société en Italie centrale du IXe au XIIe siècle, Rome, Publications de l’École française de Rome, 1998. Il a également participé à l’édition dirigée par Jean-Marie Martin du Registrum Petri Diaconi (Montecassino, Archivio dell’Abbazia, Reg. 3), Rome, Publications de l’École française de Rome, 2016. []
  5. Laurent Feller, L’Église et la Société en Occident. Pouvoir politique et pouvoir religieux du VIIe au XIe siècle, Paris, Éditions CDU-Sedes, 2001 ; Id., Paysans et seigneurs au Moyen âge. VIIIe-XVe siècles, Paris, Éditions Armand Colin, 2007 ; Id., L’Assassinat de Charles le Bon, comte de Flandres : 2 mars 1127, Paris, Éditions Perrin, 2012. []
  6.  La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Laurent Feller, Agnès Gramain, Florence Weber (éd.), Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 347, 2005. []
  7.  Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Patrick Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dir.), Paris, Picard, 2014. []
  8. Laurent Feller et Chris Wickham (éd.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, Collection de l’École française de Rome 350, 2005. []
  9.  Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre XIe et XVe siècles. Actes de la table ronde organisée par le Lamop à Auxerre les 26 et 27 octobre 2006, Laurent Feller (éd.), Paris, 2009. []
  10. Laurent Feller, « Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge »,
Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/3 66e année, p. 627-661 ; Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Jean-Pierre Devroey, Laurent Feller et Régine Le Jan (éd.), Turnhout, Brepols, 2010. []
  11.  Expertise et valeur des choses (1). Le besoin d’expertise (colloque de Toulouse, octobre 2010), Claude Denjean et Laurent Feller (éd.), Madrid, 2013 ; Expertise et valeur des choses au Moyen Âge (2). Savoirs, écritures, objets, Laurent Feller et Ana Rodriguez (éd.), 2016, en cours de publication à la Casa de Velazquez. []
  12. Laurent Feller, « Les choses ont-elles une valeur au Moyen Âge ? », La Vie des idées, 25 janvier 2016. [URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-choses-ont-elles-une-valeur-au-Moyen-Age.html] []
  13. Voir par exemple Jean-Marie Pesez, « Histoire de la culture matérielle », dans La nouvelle histoire, J. Le Goff dir., Paris, Complexe, 1988 [1978], p. 191-227. Plus récemment le colloque « La culture matérielle : un objet en question » organisé les 9-10 octobre 2015 : [URL : http://calenda.org/334214]. []
  14. Voir par exemple la présentation des débats sur l’économie de la renaissance italienne : Franco Franceschi et Luca Molà, « L’economie del Rinascimento : dalle teorie della crisi alla ‘preistoria del consumismo’ », dans Il Rinascimento italiano e l’Europa, Giovanni LuigiFontana et Luca Molà (dir.), vol. 1, Storia e storiografia, Marcello Fantoni (dir.), Trevise – Costabissara (Vicence), Fondazione Cassamarca – Angelo Colla Editore, 2005, p. 185-200. []
  15.  Brucato. Histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile. Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 78, 1984Voir également dernièrement Jean-Marie Pesez, « Tout ce qu’on sait sur la maison villageoise au Moyen Âge dans l’aire méditerranéenne et tout ce qu’on voudrait savoir », dans Castrum 6. Maisons et espaces domestiques dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, André Bazzana et Étienne Hubert (dir.), Rome, École française de Rome, 2000, p. 1-11. []
  16. Jack Goody, La raison graphique, la domestication de la pensée sauvage, trad. Jean Bazin et Alban Bensa, Paris, Éditions de Minuit, 1979. []
  17. [URL : http://www.dypac.uvsq.fr/anr-polima-workshop-3-i-listes-d-objets-i–375640.kjsp] []
  18. Voir les comptes-rendus dans Médiévales, 69, 2015, p. 208-210 [URL : http://medievales.revues.org.janus.biu.sorbonne.fr/7661] (par S. Balossino) et dans les Annales, 2015/1, p. 225-227 (par M. Scherman). []
  19. Voir par exemple les travaux de Bruce M. S. Campbell, « Factor Markets in England before the Black Death », Continuity and Change, 24, 1, 2009, p. 79-106. []
  20. Voir Viviana Zelizer, « Transactions intimes », Genèses. Sciences sociales et histoire, 42, 2001, p. 121-144. Voir également le dossier de laviedesidees.fr, « L’argent et la valeur. La sociologie économique après Viviana Zelizer » [URL : http://www.laviedesidees.fr/L-argent-et-la-valeur.html]. []
  21. L. Feller et A. Rodriguez, Les objets sous contrainte…, op. cit., p. 13. []
  22.  Ibid., p. 18. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *