La seconde vie des choses

Aujourd’hui, les déchets sont au centre d’un discours environnementaliste qui prône leur récupération et leur réutilisation – le plus souvent identifiée au recyclage – comme moyen pour lutter contre les gaspillages, dans un contexte de gouvernance énergétique et écologique particulièrement tendu.

Spoerri-3(1)Si l’acte de recycler est lourd d’enjeux sociétaux et politiques, il peut, dans le même temps, devenir une source de profit par la réinjection des déchets dans les circuits économiques. Il est alors une étape fondamentale du processus voué à donner une vie nouvelle à des objets qui risqueraient sinon d’être mis à l’écart. Ces déchets, une fois collectés et transformés, circulent à l’échelle locale, nationale, voire mondiale. Toutefois, ainsi que des scandales récents ont pu nous en faire prendre conscience, ces circulations sont parfois susceptibles d’être détournées par des acteurs aux objectifs fortement éloignés des enjeux environnementalistes : le trafic illégal de déchets par les entreprises mafieuses en est un exemple paroxystique.rifiuti-ambCes multiples ambivalences nous invitent alors à nous interroger tant sur l’origine que sur la nature des déchets et, surtout, sur les pratiques et les systèmes de leur réutilisation. Nous proposons de confronter ce questionnement à nos terrains de recherches respectifs ; nous reviendrons ainsi sur différents moments de l’histoire durant lesquels la récupération des vestiges et le réemploi des rebuts ont suscité des efforts logistiques et politiques considérables, qu’elles aient pris la forme d’entreprises organisées ou d’initiatives marginales, voire illégales.

Pour éclairer nos réflexions, nous avons eu le plaisir d’accueillir Nello Trocchia, journaliste indépendant, auteur de plusieurs enquêtes sur le trafic des déchets par les organisations mafieuses (parmi les plus récentes : Traffico di rifiuti, il pentito : « Abbiamo scaricato anche a Malagrotta a Roma » et l’ouvrage Roma come Napoli. Il malaffare di politica e signori della monnezza che mette in ginocchio il Lazio e la capitale, avec Manuele Bonaccorsi et Ylenia Sina).

La séance, ouverte au public, a eu lieu le jeudi 28 avril, à 14h00, dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour) de l’École Française de Rome (Piazza Navona, 62). Les comptes-rendus des interventions de Michaël Gasperoni, Marie-Adeline Le Guennec, Niccolò Mignemi et Céline Torrisi sont disponibles sur le carnet.

 

Textes discutés :

Yannick Barthe, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés. Revue de Sciences humaines, 16 (2009), p. 119-137.

Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus. Paris, Éditions Payot & Rivages, 2006 (1e éd. anglaise 2004).

Yuri A. Marano, « Fonti giuridiche di età romana (I secolo a.C. – VI secolo d.C.) per lo studio del reimpiego », dans Giuseppe Cuscito (a cura di), Riuso di monumenti e reimpiego di materiali antichi in età postclassica : il caso della Venetia. Trieste, Editreg, 2012 (Antichità altoadriatiche, 74), p. 63-84.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *