« « Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » – Histoire et sciences sociales face aux reliques »

 

Les études historiques sur les reliques se multiplient depuis quelques années, suivant le cheminement pluriséculaire des corps saints, des origines du christianisme au temps présent. S’accompagnant de vastes enquêtes dans les archives, elles ont permis d’exhumer un nombre de sources que l’on ne soupçonnait pas il y a peu. À rebours d’une approche excessivement centrée sur l’écrit, qui tend à réduire les reliques au rang de médiations sémiotiques et à occulter les dimensions concrètes de leur poids social, ces objets sacrés ont été investis par les questions de l’histoire matérielle, sous la forme d’enquêtes situées.

Ce champ de recherches d’une très grande vitalité, qui partage un effort commun d’historicisation de l’objet sacré, est pourtant loin d’être unifié et explore un grand nombre de pistes : politiques, anthropologiques, sociales et économiques. Le risque actuel est sans doute moins l’embarras face à la matérialité de la relique que la facilité du micro-récit.

img-8-small480

Thomas Harriot, A brief & true report of the new found land of Virginia, Francfort, Theodore de Bry, 1590, pl.XXII « The tombe of their Werowans of Cheiff lordes »1.

Quelles perspectives les sciences sociales offrent-elles aux historiens, dans leurs efforts pour restituer l’âme d’objets le plus souvent disparus, avec leur contexte d’exposition ? Quels outils proposent-elles pour éclairer le statut paradoxal des reliques (à la fois inertes et vivantes, objets et sujets), et pour dépasser l’étiquette réductrice du « fétichisme », attachée aux individus qui organisent autour des objets un ensemble de pratiques rituelles et sociales ?

La séance inaugurale du séminaire de lecture 2015-2016 proposera d’associer la lecture de textes classiques d’anthropologues et de travaux récents d’historiens, afin de valoriser notamment les apports de l’anthropologie visuelle (autour du concept d’agency) et de la comparaison entre reliques et cultes ossuaires non chrétiens.

Organisée par Florent Coste et Marie Lezowski, la discussion, ouverte au public, aura lieu le lundi 14 décembre, à 9h30, École Française de Rome (Piazza Navona, 62), dans la salle de séminaire (rez-de-chaussée, au fond de la cour).

Les textes discutés seront :

Jean Bazin, 2008 (1986), « Retour aux choses-dieux », Des Clous dans la Joconde, Toulouse, Anacharsis, p. 493-520.

Charlotte de Castelnau-L’Estoile, 2009, « Le partage des reliques. Tupinamba et jésuites face aux os d’un missionnaire chaman (Brésil, début du XVIIe siècle) », dans Philippe Boutry, Pierre Antoine Fabre et Dominique Julia (dir.), Reliques modernes, Paris, EHESS, vol. II, p. 751-775.

Alfred Gell, 2009 (1998), L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, Dijon, Les presses du réel, Fabula.

Katie Harris, « Gift, Sale, and Theft : Juan de Ribera and the Sacred Economy of Relics in the Early Modern Mediterranean », Journal of Early Modern History, 18, 2014, p. 193-226.

1. Source de l’image: Patricia Falguières, « Les inventeurs des choses. Enquêtes sur les arts et naissance d’une science de l’homme dans les cabinets du XVIe siècle. », in Histoire de l’art et anthropologie, Paris, coédition INHA / musée du quai Branly (« Les actes »), 2009, [En ligne], mis en ligne le 28 juillet 2009, Consulté le 06 décembre 2015. URL : http://actesbranly.revues.org/94


Florent Coste

Membre post-doctorant de l'Ecole française de Rome Section Moyen Âge https://efrome.academia.edu/FlorentCoste

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *